Conférences de Dalila SENHADJI, maître de conférences au département d’architecture de l’université des sciences et de la technologie (USTO) d’Oran — les 3, 10, 12 et 17 décembre 2019

Docteure en architecture, option patrimoine, Dalila SENHADJI est maître de conférences HDR au département d’architecture de l’université des sciences et de la technologie (USTO) d’Oran où elle enseigne l’histoire de l’architecture. Ses recherches portent essentiellement sur le patrimoine architectural cultuel et ses brassages sous les périodes espagnole, ottomane et française. Elle travaille aussi sur les techniques de réhabilitation et de restauration dans le patrimoine architectural bâti. Dalila SENHADJI est architecte DPLG, titulaire d’une reconnaissance par le Ministère de la Culture d’Algérie dans le domaine de la restauration du patrimoine culturel (elle est architecte qualifiée des sites et monuments historiques). Elle a bénéficié de deux stages dans l’unité Patrimoine des Etats arabes à l’UNESCO à Paris et à Bahreïn. Dalila SENHADJI est aussi membre associée du Comité International des Villes et Villages Historiques (CIVVIH ICOMOS).

Invitée par Pierre Vermeren (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Chaire sécable de l’IISMM

Conférences

Un fait religieux majeur : la construction des mosquées en Algérie

La première conférence se scinde en deux parties : la première partie est une introduction générale sur la typologie architecturale des mosquées construites aujourd’hui en Algérie. Il s’agit entre autres d’un panorama d’iconographies qui présentent les composantes architecturales adoptées dans le terrain. La seconde partie concerne la législation algérienne en cours en matière de construction de mosquées (les décrets de 2013 et 1991, les recommandations en matière d’architecture et de style à adopter).      

  • Le 3 décembre 2019 de 11h-12h – Université de la Sorbonne, UFR d’histoire de Paris 1, Salle Picard 2, 3ème étage, 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

Dans le cadre du séminaire  « Qu’est-ce que le monde arabe ? » de Paris 1, Philippe Pétriat et Pierre Vermeren

Méthodologie d’une recherche en histoire religieuse de l’Algérie coloniale

La présentation consiste à expliquer la méthodologie adoptée dans une recherche en histoire religieuse de l’Algérie coloniale à partir d’archives. Ma thèse intitulée « Architecture cultuelle chrétienne et conquête coloniale en Algérie. Oran 1831-1913 » constitue l’exemple pour cette présentation (utilisation des archives recouverts : dépouillements, classements,  limites …etc).

  • Le 10 décembre 2019 de 13h-15h – Ecole supérieure d’architecture de la Villette, Salle 108, 144 avenue de Flandre 75019 Paris
Les mosquées issues des conversions de bâtiments religieux de l’Algérie coloniale – modalités de transfert, réappropriations et transformations architecturales

La transformation des bâtiments religieux en Algérie depuis 1962. La troisième conférence tente d’apporter des éléments de réponse aux questionnements cités en amont (dans la première conférence : le terrain et de la législation en cours en matière de construction) à savoir les composantes architecturales d’une mosquée édifiée aujourd’hui en Algérie). Pour cela, une analyse des mosquées issues des conversions des édifices religieux après l’indépendance de l’Algérie est présentée.

  • Le 12 décembre 2019 de 12h à 14h – EHESS, Salle 08, 2e étage, 105, Bd Raspail, 75006 Paris.

 Conférence exceptionnelle de l’IISMM

L’architecture des mosquées en Algérie ottomane. Des mosquées de confréries ?

L’histoire de l’architecture des mosquées en Algérie notamment sous les dynasties musulmanes et l’empire ottoman : un foisonnement de références (l’exemple des deux dernières grandes mosquées construites récemment en Algérie à savoir la grande mosquée Ibn Badis d’Oran et la grande mosquée d’Alger). Un autre cas spécifique est abordé : le cas des mosquées des confréries à travers quelques exemples.

  • Le 17 décembre 2019 de 11h-13h – Université de la Sorbonne, UFR d’histoire de Paris 1, Salle Picard 2, 3ème étage, 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris

Dans le cadre du séminaire de recherche sur les confréries, Pierre Vermeren et Odile Moreau


Vous aimerez aussi...