Olivier Delorme, Histoire de la Grèce et des Balkans. Du Vème siècle à nos jours, 3 tomes, Paris, Gallimard, coll. “Folio histoire”, 2013, 704p., 800p. et 816p.

Pourquoi une telle somme ? Parce que d’hier à aujourd’hui, les Balkans ont été et demeurent une des frontières essentielles de l’Europe. Et que l’oubli du temps long par les puissances européennes a nourri des catastrophes en chaîne au cours des siècles.

Zone frontière est un euphémisme : ici se heurtent les chrétientés romaine et byzantine, bientôt orthodoxe ; la chrétienté dans son ensemble et l’islam ; les empires européens et la puissance ottomane ; les empires européens entre eux, à commencer par la maison d’Autriche, le tsar des Russies et la couronne britannique; les idées impériales et la révolution des États-nations ; les États-nations fondés sur un grand récit historique unitaire et des minorités nationales qui aspirent à la reconnaissance; le cours impérieux des guerres locales, régionales, mondiales et froide et un brassage incessant des populations qui rend vain tout espoir d’États ethniquement homogènes ; pour ne rien dire des promesses des idéaux démocratiques européens et le cynisme quasi-absolu des puissances européennes face à « l’Orient compliqué ».

  • Le premier volume traite des Empires byzantin et ottoman, de leurs caractéristiques et de leurs legs dont les rejeux marquent l’histoire de la région jusqu’à la révolution jeune-turque de 1908.
  • D’une guerre l’autre, le deuxième volume conduit le lecteur du refoulement de la puissance turque hors de l’Europe lors des guerres balkaniques de 1912-1913 et de la liquidation d’un hellénisme d’Asie Mineure deux fois millénaire en 1922-1923, à la constitution, notamment à travers la guerre civile en Grèce, des blocs antagonistes à partir de 1947.
  • Le troisième volume guide le lecteur dans les méandres actuels de la région, depuis la consolidation des démocraties populaires, puis l’effondrement de la dictature militaire grecque jusqu’à l’éclatement du glacis soviétique et les terribles conflits qui s’en sont suivis. Il s’achève sur les espoirs et les désillusions suscités par l’Union européenne — de l’enthousiasme démocratique aux ambiguïtés de la sécession kosovare et aux cures d’austérité brutalement imposées aux peuples.

En définitive, cette somme dessine l’histoire de l’ensemble aux destins indissociables que forment la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la Serbie, le Kosovo, l’Ancienne République yougoslave de Macédoine, l’Albanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Turquie, la Grèce et Chypre.

Olivier Delorme est agrégé d’histoire. Il fut de 1984 à 1987 directeur des Etudes et recherches à l’Institut Charles de Gaulle, puis chargé de mission pour la préparation des journées internationales : De Gaulle en son siècle (1987 – 1990), responsable de la collection Retour aux textes à la Documentation française (1990 – 1997), puis maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris (2001 – 2008).

Delorme_Introduction

 


Vous aimerez aussi...