Séminaire « L’histoire de l’art au Maghreb et au Moyen-Orient et les migrations artistiques : circulations, transferts culturels, création XIXe-XXIe siècle » — IISMM, 1er et 3e vendredis du mois de 15h à 17h, du 14/11/2019 (au lieu du 15/11) au 19/06/2020

  • Fanny Gilletdoctorante à l’Université de Genève
  • Alain Messaoudimaître de conférences à l’Université de Nantes
  • Silvia Naefprofesseure ordinaire à l’Université de Genève – Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Claudia Polledri, post-doctorante à CRIalt-Université de Montréal
  • Perin Emel Yavuzingénieure de recherche au CNRS (ICM)

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du jeudi 14 novembre 2019 au 19 juin 2020
Exceptionnellement, la rentrée du séminaire aura lieu le jeudi 14 novembre, de 13h à 17h, en salle des étudiants au 1er étage puis en salle Lombard au RDC.

Voir sur le site des enseignements de l’EHESS
(à consulter pour les mises à jour)

Présentation

Nous nous proposons de poursuivre cette année notre enquête sur l’écriture de l’histoire des arts visuels au Maghreb et au Moyen-Orient  en l’abordant sous l’angle de la migration et des différents aspects qu’elle recouvre : circulations, échanges, transferts culturels et expériences migratoires.

Nous étudierons des parcours d’artistes en direction de cette aire géographique, en son sein ou à partir d’elle, en retraçant leurs trajectoires migratoires, temporaires ou définitives, volontaires (en quête d’un nouvel environnement, pour poursuivre des études ou une carrière…) ou contraintes (pour échapper à une situation de guerre ou de répression politique…).

Nous porterons une attention particulière aux réseaux d’insertion, vecteurs de rencontres et d’influences, dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit de comprendre comment, dans le déplacement, les artistes — médiateurs culturels en puissance — contribuent à l’exportation et à l’importation de biens symboliques via l’appropriation, la diffusion et la transmission de concepts et de pratiques.

Nous ferons une place à l’analyse des productions artistiques qui témoignent de l’expérience migratoire. Dans une approche biographique et plastique, nous étudierons comment un vécu subjectif s’exprime dans ces œuvres. Cela nous invitera à réfléchir aux concepts d’écriture migrante et d’écriture de l’exil et à leur opérabilité dans le champ des arts visuels.

Programme

Jeudi 14 novembre 2019, 13h-17h, salle des étudiants, puis salle Lombard
Exceptionnellement, la rentrée du séminaire aura lieu le jeudi 14 novembre, de 13h à 17h, en raison de la mutualisation de la séance avec le séminaire “Frontières et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécu“.

13h-14h : Accueil des étudiants du séminaire “Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen Orient, XIXe-XXIe siècle”
IISMM-EHESS, salle des étudiants, 1er étage, 96 bd Raspail, 75006 Paris

14h-17h : Séance mutualisée avec le séminaire “Frontières
et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécu

IISMM-EHESS, salle Lombard, rdc, 96 bd Raspail, 75006 Paris

    • Introduction du séminaire par Amin Moghadam, Stéphanie Latte-Abdallah, Hélène Thiollet
    • Perin Emel Yavuz, CNRS/Institut Convergences Migrations, Mobilités artistiques et imaginaires migratoires. Renouveau du motif de la Méditerranée dans les arts plastiques au prisme des crises des années 2010.
    • L’immigration et les migrations au prisme de l’art contemporain dialogue entre l’artiste plasticienne Ghazel et Isabelle Renard, Cheffe du service des expositions et collections du Musée National de l’Histoire et de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée
    • Débat
Attention, en raison du mouvement social, la séance du 6 décembre est annulée !
Vendredi 6 décembre 2019, 14h-17h

14h-15h : Introduction au thème annuel du séminaire par Alain MessaoudiSilvia NaelClaudia Polledri et Perin Emel Yavuz

15h-17h : Nicolas Schaub (présentation du voyage de Delacroix au Maroc et discussion)

Alger 1832. L’escale de Delacroix

A la suite de son périple marocain qui a duré près de six mois, Eugène Delacroix débarque à Alger en juin 1832. En quelques jours, il constate l’instabilité politique et militaire de la cité. La conquête et la colonisation sont encore dans une phase incertaine. Les premiers colons sont arrivés et l’armée française est omniprésente. Les débats sont vifs, étonnamment ouverts, et longtemps épargnés par la censure, sur des questions aussi graves que l’occupation des terres, les expropriations et les violences infligées aux civils. L’artiste observe ces diverses situations et recueille des motifs et des objets qui lui servent pour son tableau des Femmes d’Alger dans leur appartement. L’oeuvre réalisée à Paris porte ainsi la marque du voyage hors de France.

Vendredi 20 décembre 2019, 15h-17h

Nagham Hodaifa, docteure en Histoire de l’art, chercheuse associée à l’EA HiCSA-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Également artiste-peintre, diplômée de l’École des Beaux-arts de Damas

Marwan entre Damas et Berlin. Le visage en question.

Aujourd’hui nous pouvons saisir l’influence de Marwan (1934-2016), artiste majeur du monde arabe, sur l’œuvre de nombreux artistes contemporains arabes. Peintre diasporique dont le langage artistique s’est élaboré entre Damas et Berlin, Marwan a émigré en Allemagne en 1957 et y est demeuré jusqu’à sa disparition en 2016. Dès les années 1960, sa peinture fait référence dans le milieu de l’avant-garde berlinois et s’inscrit dans le mouvement historique de la Nouvelle Figuration ou Pathetische Figuration alors que, durant cette décennie et plusieurs dizaines d’années plus tard, son art reste peu connu dans le monde arabe. En effet, l’œuvre de Marwan témoigne d’une réelle singularité par son exploration inlassable du motif du visage, un leitmotiv qu’il décline durant cinquante ans de vie artistique, sous des formes variées, et qui peut apparaître comme une manifestation esthétique de ce déplacement culturel. Car la thématique du “visage” (on dit habituellement un portrait ou un autoportrait) est rarement explorée par ses contemporains originaires du monde arabe. Comment alors aborder ce motif dans sa relation avec la culture visuelle du pays d’origine et de celui d’adoption de l’artiste ? Pour Marwan, la répétition du motif tient à son lien culturel avec l’Orient : regarder un même sujet en portant un nouveau regard, reprendre la même forme pour la réengendrer autrement. Cette répétition doit elle être lue comme l’écho d’un procédé pictural propre à la peinture ou d’une inspiration venue d’Orient?

Pour préparer la séance

  • Hodaifa (Nagham), Marwan. Face à face, Berne, Peter Lang,
    coll. « Études culturelles et sociales sur le Moyen-Orient », 2018, 396 p.
Vacances scolaires : 21 déc.-6 janv.
Vendredi 17 janvier 2020, 15h-17

Hélène Tissières, chercheuse affiliée au Global Studies Institute de l’Université de Genève

Art contemporain de l’Afrique et de sa diaspora : de la trace et du fantôme 

Cette intervention est basée sur une réflexion de l’artiste franco-algérien Khader Attia Réfléchir la mémoire et du positionnement des artistes concernant “l’amputation”, soit la blessure donc des violences et des destructions (trace) et de la mémoire (fantôme), et leur façon de dénoncer les déséquilibres de la globalisation. Il sera question non seulement des injustices perpétrées et de l’absence d’écologie, mais aussi de la violence, des guerres, et de la question de l’immigration. Sans résolution (solutionnement), les fantômes prennent le devant de la scène et James Baldwin dans divers interviews, rapportés dans le film I am not your Negro de Peck, en évoque les conséquences. Seront étudiées les œuvres de divers artistes dont Jems Koko Bi (ivoirien), Bruce Clarke (anglo-sud-africain), Safaa Erruas (marocaine) et Kacimi (marocain), et également le travail des cinéastes marocain Zinoun et franco-algérien Allouache ainsi que du rappeur sénégalais Didier Awadi qui a composé avec un musicien tunisien. Les entrelacs Maghreb-Afrique subsaharienne seront constants.

Vendredi 31 janvier 2020, 15h-17h

Alix Brouillon, masterante, EHESS

Negin Sharifzadeh, artiste iranienne en mouvement

Installée aux États-Unis depuis 2009, Negin Sharifzadeh se présente comme une artiste ayant quitté son pays volontairement pour faire fleurir son art et trouver une place dans le marché global, tout en entretenant des liens avec la société d’origine dans laquelle s’ancre son travail esthétique. Il s’agira d’explorer, à travers son récit de vie, sa trajectoire migratoire, son intégration par la création et par son statut d’artiste dans sa nouvelle société d’accueil. Ces éléments biographiques ainsi que sa pratique artistique en mobilité peuvent fournir des pistes de réflexion sur les processus effectivement à l’œuvre la migration des artistes femmes dans un contexte de mondialisation.
Si les conditions le permettent, cette intervention s’effectuera en présence de l’artiste sous la forme d’un dialogue.

Vendredi 7 février 2020, 15h-17h

Fabienne Dumont, historienne de l’art, professeure à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Nancy

Migrer et représenter les migrations. Autour de l’exposition TRANS/HUMANCE de Nil Yalter au MAC VAL

Artiste en migration, Nil Yalter (1938, Le Caire) s’installe à Paris en 1965 pour poursuivre un cursus aux Beaux-arts et y établir sa carrière. Dès les années 1970, elle développe un art pionnier tant sur le plan des formes que sur celui des thèmes. Vidéo, peinture, dessin, photographie, collage, performance et installation concourent à former une œuvre hybride dont la matière première est issue d’une méthodologie anthropologique qui s’intéresse aux conditions de vie des minorités et des populations marginalisées : femmes, prisonnières, homosexuels, travailleur·euse·s immigré·e·s, communautés exilées… À travers ses œuvres, Nil Yalter donne à entendre la difficulté à vivre une situation d’exil au sein d’une ville, un pays, ou de la société.
Au cours de cette séance, Fabienne Dumont, commissaire de l’exposition TRANS/HUMANCE et meilleure spécialiste en France de Nil Yalter, reviendra sur le parcours de l’artiste et le thème de la migration qui prédomine dans son œuvre.

Pour préparer la séance

  • Trans/humanceexposition au Mac/Val, Ivry-sur-Seine, 5 octobre 2019 au 9 février 2020
  • Fabienne Dumont, Nil Yalter. Une œuvre sociologique à la confluence des mémoires et des mythologies, Mac/Val, 2019, 320 p.
  • Fabienne Dumont, Entretien avec Nil Yalter, Manuella Édition, 2019, 112 p.

Vacances scolaires : 8-24 février

Vendredi 6 mars 2020, 15h-17h

Olga Nefedova, Associate professor – National Research University HSE, Moscow/Researcher – Orient-Institut Beirut (Max Weber Foundation)

Art and Artists Crossing Borders: the Early History of Art Education for Arab Artists in the USSR in 1950-70s

During recent decades, interest in different facets of contemporary Arab art has increased significantly. Although this interest has played a key role in bringing modern and contemporary Arab art into wider focus, significant gaps remains in the scholarly discussion. This seminar will analyse the new artistic practices and the art heritage of Arab artists who graduated from various USSR art institutions. It studies artists who graduated or were continuing as postgraduate students between 1959, when the first group of Arab art students arrived in the USSR and 1979. The study is based on the previously unpublished material from various archives. The research was undertaken with the aid of artists and artists’ relatives, based on the materials gathered through meetings, interviews and correspondence with them. Information from large collections of press clippings from Soviet newspapers, journals and magazines of 1950-1980s was also considered. The seminar will address the problem of Arab artists’ education within the context of social realism ideology in art, as well as problem of students’ adaptation in the USSR and their post-Soviet art career in their own countries and abroad.

Vendredi 20 mars 2020, 15h-17h

Christine Peltre, professeur émérite en Histoire de l’art contemporain, Université de Strasbourg

Le retour de l’antiquité gréco-romaine dans l’orientalisme au début du XXe siècle

Avec l’intérêt croissant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, pour les arts de l’Islam, la production orientaliste paraît plus tournée vers la représentation de la culture et de l’histoire du monde musulman. Proche de Mariano Fortuny, l’œuvre de Henri Regnault peut en témoigner, autant dans les œuvres exposées que dans ses projets. Les « Panathénées » observées par Delacroix à Tanger semblent conjurées par une approche différente. La vision ancienne connaît pourtant une nouvelle actualité au début du XXe siècle, avec la réinterprétation de l’antiquité gréco-romaine au contact de la lumière et des scènes de l’Afrique du Nord. Cette tendance est soutenue par les écrits de Louis Bertrand comme La Grèce du soleil et des paysages en 1908. Le même auteur développera dans Les Villes d’or (1921) sa vision de l’« Afrique latine », défendue par l’expansion touristique . On verra comment la peinture, sous diverses formes, reflète cette orientation, et les réactions qu’elle a suscitées.

Vendredi 3 avril 2020, 15h-17h

Séance des étudiants

Vendredi 15 mai  2020, 15h-17h

Silvia Naef, Professeure ordinaire, Université de Genève, département d’arabe

Titre à venir

Vendredi 29 mai 2020, 15h-17h

Victoria Ambrosini, docteure en histoire de l’art de l’EHESS, commissaire et critique d’art, et Mohamad Al Roumi, artiste et président de la Caravane culturelle syrienne

La scène photographique contemporaine syrienne : renouveau, crise et mobilités

Dans cette étude de la création contemporaine en Syrie au prisme des migrations, le fil rouge sera la photographie à travers l’œuvre et le parcours de Mohamad Al Roumi, président de la Caravane culturelle syrienne — une plateforme de visibilités pour les peintres et les photographes syriens exilés créé en 2014.

Photographe depuis 1975, Mohamad Al Roumi inaugure une pratique « contemporaine » de l’art, qui intègre la photo et la vidéo dans une scène artistique syrienne dominée par la peinture et un certain nationalisme esthétique, où s’exprime une méfiance à l’égard des évolutions identifiées comme occidentales. Soucieux d’affirmer une universalité de l’art, son travail reste centré sur la Syrie et en particulier, la vie rurale. Acteur et témoin d’un renouveau de la photographie syrienne, Mohammad El Roumi développe une carrière au niveau international, quoique marginale dans le contexte de fermeture politique de la Syrie, qui annonce l’essor, depuis 2000, de la visibilité de la production, notamment photographique et cinématographique, des artistes syriens.

Cette intervention examinera le rôle joué par les migrations et l’exil, qui concerne de nombreux artistes depuis la répression de la Révolution de 2011, dans la création contemporaine syrienne. Il s’agira ainsi d’évaluer l’impact de ces nouvelles conditions d’expression et d’exposition sur la scène artistique syrienne, éclose une décennie plus tôt. On se demandera également dans quelle mesure cette pratique répond à une demande documentaire mais aussi anthropologique de la part des commanditaires étrangers et, en l’occurrence, occidentaux.

Vendredi 5 juin 2020, 15h-17h

Alain Messaoudi, MCF Université de Nantes

Titre à venir

Perin Emel Yavuz, Ingénieure de recherche, CNRS/Institut Convergences Migrations

Titre à venir

Vendredi 19 juin 2020, 15h-17h

Claudia Polledri, Chercheuse postdoctorale, Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, Université de Montréal

Titre à venir


Renseignements : par courriel Silvia.Naef(at)unige.ch et messaoud(at)ehess.fr

Site web : http://arvimm.hypotheses.org/

Adresse(s) électronique(s) de contact : alain.messaoudi(at)univ-nantes.fr, arvimm.groupe(at)gmail.com


Vous aimerez aussi...