Parution : Luis Velasco-Pufleau et Laëtitia Atlani-Duault (dir.), Lieux de mémoire sonore. Des sons pour survivre, des sons pour tuer, Éditions de la MSH, mars 2021

Quels sens donner aux pratiques sonores et musicales dans les situations de violence organisée ? Comment penser la relation dynamique qu’entretient le son avec l’expérience sensible des lieux, des personnes et des événements ? Ce livre est organisé autour de deux propositions.

La première est que les expériences sonores en contexte de violence organisée peuvent être comprises non seulement comme des événements politiques, mais comme ce que nous proposons d’appeler des « lieux de mémoire sonore ».

Notre seconde proposition est que ces lieux de mémoire sonore peuvent être appréhendés sous une double perspective, à la fois la face noire et la face lumineuse d’un même phénomène. D’une part, le son, la musique et le silence sont utilisés comme des armes en contexte de violence organisée, que cela soit par exemple dans certains lieux de détention ou en situation de guerre ou de conflit politique. D’autre part, ils constituent des ressources symboliques qui contribuent à la (re)construction de subjectivités, notamment dans des situations faisant suite à des expériences d’exil forcé et de violence organisée.

Lieux de mémoire sonore est une somme exceptionnelle sur les usages des sons et des pratiques musicales dans des situations de crise humanitaire, de guerre civile, d’exil ou de catastrophe naturelle. Ce travail conjoint entre chercheurs et musiciens présente différents contextes de violence organisée, et les exemples choisis couvrent de nombreuses régions du globe, depuis le Liban, la Syrie ou le Vanuatu jusqu’au Canada, au Viêt Nam et plusieurs pays européens.

Sommaire

« Lieux de mémoire sonore », Luis Velasco-Pufleau et Laëtitia Atlani-Duault

Le silence et le son comme armes
  • « Prisonniers du son. La prison de Saydnaya en Syrie », Maria Ristani
  • « Chatila sous le son. Cultures, pratiques et perceptions sonores dans un camp de réfugié au Liban », Nicolas Puig
  • « Du Rêve à la Conscience arabes : les chansons humanitaires, outils du basculement de l’unité politique à la solidarité philanthropique », Abir Nur
  • « Chacun sa fête : désaccords humanitaires et confrontations politiques. Les concerts Venezuela Live Aid et Hands Off Venezuela », Fernando Garlin Politis
  • « Après la catastrophe, la musique. Le cas du festival humanitaire Vanuatu Wan Voes Kivhan« , Monika Stern et Jean-Pierre Sam
  • « Échos rescapés. Redocumenter la musique vietnamienne avant 1975 : pistes sonores historiques et mémorielles », Kathy Nguyen
Le son et la musique comme outils de survie
  • « Terrains sensibles : la musique comme champ d’action dans les camps de réfugiés en Allemagne », Eckehard Pistrick
  • « Faire de la musique en exil et combattre la violence aux frontières », Émilie Da Lage
  • « La musique comme moyen de survie. Pratiques d’écoute quotidienne des jeunes réfugiés, étude de cas en Suisse », Helena Simonett
  • « Partitions pour l’exil : la musique comme espace habitable », Élise Bourgeois-Guérin, Cécile Rousseau, Claire Lyke
  • « Écouter pour survivre : musique classique et conflit dans le roman musico-littéraire », Katie Harling-Lee

Site de l’éditeur


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search