Séminaire IISMM-LAM « Charia, fiqh, droit musulman : les transformations de la normativité islamique depuis l’expédition d’Égypte » — à Pessac ou à Paris, certains jeudis du 07/11/2019 au 07/05/2020

Jeudi de 10 h à 13 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), les 5 décembre 2019 et 2 avril 2020.
Les séances des 7 novembre 2019, 9 janvier, 13 février, 12 mars et 7 mai 2020 se dérouleront à Sciences Po Bordeaux, 11 allée Ausone, domaine universitaire 33607 Pessac, ou à la Maison des Suds, 12 Esplanade des Antilles 33607 Pessac.

Voir programme détaillé

Voir sur le site des enseignements de l’EHESS
(à consulter pour les mises à jour)

Présentation

Longtemps considéré comme une théorie déontologique non contraignante en décalage avec la pratique judiciaire, le fiqh est de plus en plus approché à partir des pratiques de mise en application des normes de la charia. Celles-ci ont pris des formes très différentes après la rencontre avec le positivisme juridique européen.

Le séminaire propose de conduire une réflexion sur les relations entre les reconfigurations de la normativité islamique et les cadres de référence dans lesquels elle se déploie : situations impériales et coloniales, États-nations, globalisations, islam-monde et islam des minorités, islam en contexte européen. Il s’agira d’analyser, à travers le traitement de thèmes portant notamment sur la justice, le droit de la famille, le droit économique et le droit constitutionnel, la manière dont se jouent les relations entre droit, État et société dans le monde musulman.

***

Le séminaire “Charia, fiqh, droit musulman: les transformations de la normativité islamique depuis l’expédition d’Egypte” est organisé cette année conjointement par l’IISMM et le LAM de Sciences Po Bordeaux (coordination : N. Bernard-Maugiron, B. Dupret, M. N’Diaye).

Pour toute question relative aux séances communes aux deux séminaires, adressez-vous à Irène Lizzola.

Programme

  • 7 novembre (Salle A028 – Sciences Po Bordeaux, à Pessac : de 14 h 30 à 17 h):  Baudouin Dupret (Bordeaux) « Le constitutionalisme marocain : déterminisme et contingence »

Pour dépeindre l’évolution du constitutionnalisme au Maroc, nous procédons en quatre étapes. Premièrement, nous brossons un large tableau du constitutionnalisme en contexte musulman à la fin du 19e siècle, sur le fond duquel nous décrivons et apprécions les premiers textes marocains. Nous observons que cette première étape est marquée par d’une empreinte plus réformiste que révolutionnaire. Deuxièmement, nous nous intéressons au constitutionnalisme entourant le processus d’indépendance. Nous remarquons que cette étape est davantage révolutionnaire en ce qu’elle vise à fonder l’identité de l’Etat nouveau et à dessiner son architecture institutionnelle. Troisièmement, nous étudions le constitutionnalisme qui émerge au tournant des années 1990, dans un contexte d’ouverture politique qui anticipe la transition monarchique et préfigure le texte de 2011. A chaque étape, nous observons dans quelle mesure le constitutionnalisme marocain s’est montré sensible aux contingences politiques et économiques régionales et globales, tout en se cristallisant sur les spécificités nationales. Nous examinons enfin la question de la référence à l’islam et nous observons à quel point celle-ci s’intègre dans un équilibre politique spécifiquement marocain. En conclusion, nous formulons quelques remarques sur le rôle du constitutionnalisme dans le processus de positivisation du droit.

  • 5 décembre : Claire de Galembert (Paris) « Les Aumôniers pénitentiaires musulmans rouages de gouvernementalité »

Depuis les années 1980 des aumôniers musulmans ont commencé à apparaître au sein du monde carcéral français. Peu développée jusqu’aux années 2000, l’aumônerie musulmane a connu un essor considérable depuis lors bénéficiant d’importants investissements de la part des autorités publiques y voyant un remède au radicalisme religieux menant à la violence. Cet engagement de l’Etat n’est pas allé sans contre-partie en termes de contrôle de ces intervenants religieux. La figure de l’aumônier se banalise aussi bien en monde pénitentiaire qu’au sein du monde musulman qui s’approprie une fonction au départ créée par et pour les chrétiens. Reste que la fonction s’invente à la croisée des champs religieux et d’un champ administratif. Son encastrement au sein d’une institution disciplinaire favorise des formes de professionnalisation exogène et sa transformation en un outil de régulation publique des conduites religieuses des musulmans et d’acculturation de l’islam aux valeurs de la république. Nous montrerons à partir de situation concrètes comment ces acteurs participent à la diffusion d’un « bon islam » et s’emploient ce faisant à travailler à  la « normalisation » de l’islam carcéral.

  • 9 janvier (Salle des stages – Maison des Suds, à Pessac, de 14 h 30 à 17 h) : Lena Salaymeh (Bordeaux) « Vers une anthropologie historique de droit islamique »

Mon exposé explore la contribution de l’anthropologie historique à l’étude du droit islamique. Ce faisant, je définis la loi islamique sur la base d’une compréhension historique et philosophique de la loi. Plutôt que d’avoir des qualités essentielles, le droit islamique – comme toute tradition juridique – a une forme abstraite de raisonnement juridique (à ne pas confondre avec uṣūl al-fiqh) qui le distingue des autres traditions juridiques. Afin de comprendre le raisonnement juridique islamique, nous devons appliquer certaines connaissances issues de l’anthropologie historique. J’utilise le concept d’anthropologie historique dans trois sens. Premièrement, je préconise que les spécialistes devraient situer le droit islamique dans des contextes historiques de manière parallèle au travail de terrain ethnographique. Deuxièmement, je propose que les spécialistes du droit islamique analysent les dimensions coloniales de leur discipline d’une manière analogue à l’anthropologie. Troisièmement, je soutiens que les spécialistes du droit islamique devraient adopter une «vision d’en bas» qui ne limite pas le droit islamique à des juristes de haut niveau ou à des institutions étatiques en comprenant mal la différence entre des lois et normes.

  • 13 février (Salle à définir – Sciences Po Bordeaux, à Pessac, de 14 h 30 à 17 h) Aurélie Fillod-Chabaud, Myriam Hachimi Alaoui (Bordeaux) « Islam et sécularisation. Enquêter sur la réforme de l’Etat civil à Mayotte »

Cette communication restitue une partie d’une enquête en cours commanditée par le Bureau central des cultes (Ministère de l’Intérieur) sur le sécularisme à Mayotte. Aurélie Fillod-Chabaud et Myriam Hachimi Alaoui, respectivement spécialiste des questions de filiation et des questions de citoyenneté et de nationalité analyseront leur rapport à un terrain d’enquête au sein d’un territoire très spécifique de la République : Mayotte. Ile située au sein de l’archipel des Comores, département français depuis 2011 et majoritairement composée d’une population de confession musulmane, Mayotte a vu plusieurs de ses institutions, comme la justice ou l’état civil, se séculariser à la demande de l’Etat français, en vue de la départementalisation. A partir d’une enquête sur l’état civil, les deux sociologues questionneront la manière dont leur rapport au terrain mais aussi leur champs d’étude respectif, leur a permis de penser de concert une ethnographie de l’Etat et du droit français au croisement du renouvellement d’institutions religieuses musulmanes.

  • 12 mars (Salle des stages – Maison des Suds, de 14 h 30 à 17 h) : J. Scheele (Bordeaux) « Lois et hors-la-loi au Maghreb (pré)colonial »

Le champ du droit au Maghreb historique a été, depuis la période coloniale, le plus souvent vu comme marqué par trois volets, ou sous-champs : le droit ‘coutumier’, le droit islamique, et le droit étatique. Une étude du champ juridique de la région serait donc l’étude de comment ses trois volets s’articulent à travers le temps et l’espace. Ici, je voudrais proposer non pas une analyse de cette articulation dans des cas spécifiques, mais la déstabilisation, par des exemples concrets, de ces trois volets eux-mêmes. La frontière entre ce qui est coutumier et islamique est très floue, on le sait, mais il en est de même entre droit islamique et étatique. En fait, ce qui émerge ne sont pas vraiment des oppositions entre différents champs juridiques, ou même entre des sphères étatiques ou autres – même si des récits historiques et politiques peuvent les présenter comme telles – mais des tensions entre l’institutionnalisation du droit d’un côté, et son absence (apparente ou réelle) de l’autre. La question qui se pose n’est donc pas celle de la domination d’un sous-champ par un autre, mais de la constitution et des limites – les déséquilibres, exclusion et refus – du champ juridique lui-même.

  • 2 avril : Louis-Léon Christians (Paris) « Les référents normatifs islamiques devant les juges belges et européens : séminaire du LAM (B. Dupret, Bordeaux) »

Au moment où de nombreuses polémiques européennes ou américaines prennent de l’ampleur à l’encontre de dispositifs d’arbitrages religieux (charia courts), il est important d’observer combien sont nombreuses les occasions qui conduisent les juges nationaux européens, par leur droit commun, à se confronter à diverses formes de normativités islamiques. Avant d’examiner les éventuelles distorsions et limitations que ces juges vont apporter à la mise en oeuvre de ces référents normatifs islamiques, il convient de montrer combien les droits nationaux européens sont ouverts, au moins formellement, à telles réceptions. Encore convient-il de saisir les effets de diffraction qu’opèrent les principales qualifications juridiques mobilisées : à travers le droit international privé, le droit de la liberté de religion, les régimes des cultes, le droit des contrats, les concepts standards et enfin la liberté d’expression relative auxdits référents normatifs.

  • 7 mai  (Salle à définir – Sciences Po Bordeaux, à Pessac, de 14 h 30 à 17h) : Yasmine Berriane (Bordeaux) « Droit et changement social : Etudier par les marges la transformation de normes et pratiques d’accès à la terre pour les femmes au Maroc »

Adresse(s) électronique(s) de contact : nathalie.bernard-maugiron(at)ird.fr, b.dupret(at)sciencespobordeaux.fr, m-ndiaye(at)hotmail.fr, jp.bras(at)wanadoo.fr


Vous aimerez aussi...