Séminaire EHESS : “L’orientalisme en train de se faire. Atelier d’archives” — EHESS ou BULAC (Paris), du 22 novembre 2019 au 19 juin 2020

L’orientalisme en train de se faire. Atelier d’archives

  • Emmanuel Szurekmaître de conférences de l’EHESS (CETOBaC) – Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Marie Bossaertchargée de recherche contractuelle CNRS à l’École française de Rome
  • Augustin Jomiermaître de conférences à l’INaLCO

Un vendredi par mois de 13 h à 17 h (105 bd Raspail 75006 Paris ou BULAC, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris), du 22 novembre 2019 au 15 mai 2020. Voir détail dans le descriptif

  • 22 novembre 2019 : BULAC, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris
  • 20 décembre 2019 : salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 17 janvier 2020 : salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 28 février 2020 : BULAC, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris
  • 20 mars 2020 : salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 24 avril 2020 : salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 15 mai 2020 : salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris
  • 19 juin 2020 : salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris

Cette enquête collective entre dans sa quatrième année. Menée conjointement avec des chercheuses et chercheurs (Claire Fredj, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense ; Benjamin Guichard, directeur scientifique de la BULAC ; Alain Messaoudi, maître de conférences à l’Université de Nantes ; Magali Nié, archiviste ; Aurélie Pérrier, docteure en histoire ; Naomi Russo, archiviste à l’EHESS ; Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences à l’École normale supérieure) et des étudiant·e·s de l’EHESS et de l’ENS (Sarah Asset, Anna Damon, Caroline Emin, Zeynep Bengisu Ertuğrul, Gabriel Malek, Elise Paysant, Juliette Ronsin, Margo Stemmelin), elle vise à écrire une histoire de l’orientalisme par ses pratiques. Nous saisissons l’orientalisme dans son épaisseur sociale et intellectuelle, intime et politique, locale et transnationale.

Pour ce faire, nous travaillons directement à partir de la correspondance inédite (conservée à l’EHESS) de l’arabisant et berbérisant René Basset (1855-1924), qui enseigna en Algérie à partir de 1880 et qui devint le premier doyen de la faculté des lettres de l’Université d’Alger. L’objectif de cette ethnographie de l’archive est d’étudier la science orientaliste « en train de se faire » – c’est-à-dire sur le terrain, notamment colonial – plutôt qu’à partir de ses seules expressions publiques et publiées. Cette année, l’atelier prendra la forme d’un séminaire de restitution : nous présenterons le fruit de trois ans de recherche et soumettrons nos textes, communiqués en amont, à la discussion d’invités extérieurs, dans la perspective de leur publication.

En savoir plus


Vous aimerez aussi...