Séminaire commun de l’équipe Islam médiéval “Histoire et archéologie de l’Islam médiéval” — IRBIMMA ou Colegio de España (Paris), les mercredis, 17h-19h, du 25 sept. 2019 au 15 janv. 2020

Histoire et archéologie de l’Islam médiéval
Les mercredis, 17h-19h
Institut de recherche sur Byzance, l’Islam et la Méditerranée au Moyen Âge (IRBIMMA), 17, rue de la Sorbonne, escalier B, dernier étage, Paris 5e
ou
Colegio de España, Cité Universitaire, 7E Bd Jourdan, Paris 14


Mise à jour : 18 septembre 2019

Le séminaire repose sur une alternance entre séances plénières et des ateliers

Programme du premier semestre 2019-2020

  • 25 septembre (IRBIMMA) : Empire et provinces, Orient islamique
    Annliese Nef (univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Mathieu Tillier (Sorbonne Université), Empire et provinces : introduction générale
  • 2 octobre (IRBIMMA) : Empire et Provinces, Orient islamique
    Andrew Marsham (University of Cambridge), Observations on the Umayyad Empire : Structures of Power in Earliest Islam
  • 9 octobre (IRBIMMA) : Empire et provinces, Orient islamique
    Mathieu Tillier (Sorbonne Université), Représenter la province auprès du pouvoir impérial : les délégations (wufūd) égyptiennes aux deux premiers siècles de l’Islam
  • 16 octobre (Colegio de España) : Empire et provinces, Occident islamique
    Annliese Nef et Jean-Pierre Van Staëvel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Introduction au thème de l’année, vu depuis l’Occident islamique
  • 23 octobre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Marie Legendre (University of Edinburgh), Les langues de l’administration umayyade : traduction, formation des scribes et multilinguisme sous les Marwanides
    Muriel Debié (EPHE), Les enjeux du multilinguisme dans l’Antiquité tardive et les débuts de l’Islam : grec, syriaque et arabe en dialogue
  • 6 novembre : Ateliers
  • 13 novembre (Colegio de España) : Empire et provinces, Occident islamique
    Sobhi Bouderbala (Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis), Nouvelles réflexions sur les relations entre l’Ifrīqiya et l’empire islamique aux premiers siècles de l’Islam
  • 20 novembre : Ateliers
  • 27 novembre (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Jérémie Schiettecatte (CNRS, UMR 8167), Al-Yamâma. Etude d’une oasis au cœur de l’Arabie centrale
    Axelle Rougeulle (CNRS, UMR 8167), Archéologie du monde islamique dans l’Océan Indien : Les fouilles archéologiques de Qalhât (Oman)
  • 4 décembre : Ateliers
  • 11 décembre (IRBIMMA) : Empire et provinces, Orient islamique
    Sophie Métivier (université Paris 1 Panthéon Sorbonne), La « question provinciale » à Byzance, une histoire occultée
  • 18 décembre : Ateliers
  • 8 janvier (Colegio de España) : Empire et provinces, Occident islamique
    Corisande Fenwick (University College London), Dynamiques régionales et transformations sociales au Maroc durant le haut Moyen Âge (VIe-IXe s.) : réflexions préliminaires à partir du cas de Walīla (Volubilis)
  • 15 janvier (IRBIMMA) : Actualités de la recherche
    Zacharie Mochtari de Pierrepont (Postdoctoral Research Fellow in Arabic Historiography, Ghent University), Intégrer l’apport des humanités numériques dans l’analyse des réseaux du monde musulman médiéval : perspectives et limites
    Maxim Romanov (Universitätassistent für Digital Humanities, Institut für Geschichte, University of Vienna et Senior Research Fellow at “Knowledge, Information Technology, and the Arabic Book” Aga Khan University–London), Complex Tools for Complex Texts : a Digital Analysis of al-Ḏahabī’s Taʾrīḫ al-islām

Séances plénières : thèmes

1. La construction sociale de l’espace dans l’islam médiéval. Volet 2 : L’empire et ses provinces

  • série Orient islamique :
    Responsables : Sylvie Denoix (CNRS-UMR 8167), Mathieu Tillier (Sorbonne Université) et Éric Vallet (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle de lecture
    dates : 25 septembre ; 2 et 10 octobre ; 11 décembre
  • série Occident islamique
    Responsables : Sophie Gilotte (CNRS, CIHAM), Annliese Nef (unv. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Paris Ouest Nanterre), Dominique Valérian (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-Pierre Van Staëvel (univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Élise Voguet (CNRS, IRHT).
    Lieu : Colegio de España de Paris, Cité Universitaire
    dates : 16 octobre ; 13 novembre ; 8 janvier

Plus personne n’envisage aujourd’hui l’empire islamique comme une entité monolithique relevant de normes administratives communes à toutes les contrées qu’il recouvre, ni même à l’identifier à une forme d’État unique gouverné d’une capitale centrale sans la moindre délégation de pouvoir. Pour autant, sans nécessairement penser en termes de « civilisation », les chercheurs s’accordent à considérer qu’il existe une entité que l’on peut désigner comme « le monde de l’Islam », partageant des cadres cognitifs et conceptuels, des institutions, et même une culture matérielle.
Ce séminaire se donne pour objectif d’appréhender cette entité comme un espace, non pas entendu physiquement, mais comme une construction sociale que nous aborderons ici au prisme de l’empire. Nous nous demanderons ainsi comment s’est élaborée et construite l’intégration des différents régions islamiques à cet empire, entre les VIIe et XIe siècles.

2. Actualités de la recherche

Responsable : Sylvie Denoix (CNRS, UMR 8167)
Lieu : IRBIMMA, salle de lecture
dates : 23 octobre ; 27 novembre ; 15 janvier

Ce séminaire a pour ambition de présenter de nouveaux terrains ou des recherches récentes concernant le domaine de l’Islam médiéval. Des chercheurs de différentes générations (des doctorants avancés aux chercheurs seniors), spécialistes de diverses disciplines (histoire, archéologie, histoire de l’art, islamologie, études littéraires…), y présentent leurs travaux afin d’approfondir la connaissance que nous avons des sociétés que nous étudions dans leurs différentes dimensions (productions savantes comme culture matérielle, représentations et pratiques, étude des institutions comme des acteurs sociaux qui les animent).

Ateliers au choix


Dates : 6 et 20 novembre ; 4 et 18 décembre

1. Histoire, science sociale ? Faire de l’histoire avec Pierre Bourdieu
Responsables : Annliese Nef et Jean-Pierre Van Staëvel (Univ. Paris 1 – Panthéon Sorbonne)

L’histoire et la sociologie constituent deux disciplines voisines, mais différentes. L’historien peut donc proclamer au mieux faire de l’histoire avec les sciences sociales. Pourtant, comme le ou la sociologue, il étudie des sociétés. En 1934, Marc Bloch pouvait même écrire : « Le sociologue, l’historien – je suis de ceux qui, entre ces deux noms, ne voient nul abîme ». Plus tard, en France, c’est le sociologue Pierre Bourdieu qui a le mieux incarné cette figure du chercheur en science sociale, plus soucieux de construire et d’analyser des objets sociaux que de délimiter des frontières disciplinaires. Nombre d’historiens l’ont compris et se sont associés à sa démarche de réunification. Si l’histoire est donc une science sociale, c’est avec Pierre Bourdieu qu’il est possible d’en saisir les conséquences, raison pour laquelle il est l’objet de cet atelier.
Après une première séance qui permettra d’appréhender les enjeux de l’approche bourdieusienne (Christophe Pébarthe, Université de Bordeaux Montaigne, 6 novembre), une deuxième séance s’interrogera sur les usages possibles de la pensée de Pierre Bourdieu sur l’État afin d’étudier l’État impérial islamique (Annliese Nef, 20 novembre). Une troisième séance abordera l’apport de Pierre Bourdieu à l’histoire de l’art (Jean-Pierre Van Staëvel, sur l’art almohade au sein de l’art islamique, 4 décembre). La dernière séance proposera aux doctorants qui le souhaitent de discuter la manière dont ils pensent leur sujet de recherche avec Pierre Bourdieu (18 décembre). Chaque séance est organisée comme un atelier interactif.

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, salle de lecture

2. Sources écrites : L’historiographie copto-arabe
Responsable : Perrine Pilette (Sorbonne Université)

En écho au thème général du séminaire, cet atelier permettra d’étudier l’intégration de l’Égypte en tant que province au sein de l’empire, telle qu’elle fut perçue et représentée par les Coptes dans leur historiographie écrite en arabe. Celle-ci – l’historiographie dite copto-arabe – est riche en récits souvent uniques nuançant souvent ceux des chroniqueurs musulmans et concernant, par-delà l’histoire des chrétiens, celle de l’Égypte médiévale dans son ensemble.
Ce genre littéraire naquit à l’époque fatimide grâce la première rédaction de l’Histoire des Patriarches d’Alexandrie (XIe siècle) et se compose de plusieurs œuvres aux traditions textuelles interdépendantes. L’analyse d’une sélection de récits présents dans différentes œuvres de ce corpus (ou versions de ces œuvres) permettra de mettre en évidence l’évolution de ces représentations. Des questions de sociolinguistique (moyen arabe médiéval) et de codicologie seront aussi envisagées de manière ponctuelle.
Les extraits lus durant l’atelier (distribués au préalable) seront principalement issus des textes suivants : l’Histoire des Patriarches d’Alexandrie (XIe s.), l’Histoire des Églises et des Monastères d’Égypte (XIIIe s.), l’Histoire, d’al-Makīn (XIIIe s.) et le Synaxaire copto-arab (XIVe s.).

Lieu : Sorbonne, IRBIMMA, petite salle de lecture


Vous aimerez aussi...