Séminaire « Frontières et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécus » — IISMM, jeudis de 14h à 17h, du 14/11/2019 au 11/06/2020

  • Stéphanie Latte Abdallahchargée de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po) – Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Amin MoghadamAssociate Research Scholar, Princeton, Sharmin and Bijan Mossavar-Rahmani Center for Iran and Persian Gulf Studies
  • Hélène Thiolletchargée de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po)

Certains jeudis de 14 h à 17 h (96 bd Raspail 75006 Paris), les 14 novembre, 19 décembre 2019, 9 janvier, 27 février, 12 mars, 2 avril, 14 mai et 11 juin 2020. Cf. salles indiquées ci-dessous

Séminaire ouvert à partir du master.

Voir sur le site des enseignements de l’EHESS
(à consulter pour les mises à jour)

Présentation

Ce séminaire interroge conjointement les frontières et les enfermements contemporains dans les sociétés arabes et les mondes musulmans. Qu’il s’agisse de la détention ou de la prison, des espaces de rétention dits frontaliers ou type camps, ou encore du confinement hospitalier, et des différents lieux de ségrégation spatiale, dans les villes par exemple, le séminaire explorera, à travers des recherches toujours empiriquement ancrées, des objets variés dans un espace géographique large du Maghreb à l’Inde du Nord incluant la diversité des sociétés arabes et des communautés musulmanes dans le monde. Cette acception large de l’espace de compétence du séminaire – sociétés arabes et mondes musulmans – permet d’aborder une région par ses marges internes et externes (boundaries et borders). On peut ainsi penser l’objet central de ce séminaire comme l’ensemble des modalités de fragmentation fine et de circulations discrètes qui font vivre à l’échelle individuelle et collective les frontières territoriales, sociales et carcérales.

Nous mettrons en lien d’une part le champ du carcéral et du pénal, largement sous-étudié dans cette région, avec celui des frontières, des migrations, de la citoyenneté et de l’ethnicité lui plus intensément documenté. On le sait, loin de démarquer, les espaces frontières comme les séparations entre dedans-dehors dans les contextes d’enfermement carcéral produisent des interactions ambigües : zones de contact et de friction, d’échanges et de séparation, de définition et d’hybridation des identités et ce, malgré le postulat d’hétérogénéité radicale des différentes populations qui les pratiquent, les détenus et les surveillants, les malades et les soignants, les étrangers et les citoyens, les réfugiés et les travailleurs sociaux ou les « humanitaires », les membres de différentes communautés, de différents quartiers au sein d’espaces urbains et ruraux. Il sera question de réfléchir aux vécus, à la circulation de pratiques et de normes d’abord à une échelle régionale, tout en s’appuyant sur les travaux les plus récents sur ces thématiques à l’échelle globale.

D’autre part, plutôt que les Etats et les identités politiques, le séminaire se concentrera sur les pratiques quotidiennes, la matérialité des contextes et des interactions sociales. Il s’attachera essentiellement à décrire et analyser les vécus, les ressentis et les perceptions des frontières et des enfermements qui les inscrivent tout à la fois dans des rapports complexes de pouvoir, de domination, d’émancipation et de lien social ou affectif : à la manière dont ils sont incarnés, et ainsi aux corps, aux objets et aux affects. Pour ce faire, l’approche du séminaire est résolument pluridisciplinaire et travaille à l’intersection entre histoire contemporaine, sciences sociales, travaux artistiques et cinématographiques. Au-delà, il s’agit de proposer des formes narratives plus expérimentales, de penser des écritures innovantes.

Programme

14 Novembre 2019 (salle M. & D. Lombard au RDC du 96 bd Raspail) : Art en migration, aux frontières 

  • Introduction du séminaire par Amin Moghadam, Stéphanie Latte-Abdallah, Hélène Thiollet
  • Perin Emel Yavuz, responsable de l’animation scientifique de l’Institut Convergences Migrations, Mobilités artistiques et imaginaires migratoires. Renouveau du motif de la Méditerranée dans les arts plastiques au prisme des crises des années 2010.
  • L’immigration et les migrations au prisme de l’art contemporain:
    dialogue entre l’artiste plasticienne Ghazel et Isabelle Renard, Cheffe du service des expositions et collections du Musée National de l’Histoire et de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée
  • Débat

19 décembre 2019 (salle des étudiants, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : Des Frontières affectées

  • Introduction générale du séminaire (Stéphanie Latte Abdallah, Amin Moghadam et Hélène Thiollet)
  • Chiara Pilotto (IRIS/EHESS), « Silence, affects et racisme dans l’espace colonial israélo-palestinien »
  • Aymon Kreil (Ghent University), « À l’abri des ennuis : Désir de normalité et frontières dans l’Égypte post-Moubarak »

9 janvier 2020 (salle de réunion, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : Villes entre guerre et paix : faire société dans l’enfermement

  • Cécilia Piéri (Ifpo- Erbil, Kurdistan) : « Bagdad 2019-2020, espace urbain, confinement et contestation : la fragmentation socio-confessionnelle en question ? »
  • Abaher el-Sakka (Université de Bir Zeit, Palestine), « Gaza entre siège et enfermements. Reconfigurations sociopolitiques et économiques »

27 février 2020 (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris) : Les (im)possibilités des îles : passages, réclusions et paradigme de l’insularité

  • Camille Schmoll (Université Paris Diderot/Institut Universitaire de France), « Avant l’Europe. Géographie morale de l’attente en situation insulaire »
  • Adrian Foucher (Université François Rabelais, Tours) et Simone Peyronel (photographe), « De Chios à Belgrade. Une expérience comparée des camps formels et informels »

12 mars 2020 (salle de réunion, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : Pratiques, méthodologie et écritures de la recherche sur les migrations et les migrants

  • Swanie Potot (CNRS, URMIS) « Comprendre les processus de ségrégation: enquêtes en bidonvilles et squats dits “roms” en France »
  • Didier Bigo (Sciences Po-King’s college), « Interroger ceux qui contrôlent les mobilités ? Renseignement, police, gardes-frontières, informaticiens de sécurité… »

2 avril 2020 (salle des étudiants, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : Quotidien et normes carcérales

  • Yasmine Bouagga (CNRS-Triangle), « Pas de révolution dans les prisons. L’expérience de l’incarcération dans la Tunisie de l’après Ben-Ali »
  • Maxence Rifflet (photographe), « Photographier en prison »

14 mai 2020 (salle de réunion, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : D’autres narrations. Écritures innovantes et sciences sociales

  • Stéphanie Latte Abdallah (CERI/CNRS), « Écriture documentaire des circulations et de l’absence de frontière : une réflexion art/science » à partir du film Inner Mapping (Stéphanie Latte Abdallah, Emad Ahmad, 51’, Palestine/France, 2017) (avec projection du film)
  • Dina Nayeri (écrivaine), autour du livre The Ungrateful Refugee (sous réserve)

11 juin 2020 (salle de réunion, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris) : Des religions et des croyances dans l’enfermement

  • Corinne Rostaing (Université Lyon 2, Centre Max Weber), « Convocation du religieux en prison : la religion musulmane comme expérience, ressource et contrainte (France) »
  • Caterina Bandini (EHESS), « Théologies de la libération ou enfermement théologique ? Les militants religieux israéliens et palestiniens pour la paix »

Une courte bibliographie sera transmise avant chaque séance


Renseignements : Stéphanie Latte Abdallah ou Hélène Thiollet par courriel.

Niveau requis : séminaire ouvert à partir du master.

Adresse(s) électronique(s) de contact : stephanielatteabdallah(at)gmail.com, helene.thiollet(at)sciencespo.fr


Vous aimerez aussi...