Appel à communications 8e Colloque du CCMO : Espace public / Espace(s) privé(s) à la lumière des “printemps arabes”, juillet 2021 à Paris — LIMITE : 15/02/2021

Appel à communications

Espace public / Espace(s) privé(s) à la lumière des « printemps arabes »

8e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO)
Paris – Juillet 2021

Télécharger l’appel à communications

Les événements des « printemps arabes » ont marqué les esprits par l’ampleur de l’expression populaire qui s’est manifestée dans des lieux symboliques se situant souvent dans l’espace public (places centrales, grandes artères, monuments historiques, édifices administratifs, etc.). De l’avenue Bourguiba à Tunis, au Souk al-Hamidiyyeh à Damas, en passant par la place Tahrir au Caire ou le rond-point de La Perle à Manama, une publicisation de la colère populaire est apparue, longtemps contenue dans les espaces domestiques, intimes et privés ou dans des espaces intermédiaires comme les cafés, les lieux culturels, les clubs sportifs et les réseaux sociaux. En effet, ces mouvements se sont distingués des mobilisations antérieures non seulement par leur portée, leur caractère interclassiste et intergénérationnel mais aussi par la visibilité de ces revendications protestataires qui se sont inscrites dans l’espace public. Cette expression a pu s’imposer face à l’hégémonie des mobilisations d’État ou celles des groupes politico-confessionnels qui tentent d’asseoir leurs pouvoirs par des marquages territoriaux de l’espace.

A posteriori, une série de recherches passées attestaient d’une sorte de dichotomie fondamentale entre espace public au singulier et espaces privés au pluriel. Cette frontière aurait ainsi modelé la vie des individus et des groupes tout en structurant leurs inquiétudes et leurs horizons d’attente, dans des contextes sociopolitiques caractérisés par l’autoritarisme des pouvoirs. En effet, quand la parole publique n’était pas purement et simplement réprimée par les régimes, elle était autocensurée par les citoyens ordinaires qui avaient intériorisé l’idée d’une frontière symbolique entre espace public et espaces privés, certes critiquable sur le plan sociologique, mais aux effets sociaux toutefois bien réels.

Toutefois, si cette distinction espace public/espace(s) privé(s) a été largement amplifiée par la division du travail en sciences sociales (les anthropologues enquêtant davantage sur les espaces intimes, les sociologues sur les espaces de socialisation, les géographes sur les espaces urbains, les politistes sur les espaces du politique, etc.), et par les études orientalistes (qui opposent la ville résidentielle, espace privé ou communautaire, au souk conçu comme espace public par excellence), elle a aussi été relativisée au regard de l’histoire et de l’actualité des sociétés arabes et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, les régimes autoritaires, en dépit de dispositifs de surveillance et de répression, ne sont jamais parvenus à contenir totalement les contestations populaires. En témoigne la longue chaîne de mobilisations depuis les indépendances arabes qui se sont cristallisées autour des grandes causes régionales (Palestine, première et deuxième guerres du Golfe, invasion de l’Irak notamment) pour mieux exprimer une colère intime à l’égard des pouvoirs locaux et des puissances occidentales. Sur le plan analytique ensuite, il paraît difficilement tenable de séparer de manière abrupte une « colère domestique » d’une « colère publique », les deux se nourrissant mutuellement en fonction des interactions sociales, des figures d’autorité ou des lieux de sociabilité. Enfin, la dichotomie espace public/espace(s) privé(s) tend à épouser la narration des régimes en place à des fins de contrôle social, là où le chercheur aurait plutôt tendance à l’interroger sur un mode critique, à la relativiser et à la déconstruire.

À ce stade, il est frappant de constater une convergence entre conception officielle de l’espace promue par les régimes et celle héritée de l’orientalisme savant. En effet, les études sur les mondes arabes et musulmans ont longtemps été dominées par une distinction nette entre espaces privés et espace public, que cela concerne les études orientalistes de la « ville islamique » – ou celles des rapports de genre, selon le paradigme du harem qui voit dans l’espace domestique le domaine des femmes, et dans l’espace public et politique celui des hommes. En ce sens, la différenciation spatiale répondait à une visée politique explicite, liée au contrôle des corps et des âmes, qui s’est exprimée à l’époque coloniale (orientalisme), après les indépendances arabes (néo-orientalisme des régimes) ou plus récemment, dans le regard médiatique dominant légitimant le cliché « d’une rue arabe déchaînée » opposée aux espaces clos et feutrés de la famille patriarcale.

À rebours de ces représentations officielles, médiatiques et néo-orientalistes de la division entre espace public/espace(s) privé(s), l’objectif de ce 8e colloque du CCMO est d’analyser leurs chevauchements, leurs imbrications et interactions, voire leur caractère interchangeable : un espace privé étant susceptible à tout moment de se muer en espace public et inversement, un espace public pouvant épouser des logiques de privatisation et d’appropriation particulariste par un clan, une milice, une faction ou encore des groupes porteurs de causes spécifiques liées au genre, à la classe d’âge, à l’origine sociale ou encore à l’appartenance locale.

Ce 8e colloque du CCMO invite à complexifier et à déconstruire cette opposition rigide entre espace public au singulier et espaces privés au pluriel, en interrogeant notamment la manière dont le politique se déploie dans des espaces privés ou semi-privés.

Les communications et les débats du 8ème colloque du CCMO s’organiseront autour de quatre axes transversaux :

1/ Espace public / Espaces privés : une frontière historique et épistémologique ?

Cet axe invite à revisiter la dichotomie espace public/espace(s) privé(s) à l’aune des nouvelles archives et sources sur l’histoire contemporaine et du temps présent des sociétés du Maghreb et du Machrek, soulignant à la fois l’influence du paradigme orientaliste de la « ville arabe » (ou de la « ville islamique »), mais aussi le processus d’émancipation des sciences sociales à son égard. Les chercheurs d’aujourd’hui pensent-ils la séparation entre espace public et espaces domestiques comme les savants la conceptualisaient au siècle dernier ? Quels sont les éléments de continuité et de rupture par rapport aux approches empiriques et théoriques du passé ? Les recherches sociohistoriques actuelles confortent-elles cette distinction spatiale ou ont-elles plutôt tendance à la nuancer, voire à la réfuter ?

2/ Politiques de contrôle des espaces

Comment évaluer l’influence des régimes autoritaires, et d’une manière générale, des détenteurs de l’autorité, sur la vie quotidienne, en termes de contrôle, de surveillance et de répression de l’espace public et par effet de feed-back, les formes de « repli » et de « refuge » sur des espaces privés ou semi-publics ? A contrario, il s’agira également d’explorer les stratégies de contournement développées par les acteurs sociaux pour transcender la frontière rigide entre espace public et espaces privés et produire des « espaces alternatifs » ou des « espaces de liberté », échappant en partie au regard des pouvoirs publics ou des groupes ethnoreligieux hégémoniques. En quoi le cycle des protestations/répressions ouvert en 2011 a-t-il remis en cause les modes de gestion des espaces et au-delà, la frontière entre public et privé, entre sphère étatique et sphère domestique, entre gouvernementalité et intimité ?

3/ Pratiques et représentations des espaces

Cet axe propose de s’intéresser aux pratiques « concrètes » des espaces public et privé. Comment les citadins et les ruraux les investissent, les modèlent, les contestent et les reconfigurent-ils par leurs représentations, leurs attitudes et leurs comportements au quotidien ? Comment les acteurs (artistes, militants, citoyens ordinaires, minorités, etc.) s’emparent de la thématique des espaces (privés et/ou publics) pour rendre visible leurs contestations parfois rendues invisibles par les pouvoirs en place et pour inventer de nouvelles manières de dire la révolte et de s’engager ? La dichotomie espace public/espace privé est-elle pertinente pour comprendre les usages ordinaires et les savoir-faire des individus et des collectifs des sociétés arabes d’aujourd’hui ? Quels sont les modes cognitifs et symboliques de transmission de la frontière public/privé à l’échelle familiale ? Sur le plan de la production des connaissances, quelles sont les nouvelles approches anthropologiques et sociologiques des pratiques quotidiennes de ces espaces ? Que révèlent-elles en termes d’interactions, de circulations et de contestations de la séparation spatiale ? Quelles sont les logiques sociales à l’œuvre consolidant la publicisation des espaces privés ou inversement, les formes de privatisation de l’espace public ? Comment la privatisation croissante des espaces publics peut faire naître des mobilisations inédites autour de nouveaux droits (notamment autour du « droit à la ville ») ou de nouvelles revendications et conceptions des libertés individuelles et collectives ? Comment les pratiques de loisir et de consommation dans les espaces publics urbains peuvent contester et transformer les normes sociales ?

4/ Espaces diasporiques et transnationaux « à distance »

Le rôle des diasporas, des exilés et des migrations arabes dans la (re)production d’espaces de vie, d’action et de mobilisation – phénomène souvent sous-exploré –, doit enfin être pris en considération dans l’analyse. Ces espaces de contestation s’inscrivent simultanément dans les sociétés de départ et les sociétés d’accueil, voire dans des espaces tiers. À ce propos, les mobilisations et les mouvements protestataires observés depuis 2011 n’ont fait que révéler l’existence d’espaces arabes « à distance », animés par les migrants, les réfugiés ou les descendants de migrations déjà anciennes, comme en Amérique latine, en Amérique du nord ou en Europe occidentale. Il s’agira ainsi de réfléchir sur ce processus d’internationalisation et de transnationalisation de la production des espaces arabes « à distance », relevant de différents champs sociaux (artistique, culturel, médiatique, politique, économique, urbain, etc.) et contribuant à décentrer le regard des observateurs sur la dichotomie public/privé qui se retrouve largement relativisée et retravaillée de l’extérieur par les pratiques sociales de ces diasporas et ces migrants en direction de leurs sociétés d’origine. Il s’agira également d’interroger la manière dont les réseaux sociaux construisent de nouvelles formes à la fois d’intimité et de publicité.


Modalités de soumission des propositions et calendrier

Les propositions de contributions (3 000 signes maximum, espaces compris) doivent être assorties d’une courte bibliographie et d’un résumé de CV du ou des intervenant.e.s. Elles peuvent être rédigées en français, anglais ou arabe. Les interventions se feront en anglais ou français. Elles doivent être envoyées avant le 15 février 2021 à l’adresse : buroccmo@gmail.com . Les résultats de la sélection seront communiqués le 1er mars 2021. Date prévisionnelle du colloque : 5-6 Juillet 2021, à confirmer.


Comité d’organisation du colloque

Laure Assaf (NYU Abu Dhabi)
François Ceccaldi (EHESS/Collège de France)
Vincent Geisser (CNRS, IREMAM)
Laura Ruiz de Elvira (IRD, CEPED)
Marion Slitine (EHESS, Centre Norbert Elias/MuCEM)
Manon-Nour Tannous (Université de Reims Champagne Ardenne / Collège de France)



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2020, 28 décembre). Appel à communications 8e Colloque du CCMO : Espace public / Espace(s) privé(s) à la lumière des “printemps arabes”, juillet 2021 à Paris — LIMITE : 15/02/2021. IISMM. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q1l5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search