Lætitia Bucaille (dir.), Dossier “Femmes combattantes”, Critique Internationale, n°60, juillet-septembre 2013

Couverture Critique Internationale N°56Critique internationale est une revue trimestrielle de langue française consacrée à l’international. Elle est publiée par les Presses de Sciences Po avec le soutien du Centre national de la recherche scientifique et du Centre national du livre. Revue à comité de lecture, elle est portée depuis sa création (octobre 1998) par le Centre d’études et de recherches internationales (CERI-Sciences Po/CNRS).
Revue comparative de sciences sociales, Critique internationale a pour objectif de contribuer à l’analyse politique des pays autres que la France en ayant recours aux outils de la science politique, de la sociologie, des relations internationales, de l’anthropologie, de l’économie politique, de l’histoire, du droit ou encore de la géographie. Chaque trimestre, un dossier thématique de cinq à six articles met en regard plusieurs cas d’étude autour d’une problématique transversale. Le champ géographique couvert peut être indéterminé ou bien se focaliser sur une région, voire un pays. En l’occurrence, l’une des spécificités de Critique internationale est d’aborder chaque fois des entités géographiques et culturelles très éloignées. Avec les articles publiés hors dossiers dans chaque numéro (trois varia), ces études thématiques fournissent des matériaux particulièrement riches pour la comparaison en sciences sociales. Quant à la rubrique lecture, elle propose, outre des comptes rendus d’ouvrages, des états de littérature thématiques qui permettent de faire le bilan de la recherche dans un champ.
La revue accepte des articles en anglais, en espagnol, en russe et en allemand, et fournit aux auteurs des évaluations de leurs textes dans leurs langues originales. Ces textes sont ensuite traduits en français. Par ailleurs, Critique internationale traduit en anglais des articles initialement écrits en français ou dans une autre langue. Ces textes ainsi que l’ensemble de la collection sont diffusés via le portail de revues CAIRN.info

Sommaire du n° 60 – juillet-septembre 2013

Éditorial

Thema

Femmes combattantes
Sous la responsabilité de Lætitia Bucaille
Les femmes sont-elles des combattants comme les autres ? Si elles sont présentes dans nombre d’armées et mouvements de guérilla, elles y demeurent minoritaires, n’accèdent que rarement à des positions de commandement et sont souvent confinées à l’arrière. La guerre, plus encore que les autres sphères sociales, est soumise à une division sexuelle des tâches. Les femmes ont-elles intérêt à y conquérir une place ? Ne risquent-elles pas d’être les proies d’une instrumentalisation de la part d’organisations dont l’objectif est avant tout de sortir victorieuses des conflits ? Doit-on s’interroger plutôt sur la capacité des femmes à infliger une violence à l’adversaire ? Il semble que le problème de l’intégration des femmes se heurte d’abord et avant tout à la gestion de la mixité et de l’économie sexuelle dans les rangs des combattants.

Femmes à la guerre. Égalité, sexe et violence
par Lætitia Bucaille

Théorie et construction des rapports de genre dans la guérilla kurde de Turquie
par Olivier Grojean
Les situations de conflits violents sont souvent propices à la restructuration des rapports sociaux, et notamment à la renégociation des rôles masculins et féminins. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est cependant considéré comme le mouvement qui est allé le plus loin dans la féminisation de son recrutement, dans sa théorisation complexe des rapports hommes/femmes et dans sa réelle tentative de mise en application au sein de l’organisation des principes qui en ont découlé. Ces transformations quantitatives et ces développements organisationnels s’accompagnent-ils pour autant d’une construction singulière des rapports de genre au sein de l’armée du PKK ? Permettent-ils d’éviter une certaine division sexuelle du travail militant et guerrier ? En fait, la construction des rapports de genre au sein de la guérilla est d’abord une réponse aux questions soulevées par l’engagement féminin, et s’apparente finalement à une rationalisation des pratiques « traditionnelles ». Au-delà, il semble nécessaire de repenser la question féminine sous l’angle plus général de la domination au sein du PKK : la libération des femmes n’apparaît plus alors que comme la version féminine de la désexualisation et de la soumission des militants.

La question du genre en situation de conflit armé : l’expérience des femmes combattantes au Pérou (1980-2000)
par Camille Boutron
Au Pérou, l’engagement des femmes dans la lutte armée est un phénomène majeur puisqu’elles sont allées jusqu’à représenter 40 % des effectifs déployés dans les guérillas, et y ont souvent occupé des postes à hautes responsabilités. Or, si c’est en particulier le cas dans le Parti communiste péruvien-Sentier lumineux, l’un des principaux protagonistes du conflit, la participation des femmes aux luttes révolutionnaires défendues par les guérillas est, d’une façon plus générale, le reflet d’une série de bouleversements profonds qui se sont produits dans la société péruvienne depuis la fin des années 1960. Le militantisme subversif féminin révèle ainsi des enjeux sociaux et politiques associés non seulement à la question de l’émancipation féminine mais aussi au rôle joué dans le conflit par des institutions fondamentales comme l’école ou la famille. De même, la sortie du conflit s’accompagne pour les femmes combattantes d’une violence spécifiquement genrée qui non seulement souligne les limites d’une véritable émancipation par les armes, mais aussi met en évidence l’instrumentalisation du genre dans des discours et des pratiques légitimant la criminalisation de la lutte armée au Pérou.

Des féminités mobilisées et incarcérées en Palestine
par Stéphanie Latte Abdallah
De 1967 à nos jours, les subjectivités genrées des militantes palestiniennes incarcérées en Israël ont évolué en fonction de leurs mobilisations politiques et armées et des conditions de leur détention. Jusqu’à la première Intifada, la prison a été un lieu de formation pour des femmes politiques qui ont affirmé leur militantisme autour des partis séculiers (Fatah, partis de gauche) et du féminisme. Elles ont violemment subi le conflit dans leurs corps quand les services de renseignements israéliens ont eu recours lors des interrogatoires à des sévices physiques et psychologiques liés à leur genre et à la sexualité. En retour, elles ont resignifié ces stigmates comme autant de marqueurs de leur engagement. Après les accords de paix d’Oslo, leurs actions se sont diversifiées. Face à la répression de la seconde Intifada, elles se sont lancées dans des opérations martyres. Pourtant, la violence est niée dans leurs récits et les corps apparaissent comme sexualisés et féminins. Les militantes séculières ont été alors rejointes par d’autres appartenant aux partis religieux (Hamas, Djihad islamique). Puis, avec la banalisation de l’expérience carcérale pour tous, de nouvelles manières de vivre par-delà la prison ont progressivement vu le jour. Les anciennes détenues ont tissé des réseaux collectifs féminins, tandis que leurs mobilisations et leurs passages par la prison étaient désormais vécus comme porteurs de transformations des rapports de genre.

Genre et violence dans les paroles de soldates : le cas d’Israël
par Orna Sasson-Levy et Edna Lomsky-Feder
L’armée, en tant qu’organisation hyper-masculine chargée d’exercer la violence au compte de l’État, établit un lien étroit entre genre et violence. Le plus souvent, la littérature sur l’impact de la militarisation sur la vie des femmes les considère surtout en tant que victimes de la violence militaire. Mais qu’en est-il en Israël, où la conscription est obligatoire pour les deux sexes ? Quel impact la militarisation en général et le service militaire en particulier ont-ils sur la vie des Israéliennes ? Nous avons interrogé leur rapport au genre et à la violence à partir de récits rétrospectifs sur leur service militaire : d’une part, deux séries d’entretiens avec des femmes ayant respectivement fait leur service dans les bureaux (leur affectation traditionnelle) et dans des rôles habituellement « masculins » ; d’autre part, des témoignages de soldates ayant servi dans les territoires occupés, rassemblés par une organisation de lutte contre l’occupation. Nous constatons que ces récits portent l’empreinte profonde du facteur genre : les femmes à l’armée sont primordialement des « étrangères du dedans ». Cette dualité aiguise leur perception du genre et leur interprétation de leur propre expérience militaire sous cet angle ; mais elle constitue aussi une vulnérabilité qui les amène à collaborer aux mécanismes socioculturels d’occultation ou d’édulcoration de la violence militaire, de sorte que celle-ci est le plus souvent absente de leurs récits.

 

Varia

Réprimer avec discrétion : l’économie des pratiques antisyndicales dans les usines du Guatemala
par Quentin Delpech
Au Guatemala, le taux de syndicalisation est un des plus faibles d’Amérique latine et les droits syndicaux font l’objet depuis de nombreuses années de violations régulièrement dénoncées au niveau international. L’étude des très rares mobilisations syndicales qui se produisent dans certaines usines de textiles et de vêtements (maquilas) permet de montrer comment les pratiques de répression sont rendues invisibles par un ensemble de stratégies patronales, intentionnelles ou non, et comment des groupes criminels, souvent mis de côté dans l’analyse de la répression des mouvements sociaux, sont impliqués dans la gestion répressive de ces mobilisations. L’ordre social particulièrement violent de ce pays facilite le déploiement de pratiques répressives tout en autorisant des stratégies de déresponsabilisation des acteurs politiques et patronaux.
Les chemins de la décolonisation aujourd’hui : perspectives du Pacifique insulaire
par Natacha Gagné et Marie Salaün
L’Océanie contemporaine connaît à la fois la persistance, la naissance et la résurgence de luttes pour l’autodétermination. Les revendications indépendantistes, autonomistes, régionalistes ou encore « autochtones » qui s’y côtoient, sans être exclusives les unes des autres, évoluent au gré des recompositions des champs politiques locaux. Il s’agit ici de comprendre la très grande diversité d’expression de ces mobilisations souverainistes à travers leurs différents niveaux et champs de détermination : l’histoire coloniale, le poids démographique des populations autochtones, l’émergence récente d’une culture de l’excuse, la reconnaissance d’un droit des peuples autochtones à l’international, les formes contemporaines du capitalisme et les revendications identitaires qu’elles favorisent, l’idéologie du « moins d’État » et celle de la « coutume » comme mode de régulation… L’idée est de tenir ensemble ce faisceau d’opportunités. Le modèle théorique de l’anthropologie du système-monde tel que l’a développé Jonathan Friedman  sert de point d’ancrage à une analyse du poids des expériences coloniales dans l’imaginaire postcolonial, du poids des contextes régional et international dans le choix du type de souveraineté, et enfin du poids de l’État, de moins en moins « visible » mais toujours aussi présent.
L’État guatémaltèque et les populations mayas : stratégies d’identifications ethniques négociées chez les Chuj (1821-2011)
par Carine Chavarochette
L’histoire du Guatemala, aujourd’hui espace intermédiaire entre l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale, est jalonnée de flambées de violence raciale. L’exemple de cette démocratie centraméricaine où la population indienne est majoritaire sans pour autant contrôler l’État, comme en Bolivie ou en Équateur, permet de cerner les variations de l’expression politique de l’ethnicité. Ainsi, dans le Nord-Ouest, ancienne zone de guerre puis zone de migrations internationales, frontalière avec le Mexique, l’ethnicité est mobilisée et instrumentalisée par des acteurs aussi bien politiques (partis, guérilla, armée) que civils. De la fin du XIXe siècle à nos jours, la relation de l’État avec les Indiens chuj a été marquée par la fixation de la frontière internationale, les politiques d’assimilation et la violence imposée aux Indiens. Toutefois, depuis le début du xxie siècle, et dans le cadre des luttes contre l’ouverture de mines à ciel ouvert promue par des multinationales, la reformulation d’une identification « maya » se fait en lien avec l’idée de protection de l’environnement et de défense des territoires indiens.

Lectures

Hijacked Justice: Dealing with the Past in the Balkans de Jelena Subotić
et
Courting Democracy in Bosnia and Herzegovina: The Hague Tribunal’s Impact in a Postwar State de Lara J. Nettelfield
(Isabelle Delpla)

La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale de Vincent Bonnecase
(Hélène Blais)

Un monde unidimensionnel de Dario Battistella
(Philippe Perchoc)

Leaders et partisans au Liban de Franck Mermier et Sabrina Mervin
(Élizabeth Picard)

Néolibéralisme et autogestion : l’expérience argentine de Maxime Quijoux
(Gabriel Vommaro)

Voir sur le site du CERI


Vous aimerez aussi...