Colloque : « Le fait religieux en prison : configurations, apports, risques » — Sciences Po, Paris, 28-29/10/2013

Journées d’études internationales organisées par la Direction de l’Administration pénitentiaire (DAP/PMJ5), avec le concours de l’École de droit de Sciences Po et le soutien du GIP Mission de recherche Droit et Justice. Journées placées sous le haut patronage de Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

  • Les lundi 28 et mardi 29 octobre 2013

  • à Sciences Po, amphithéâtre Chapsal, 27, rue Saint-Guillaume 75007 Paris

  • Entrée sur inscription auprès de Joëlle Jacquet (joelle.jacquet@justice.gouv.fr)

Argumentaire

Les liens entre la prison et la religion ont en France une origine ancienne et ont fortement évolué. Ultime réconfort et caution charitable dans l’ensemble disparate des prisons d’Ancien Régime, puis composante majeure du « traitement pénitentiaire » dans une institution progressivement légitimée à affirmer cette vocation (naissance de la prison pénale), la présence religieuse vise aujourd’hui à satisfaire l’exercice d’un droit reconnu aux personnes détenues. La laïcisation de l’institution qui, jusqu’à l’abord des années 1990, correspondait au mouvement de fond de sécularisation de la société française, doit dorénavant composer avec la pluralisation religieuse de la population incarcérée. A l’image d’autres institutions républicaines, la prison est traversée par des revendications qui, sans nécessairement remettre en cause son caractère laïque, l’invitent à considérer le fait religieux comme une dimension structurante de la vie carcérale. Cette réémergence du phénomène religieux pose logiquement des questions à l’administration pénitentiaire, notamment :

  • celle de la cohabitation institutionnelle des religions en prison et dès lors de l’organisation des cultes par l’autorité administrative et les aumôneries ;

  • et celle de la coexistence même des croyants, et de leurs relations aux autres, notamment non croyants, dans un contexte où les emprunts au registre religieux relèvent plus nettement que par le passé des formes de codification qui règlent la vie sociale en détention : présentation de soi, relations intra-carcérales, rapport à l’autorité.

Ce sont ces questions que se proposent notamment d’examiner ces journées d’études sur la base des résultats de deux recherches inédites, dont l’une soutenue par la Mission de recherche, enrichies de comparaisons internationales.

Programme

Lundi 28 octobre 2013 après-midi

13h30 : Accueil des participants

14h : Propos d’accueil par M. Christophe JAMIN, directeur de l’Ecole de Droit de Sciences Po ; Allocution d’ouverture de Madame Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, ministre de la Justice ; Présentation des Journées par Mme Isabelle GORCE, directrice de l’administration pénitentiaire

14h45 :

  • Profil, rôle et éthique professionnelle des aumôniers de prison : évolutions et mise en perspective .- Présidente de séance : Mme Valérie DECROIX, directrice interrégionale des services pénitentiaires Est-Strasbourg

« L’aumônerie et les associations catholiques dans les prisons de France au XXe siècle » par Olivier LANDRON, maître de conférences en histoire à la Faculté de théologie de l’Université catholique de l’Ouest.

« Une description de la situation actuelle quant au rôle et à la place des aumôneries (dans un contexte de pluralisation religieuse), à partir des résultats de la recherche commanditée par la DAP » par Céline BÉRAUD, maître de conférences en sociologie à l’Université de Caen, coresponsable de la recherche financée par la DAP sur le fait religieux en prison.

16h1518h :

« L’aumônerie de prison en Angleterre et au Pays-de-Galles » par Danièle JOLY, professeur à l’Université de Warwick et directrice du Centre de relations ethniques (CRER).

« L’aumônerie de prison en Suisse » par Mallory SCHNEUWLY PURDIE, responsable de recherches, Université de Lausanne.

Table ronde en présence des aumôniers nationaux des prisons (ou de leurs représentants) : M. Marc ALRIC, aumônier national orthodoxe (en attente de confirmation) ; M. Pierre-Yves BAUER, aumônier national israélite ; M. Brice DEYMIÉ, aumônier national protestant ; M. Molay AL HASSAN EL ALAOUI TALIBI, aumônier national musulman ; et M. Vincent LECLAIR, aumônier national catholique.

Mardi 29 octobre 2013

8h30 : Accueil des participants

9h – 12h : Présentation de deux recherches inédites.- Président de séance : M. Philippe POTTIER, directeur de l’ÉNAP

« Des connaissances nécessaires pour l’administration pénitentiaire » par Emmanuel BRILLET, chargé d’études, DAP / PMJ5.

  • Présentation de la recherche sur le fait religieux en milieu carcéral : « La religion en prison au prisme d’une sociologie de l’action » par Céline BÉRAUD, maître de conférences en sociologie à l’Université de Caen,  Claire de GALEMBERT, chargée de recherche au CNRS et Corinne ROSTAING, maître de conférences en sociologie à l’Université Lumière Lyon 2.

  • Présentation de la recherche sur le processus de radicalisation religieuse en prison, par Farhad KHOSROKHAVAR, directeur d’études à l’EHESS, Ouisa KIES, doctorante en sociologie et attachée de recherche au Cadis, EHESS et Nancy VENEL, maître de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon 2.

  • Table ronde en présence de MM. Louis-Xavier THIRODE, chef du bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur ; Christophe MILLESCAMPS, directeur de la maison centrale de Saint-Maur ; et Julien MOREL d’ARLEUX, sous-directeur des personnes placées sous main de Justice, DAP.

14h :

  • Religion, réinsertion et prévention de la récidive : quelle place pour les intervenants religieux dans les programmes mis en œuvre en milieu carcéral ? – Président de séance : Jean-Paul WILLAIME, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EHPE), ancien président de la Société Internationale de Sociologie des Religions (SISR).

« L’exemple des programmes et prisons confessionnels aux Etats-Unis » par Aurélie LA TORRE, chargée de cours en sociologie à l’Université de Miami / doctorante au Centre Maurice Halbwachs (CNRS/EHESS/ENS)

« Le rôle de la religion dans la réhabilitation des sortant(e)s de prison dans l’ex-Allemagne de l’Est et en Italie » par Irène BECCI, professeure assistante à l’Université de Lausanne

16h15 :

« La sortie de délinquance par le religieux : quelle dimension empirique ? » par Marwan MOHAMMED, chargé de recherches ENS / CNRS

17h – 17h30 : Clôture et synthèse par Danièle HERVIEU-LEGER, directrice d’études à l’EHESS.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search