Anne Balenghien, « Les sociétés du Sud de la Méditerranée face à l’étranger. Le cas marocain », Etudes et Essais du CJB, n°15, 2013 [en ligne]

Texte intégral : http://www.cjb.ma/images/2013/Collections_CJB/Balenghien_EE15.pdf

Dans les sociétés du Sud de la Méditerranée, la focalisation excessive sur les flux migratoires qui traversent, ou désirent traverser, la Méditerranée du Sud vers le Nord fait écran à d’autres réalités, en particulier, à celle de l’étranger, récemment ou anciennement installé sur cette rive sud de la Méditerranée. L’étranger « installé chez soi », résident parfois depuis plusieurs générations, reste, dans les sociétés maghrébines, une réalité difficile à penser et la question de sa présence et de son intégration continue à être évacuée du champ politique.

L’information statistique mais aussi le traitement politique et académique que l’on fait des statistiques existantes restant tributaires de laperception qu’on a de soi mais aussi de la place à accorder à l’autre chez soi ; il y a beaucoup d’occultations sur ces questions, de fausses évidences que ce texte, dans un premier temps, va chercher à déconstruire.

Dans un deuxième temps, deux moments forts récents seront analysés : l’un, la réforme marocaine du code de la nationalité (2007) ; l’autre, les expulsions de chrétiens résidents, accusés « officieusement » de prosélytisme.

Ces deux temps permettront de voir dans quelle mesure les sociétés du Sud de la Méditerranée sont restées, face à l’ « autre chez soi », sous l’emprise d’une forme de « monolithisme culturel et religieux » qu’il semble encore difficile, certains diront prématuré, de repenser alors même que la place des altérités, au cœur de tout processus démocratique, est en cours au sein de la communauté des nationaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search