Séminaire « L’intégralisme dans tous ses états : politique, religion et violences en France et dans le monde. Ce que le fondamentalisme fait en et à la société » — IISMM, 4e jeudi du mois de 14h à 16h, du 28/11/2019 au 25/06/2020

  • Haoues Seniguermaître de conférences, Sciences Po-Lyon – Cet enseignant est référent pour cette UE

4e jeudi du mois de 14 h à 16 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 28 novembre 2019 au 25 juin 2020

Niveau requis : master/doctorat.

Voir sur le site des enseignements de l’EHESS
(à consulter pour les mises à jour)

Présentation

Ce séminaire est dédié à une approche pluridisciplinaire du fondamentalisme ou de l’intégralisme religieux, et à ses modalités d’expression dans une pluralité d’espaces sociaux, aussi bien dans une perspective comparatiste (sur plusieurs continents) que dans la prise en compte du temps long (époques médiévale, moderne et contemporaine).

On se fondera, avant toute chose, sur la définition que donne de l’intégralisme Jean-Marie Donegani : « le propre des modèles intégralistes tient dans tout ce que la vision du monde est organisée autour d’une référence religieuse ».

Il s’agira, à partir de ce premier jalon, de dé-spécifier le rapport courant à l’islam et à l’intégralisme musulman. Et ce en nous intéressant aux intégralismes juif, chrétien, hindou et bouddhiste. Nous voudrions, de la sorte, échapper à l’effet de loupe médiatique lié au surinvestissement contemporain de la catégorie « islam politique » ou « islamisme » auquel n’échappent pas toujours les chercheurs en sciences sociales. En tout état de cause, l’hyper focalisation sur l’islamisme ne permet absolument pas d’épuiser les nombreux ressorts et facettes de l’imaginaire intégraliste. Plus encore si l’on souhaite comparer de manière efficiente les répertoires discursifs mobilisés par les différents acteurs (leaders et militants) de tel ou tel courant intégral, à tel et tel moment de l’histoire, sans exclusive. Ainsi, les réflexions conduites au cours du séminaire permettront d’explorer tous ces aspects, sur la base d’apports aussi bien théoriques, épistémologiques, qu’empiriques, c’est-à-dire fondés sur des enquêtes de terrain de nature qualitative ou quantitative.

Il est également utile de souligner que l’intégralisme peut être soit maximaliste, soit minimaliste dans ses revendications et modes d’action. Cela dépend en partie des contextes où il s’inscrit, en ce sens qu’il épouse généralement les contraintes institutionnelles auxquelles il ne peut pas toujours se soustraire, par nécessité conjoncturelle et/ou structurelle. De ce point de vue, la force, les ressources mobilisationnelles et discursives des intégralistes ou fondamentalistes ne sauraient se mesurer seulement en termes de succès politiques ou de transformation effective de l’ordre institutionnel établi. Les intégraux peuvent marquer des points en fidélisant et en ralliant une partie du public à leur vision du monde, via les réseaux sociaux et le développement de niches éditoriales qui peuvent se révéler éminemment efficaces. En effet, les intégralistes s’appuient sur de multiples supports et véhicules permettant de la sorte de démultiplier l’impact de leur offre. 

Le défi posé par l’intégralisme aux sociétés où il prend racine, ne concerne donc pas exclusivement les sociétés ventilées et régulées, du point de vue social et institutionnel, par le religieux. Il se manifeste bel et bien dans des pays dits sécularisés, tels que la France ou les Etats-Unis.

Les actes de violence commis par exemple au nom de l’islam, ou les représentations « intégrales » de l’islam de tel ou tel acteur collectif ou individuel, sont-ils d’ordre politique, religieux ou de façon moins tranchée, politico-religieux ? Dans quelle mesure l’intégralisme religieux a des effets pratiques, objectivables sur et dans la réalité sociale, en dehors du phénomène terroriste qu’il faut par ailleurs prendre au sérieux ? Autrement dit, il convient de s’intéresser aux discours des acteurs sociaux qui invoquent et convoquent la religion publiquement, le contexte dans lequel ils interviennent, et à la destination de quels publics. Car, pourquoi vouloir a priori, notamment dans le cas du fait islamique et des diverses modalités de sa mobilisation dans l’espace public en France ou ailleurs, l’explication politique plutôt que l’explication religieuse, ou inversement ? Comment opérer de bonnes distinctions et à partir de quelle méthodologie, aux fins de s’affranchir de découpages manichéens dictés par les urgences du moment?

Nous envisagerons quatre axes de recherche et de discussion principaux :

Un axe portera, sur un plan méthodologique, sur la définition des termes en jeu (intégralisme et fondamentalisme) ainsi que sur l’articulation entre religion, sécularisation et désécularisation.

Un deuxième axe portera principalement sur les liens réels ou supposés entre appartenances et/ou discours fondamentalistes/intégralistes et la violence de différents types : physique et symbolique. Nous nous interrogerons notamment sur la pertinence ou non à découpler radicalement l’intégralisme d’avec la violence, en discutant par exemple certaines typologies en vogue (salafisme quiétiste/salafisme activiste/salafisme djihadiste). A cet égard, nous penserons les porosités idéologiques éventuelles. 

Un axe portera sur les fondamentalismes/intégralismes à l’épreuve de toutes les questions afférentes aux situations minoritaires ou à l’altérité religieuses, politiques, sexuelles, etc. 

Enfin, un dernier axe s’intéressera aux discours philosophiques ou intellectuels de croyants qui se définissent publiquement comme bouddhistes, hindous, juifs, chrétiens et musulmans de tendance libérale ou critique, confrontés ou opposés aux fondamentalismes/intégralismes. Nous discuterons à cette aune des contre-discours mis en œuvre, aux alternatives réelles ou supposées aux discours intégralistes, et à leur réception dans les différents champs politico-religieux concernés. 

Programme

(à venir)

Renseignements : par courriel.

Direction de travaux d’étudiants : non.

Niveau requis : master/doctorat.

Adresse(s) électronique(s) de contact : haoues.seniguer(at)ehess.fr


Vous aimerez aussi...