Les débats du CéSor : présentation du n°145 de la REMMM sur les Chiismes politiques — Campus Condorcet (Aubervilliers), 14h-16h, 19/11/2019

Les débats du CéSor 

Mardi 19 novembre 2019
14h00 – 16h00

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
Chiismes politiques  
Pouvoirs, engagements, imaginaires politiques chiites au Moyen-Orient au XXIsiècle

Sous la direction de Erminia Chiara Calabrese et Robin Beaumont

Discutantes :
Aminah Mohammad-Arif (Chargée de recherche CNRS-CEIAS)
Isabelle Rivoal (directrice de recherche CNRS-LESC)

Lieu : Campus Condorcet – salle 50, Centre de colloques
Place du Front Populaire – Aubervilliers 
Métro : Front populaire ou RER B La plaine  – Stade de France
 

De l’islam politique chiite, l’on ne connaît souvent que deux de ses incarnations les plus visibles internationalement : la République islamique d’Iran et le Hezbollah libanais. Tout au long de leur construction au XXe siècle, cependant, les usages politiques de la référence religieuse chiite ont donné lieu à des expressions différenciées, dans les représentations comme dans les pratiques, bien loin d’une reproduction de l’idéologie khomeynienne de la wilāyat al-faqīh. La chute de Saddam Hussein et l’avènement d’une nouvelle ère politique en Irak à partir de 2003, puis l’internationalisation du conflit qui a ravagé la Syrie ces dernières années, ont contribué à mettre en évidence cette variété des façons dont se trouve mobilisé un univers symbolique chiite partagé.

Ce dossier thématique se propose d’observer quelques expressions actuelles de ces chiismes politiques, dans différents contextes nationaux : de la Turquie où l’islam chiite est minoritaire à l’Iran où il fut édifié religion d’État, en passant par le Liban, l’Irak, la Palestine, le Yémen et jusqu’à la France d’où il se trouve pourtant quasiment absent, la référence politique à l’islam chiite se trouve incarnée dans des configurations de pouvoir, des imaginaires sociaux, des formes d’engagement politique, des identités personnelles et partisanes extrêmement diverses. C’est de cette diversité que ces contributions voudraient rendre compte, en s’intéressant à des organisations partisanes autant qu’à des acteurs politiques ordinaires, et en privilégiant l’étude de cas peu connus de la recherche francophone, par des sociologues, anthropologues et politistes qui nous livrent ici le produit d’enquêtes de terrain au plus près de leur objet.

Revue en ligne


Vous aimerez aussi...