Le Salon des littératures de l’exil et de la migration — Palais de la Porte Dorée (Paris), 10h-18h, 15/02/2020

Le Salon des littératures de l’exil et de la migration | Samedi 15 février

Cette quatrième édition du salon LittExil invite des auteurs, des graphistes et des éditeurs indépendants à rencontrer le public et dédicacer leurs ouvrages.

Cette année, le salon est organisé à l’occasion de la manifestation « Inscriptions en relation — des traces coloniales aux expressions plurielles », un projet imaginé par Ruedi et Vera Baur et porté par l’association Civic City.

 


Programme

11h00-12h00 Édition et graphisme, mettre en forme les paroles en déplacement
Comment ces écritures graphiques facilitent-elles la présentation, compréhension et diffusion des réalités migratoire ? Comment le graphisme constitue-il, autrement que l’écrit une narration spécifique sur ces thématiques ?
Table ronde animée par Stéphanie Bartolo (Médiathèque Abdelmalek Sayad) avec les interventions de Zeina Abirached, bédéiste (sous réserve), Francesca Cozzolino pour la revue Polygraphe(s), (Éditions de la MSH), Dugudus, graphiste et dessinateur politique, Kkrist Mirror pour sa trilogie : Gitans, Tsiganes, Manouches, (Édition Steinkis)

14h00-15h00 Conférence de Omar Benlaala
Écrivain lauréat du prix littéraire de la Porte Dorée 2019 pour son roman Jamais tu n’habiteras Paris, avec Alexis Nuselovici (NOUSS), professeur de littérature comparée et titulaire de la Chaire Exil et migrations au Collège d’études mondiales, FMSH.

15h00-16h00 Les présences africaines dans la littérature de langue française
Comment les auteurs issus des diasporas africaines réécrivent-ils-elles leur histoire et celle des relations avec l’Europe ? Quelle est la singularité de leur regard et de leur voix ? Comment la littérature constitue un espace privilégié où les créativités et les cultures africaines portées par les migrations se déploient et se transmettent dans les sociétés contemporaines ?

Une carte blanche à Kidi Bebey, écrivaine, journaliste et éditrice centrée sur l’histoire et les personnalités africaines, en résidence en 2020 au Musée national de l’histoire de l’immigration, qui invite Isabelle Boni-Claverie (Trop noire pour être française, Tallandiers, 2017), Hemley Boum (Les jours viennent et passent, Gallimard, 2019) et Mohamed Mbougar Sarr (Le silence du cœur, Présence africaine, 2018).

16h30-17h30 Lecture-performance musicale de Violaine Schwartz – « Papiers »
Violaine Schwartz a recueilli la parole de plusieurs demandeurs d’asile. Elle a rencontré des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, tous réunis par le même destin : l’obligation de fuir, de quitter le pays natal. Elle s’est fixée une contrainte : écrire à partir des mots entendus, et seulement à partir des mots entendus.

Revues et éditeurs présents

A Littérature – Action, Au nom de la mémoire, Baïka, Hommes et Migrations, Koïnè, La Boîte à Bulles, La Fabrique, L’Autre, NAQD, P.O.L, Polygraphe(s), Radici, Sakamo, Sigila, Signes et balises, Steinkis, Vacarme, Le Ver à Soie, Wahed

Exposition Les enfants vont bien – Nathalie Quintane

Nathalie Quintane a déjà publié des livres d’assemblage ou de montage de textes. Dans Les enfants vont bien (2019, P.O.L) elle radicalise sa démarche. Hors le texte d’ouverture, aucun des mots du livre n’est écrit par elle. Disposés sur la page et calligraphiés selon leur provenance (hommes politiques, textes de loi, centres d’accueil, presse quotidienne, réseau d’aide), les fragments disent, souvent de façon implicite, la violence faite, en France, aux réfugié.e.s. À l’occasion du Salon LittExil, plusieurs pages de ce livre sont exposées à la Médiathèque.

 

Détails

Salon

Samedi 15 février 2020
10h-18h

Palais de la Porte Dorée
293 avenue Daumesnil, Paris 12

Entrée libre et gratuite

Sur le site de la FMSH

Vous aimerez aussi...