Les débats du CéSor sur l’ouvrage “Le moine sur le toit. Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904)” — En ligne, 14h-16h, 18/05/2021

Les débats du CéSor

Mardi 18 mai de 14h – 16h

Recommandations à lire avant de se connecter 

Lien de la visioconférence

Le moine sur le toit

Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904)


Écrit par Stéphane AncelVincent LemireMagdalena Krzyzanowska

Avec la participation de Stéphane Ancel

Discutants :

Bernard Heyberger et Eloi Ficquet – CéSor


Ce livre raconte l’histoire d’un manuscrit original, écrit entre 1903 et 1904 par un moine de la communauté éthiopienne de Jérusalem, Walda Madhen. Un manuscrit perdu, puis retrouvé des années plus tard dans les archives : voilà le point de départ d’une enquête qui entraîne le lecteur depuis le toit du Saint-Sépulcre jusqu’aux hauts plateaux éthiopiens, en passant par les ors des palais d’Istanbul et les couloirs des consulats européens au Levant. Pour démêler l’histoire enchevêtrée de ces chrétiens vivant bien loin de leur Éthiopie natale, trois chercheurs mènent l’enquête : une linguiste, spécialiste de l’amharique, et deux historiens, l’un de la Corne de l’Afrique, l’autre du Moyen-Orient. Au croisement de leurs regards émerge un récit foisonnant, qui dépasse largement la seule communauté éthiopienne de la Ville sainte pour dessiner les contours de la société religieuse, politique et diplomatique de la Jérusalem ottomane du début du XXe siècle.
Car ce manuscrit, écrit dans l’urgence – difficile à déchiffrer, mal structuré, imprécis –, avait pour but de faire l’histoire des Éthiopiens de Jérusalem afin de justifier leur ancrage dans la ville auprès des autres communautés. L’édition proposée ici éclaire ainsi leur histoire tumultueuse, l’évolution conjointe des communautés religieuses de la Ville sainte et la porosité des cultures, qui traduisent la promiscuité des confessions. Ce texte est aussi le témoignage d’une mémoire communautaire en construction – une mémoire encore fortement nourrie de traditions extérieures. Mais il signale également l’épuisement de ce processus de co-construction, dans un moment de bascule historique de l’âge des empires à l’âge des nations.
 
 
 

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search