Séminaire IISMM en ligne « Penser l’expérience palestinienne dans ses contextes » avec Dima Alsajdeya sur « La question israélo-palestinienne dans la politique étrangère de Moubarak (1981-2011) » — Sur inscription, 15h, vendredi 12 juin 2020

La 3e séance en ligne du séminaire « Penser l’expérience palestinienne dans ses contextes : variations d’échelles » version visio, accueillera
Dima Alsajdeya (doctorante associée à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et doctorante au Centre Thucydide- Université Paris II Panthéon-Assas)
« La question israélo-palestinienne dans la politique étrangère de Moubarak (1981-2011) »
 
Elle aura lieu vendredi 12 juin 2020 à 15h.
 
Instructions :
Celles et ceux qui souhaitent assister à ce séminaire virtuel sont priés d’envoyer un message à l’adresse suivante : verobontemps[at]protonmail.com.
Nous enverrons ensuite aux inscrit.es, le lien correspondant à la visioconférence, un quart d’heure avant la séance.
Il est conseillé de vous connecter sur un ordinateur, et d’utiliser Chrome. Pendant la visioconférence, merci de couper vos micros, à part lorsque vous souhaitez intervenir.
 
 
Résumé de l’intervention :
L’implication de l’État égyptien comme médiateur et facilitateur dans les négociations israélo-palestiniennes remonte à plusieurs décennies déjà. Depuis les années 1980 et 1990, ce rôle lui permet, d’une part, de préserver une « identité de rôle », une image de « puissance régionale » et un rôle de facilitateur qu’elle cherche à se voir attribuer. D’autre part, l’Égypte cherche depuis la division inter-palestinienne de 2007 et sa médiation entre le Fatah et le Hamas à prévenir toute explosion à l’intérieur de la bande de Gaza et à la garder sous contrôle pour éviter toute répercussion de violence sur son territoire.
Pour répondre à cette polysémie de sa médiation, l’Égypte implique, outre son service diplomatique, des agents de son service de renseignement général (Al-muḥābarāt al-ʿāma) pour endosser une fonction diplomatique sur ce dossier comme sur d’autres relatifs à la politique étrangère de l’Égypte. Ces dossiers, de grande importance pour la sécurité nationale égyptienne, requièrent en réalité des outils et des compétences techniques qui outrepassent ceux des diplomates. Ces derniers choisissent donc de déléguer et de coopérer pour une meilleure exécution de leur stratégie politique.
Dans cette communication, nous retracerons  l’intervention de l’Égypte de Moubarak depuis le début des années 1980 jusqu’à la révolution de 2011. Nous nous efforcerons de démontrer les différents intérêts qu’elle en tire ainsi que les acteurs impliqués et les méthodes mises en place tout en questionnant cette médiation.  Nous analysons donc l’implication de l’Égypte sur le dossier de la réconciliation comme un élément de continuité de l’engagement de sa politique étrangère sur le dossier du conflit israélo-palestinien et un préalable à son règlement. En l’absence d’un véritable processus de paix israélo-palestinien, les institutions égyptiennes attachent à la question de la réconciliation inter-palestinienne une attention toute particulière.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search