Conférences de Louis-Léon Christians, Professeur à l’Université catholique de Louvain (Belgique) — les 10, 16, 31 mars et 2 avril 2020

© Louis-Léon Christians

Louis-Léon Christians, docteur en droit et docteur en droit canonique, est professeur à l’Université catholique de Louvain où il est titulaire de la Chaire Droit & Religions. Ses recherches et publications portent sur les interactions entre droits d’Etat et normativités religieuses, dans une approche à la fois juridique et de sciences des religions. De 2013 à 2019, il a présidé à l’UCLouvain l’Institut interdisciplinaire de recherche Religions, Spiritualités, Cultures, Sociétés qui regroupe une centaine de chercheurs en sciences des religions et théologie. Ses expertises l’ont notamment amené auprès de la Commission de Venise, du Conseil de l’Europe et des Nations-Unies, et, en Belgique, auprès du Centre fédéral d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles, à la présidence de la commission fédérale chargée la réforme de la législation sur les cultes et, depuis 2014, au Centre interfédéral pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme et les discriminations.

Professeur invité de l’EHESS sur la chaire sécable de l’IISMM, par Baudouin Dupret (CNRS, LAM).

Conférences

Qu’est-ce que le droit fait à la religion? Rencontre à quatre voix : Louis-Léon Christians avec Céline Béraud, Baudouin Dupret et Philippe Portier

  • Le 10 mars 2020 de 9h à 12h — EHESS, Salle 01, 54 Bd Raspail 75006 Paris

Les tensions entre droit et religion semblent être revenues en force. Certes, ni la nature ni les acteurs de ces tensions ne sont stables. La question des sectes, qui polarisait une réponse laïque dans les années 1990, a cédé sa place. L’islam est aujourd’hui un point de fixation et presque un vecteur d’analyse du religieux dans son ensemble … ce qu’était précédemment et en façon inversée, le christianisme. Sans doute, la spécificité du facteur religieux comme facteur explicatif ne fait pas consensus : pour certains, il ne serait que superficiel face à des explications socio-économiques ou géo-politiques etc. Il n’en reste pas moins que le droit, en législation ou en jurisprudence, continue à lui attacher une attention propre et aussi une régulation de plus en plus forte. Derrière l’explicite de ces régulations, quelles conceptions implicites sont-elles à l’oeuvre ? Qu’en est-il aujourd’hui de la religion en droit ? Qu’est-ce que le droit fait à la religion, aux religions ? Un dialogue entre historiens, sociologues et juristes spécialistes du religieux.

Les tensions du régime des cultes dans la Constitution belge : l’actualité des débats du Congrès national de 1830

  • Le 16 mars 2020 à 14h — Université de Bordeaux, Salle Manon Cormier, 6 Avenue Léon Duguit, 33600 Pessac

L’objet de la communication est de relire certains des débats du Congrès national de 1831 comme vecteurs d’interprétation des questions posées aujourd’hui à la Constitution belge. Comment esquisser, à partir de ces débats, les particularités constitutionnelles du modèle de pluralisme qui s’inscrit dans la Constitution belge dès l’origine et perdure jusqu’à aujourd’hui. Ce modèle n’est évidemment pas fait que de réponses ; il est aussi constitué de questions, questions souvent formulées dès les premiers débats mais demeurées ouvertes depuis lors. C’est ce contraste entre les non-dits des formules constitutionnelles, et le caractère explicite des débats de 1831 qui appelle un regard nouveau à un moment où la discussion constitutionnelle sur le religieux semble vouloir se rouvrir, notamment pour mener à bien des politiques nouvelles au regard de l’Islam.

 Dans le cadre du séminaire « Charia, fiqh, droit musulman : les transformations de la normativité islamique depuis l’expédition d’Égypte »

Religion et islam dans les prisons belges : entre accompagnement et contrôle

  • Le 31 mars 2020 de 14h à 16h — EHESS, Salle A07_51, 54 Bd Raspail 75006 Paris

Un arrêté royal attendu depuis une quinzaine d’années a été pris en 2019, à l’issue de longs et complexes processus de consultation : l’arrêté royal du 17 mai 2019 relatif aux aumôniers, aux conseillers des cultes et aux conseillers moraux auprès des prisons (M.B. 11 juin 2019). Cet arrêté achève sur ce point la mise en œuvre de la « loi de principes », loi du 12 janvier 2005, concernant l’administration des établissements pénitentiaires ainsi que le statut juridique des détenus. La part la plus visible du nouvel arrêté de 2019 concerne l’augmentation du cadre des aumôniers et conseillers, notamment quant à l’Islam, et la revalorisation de leur statut social. D’autres enjeux sont toutefois clairement apparents et retiendront l’attention. Ils visent les conditions nouvelles de confiance entre les cultes reconnus et les autorités publiques. Une évolution du droit paradigmatique de la perception paradoxale de la religion en général et de l’islam en particulier, qui permet d’interroger plus largement les mutations européennes sur ce thème.

Les référents normatifs islamiques devant les juges belges et européens

  • Le 2 avril 2020 de 10h à 13h — EHESS, IISMM, Salle de réunion, 96 Bd Raspail 75006 Paris

Au moment où de nombreuses polémiques européennes ou américaines prennent de l’ampleur à l’encontre de dispositifs d’arbitrages religieux (charia courts), il est important d’observer combien sont nombreuses les occasions qui conduisent les juges nationaux européens, par leur droit commun, à se confronter à diverses formes de normativités islamiques. Avant d’examiner les éventuelles distorsions et limitations que ces juges vont apporter à la mise en oeuvre de ces référents normatifs islamiques, il convient de montrer combien les droits nationaux européens sont ouverts, au moins formellement, à telles réceptions. Encore convient-il de saisir les effets de diffraction qu’opèrent les principales qualifications juridiques mobilisées : à travers le droit international privé, le droit de la liberté de religion, les régimes des cultes, le droit des contrats, les concepts standards et enfin la liberté d’expression relative auxdits référents normatifs

Dans le cadre du séminaire « Charia, fiqh, droit musulman : les transformations de la normativité islamique depuis l’expédition d’Égypte »


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search