Appel à projets générique 2020 de l’ANR — LIMITE : 24/10/2019

Calendrier :
– 24 octobre 2019 (dépôt des 4 pages de pré-projet en étape 1)
 
– Mi-février : envoi des résultats sur les projets retenus qui passent en phase 2
 
– Fin mars : dépôt des projets sélectionnés en phase 1 (projet détaillé en 20 pages)
 
– Été : publication des projets retenus et financés
 
– 1er octobre : début des projets 
 
Organisation :
L’appel à projets générique est organisé en 7 domaines disciplinaires et 36 axes de recherche : 
 
1- Sciences de l’environnement
 
2- Sciences de l’énergie et des matériaux
 
3- Sciences de la vie 
 
4- Sciences humaines et sociales
 (composé de 4 axes de recherche) :
 
1. Innovation et travail 

2. Culture, créations, patrimoine 

3. Cognition, éducation, formation 

4. Inégalités, discriminations, migrations 
 
5- Sciences du numérique

6- Mathématiques et leurs interactions

7- Physique de la matière, Hautes énergies, Planète-Univers 
 
 
A cela, l’ANR ajoute 13 axes de recherche correspondant à des enjeux transversaux (trans- ou interdisciplinaires) situés à la croisée de plusieurs secteurs scientifiques : 
 
Parmi eux : 
– Interactions Humains-environnement 
– Santé publique, santé et sociétés 
– Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture 
– Sociétés urbaines,territoires,constructionsetmobilité 

– Industrie et usine du futur : Homme, organisation, technologies. 
 
 

Le Plan d’action 2020 intègre également les priorités stratégiques définies par l’Etat et la mise en œuvre de plans gouvernementaux. 
 
Parmi ces priorités :
Intelligence artificielle 

• Sciences humaines et sociales 

• Autisme au sein des troubles du neurodéveloppement 

• Recherche translationnelle sur les maladies rares. 

 
Les sciences humaines et sociales peuvent être présentes dans tous les axes de recherches.
 
Thématiques partenariales internationales :
Intelligence artificielle et sécurité :
 
Avec l’Allemagne :
 
Dans le cadre de collaborations bilatérales stratégiques pour l’Etat, l’ANR met enfin en place des appels à projets dédiés avec des agences ou organismes partenaires. Dans ce contexte, les collaborations franco-allemandes sur les thématiques suivantes sont prévues pour 2020 : 
•Sécurité globale et sécurité civile (MESRI/ANR – BmBF) 

•Cybersécurité (MESRI/ANR – BmBF) 

•Antibiorésistance (ANR/DFG) 

•Intelligence artificielle (ANR/DFG) 
 
Avec le Japon :
 
L’ANR poursuit sa collaboration avec la Japan Science and Technology Agency (JST) dans le cadre du programme japonais CREST intégrant l’IA.
 
 
Environnement :
 
SOLSTICE : Appel « Enabling societal transformation in the face of climate change » dans le cadre de la JPI Climate 
 
 
 
Accords bilatéraux pour les SHS (thématiques non définies ou programme blanc) : Allemagne, Autriche, le Luxembourg, la Suisse, le Brésil (FAPESP et FACEPE), le Québec (Innovations sociales face aux changements démographiques et l’avenir du travail à l’ère numérique ), Hong Kong, la Russie, Taïwan.
 
 
Appels internationaux Open Research Area (6ème appel ORA), Norface (Democratic governance in a turbulent Age), JPI Cultural Heritage (Appel « Conservation, protection & usages »)
 
 
 
 
Engagements de l’ANR :
– le genre : intégrer le genre dans les problématiques scientifiques et avoir des équipes de projets équilibrés entre chercheures et chercheurs. Le CNRS participe au programme européen GENDRE-NET Plus pour la promotion de l’égalité de genre (co-financement possible)
– sciences ouvertes, promotion de la culture scientifique et les relations entre la sciences et la société
 
Instruments de financement :
– JCJC : projet autour d’une personne qui organise son projet pour prendre son dépendance. Les candidats doivent avec soutenus leur thèse 10 ans.
– PRC : projet de recherche multi-partenaires académiques 
– PRCE : projet de recherche avec un industriel 
– PRCI : projet de recherche collaborative international. Le projet doit juste être enregistré en phase 1 (titre du projet, partenaires, résumé). Pas d’évaluation en phase 1.
 
Les projets durent de 24 à 48 mois.
 
 
——
 
Déposer
Date limite : 24 octobre 2019 
 
Etape 1 : évaluation des pré-propositions :
 
– Qualité et ambition scientifique. Lors de l’évaluation en phase 1, ce critère est discriminant (nécessité d’obtenir a minima une notation A pour accéder à l’étape 2). 
– Clarté des objectifs et des hypothèses de recherche

- Caractère novateur, originalité,positionnementparrapportàl’étatdel’art
o Pertinencedelaméthodologie
o Capacitéduprojetàrépondreauxenjeuxderecherchedel’axescientifiquechoisi 
– Organisation et réalisation du projet
o Compétence, expertise et implication du coordinateur ou de la coordinatrice scientifique 
et des partenaires 
– Qualité et complémentarité du consortium, de l’équipe,qualité de la collaboration 
 
 
 
————
 
Texte in extenso de l’appel à projet génériques sur le domaine des SHS :
 

La priorité de l’Etat « Sciences humaines et sociales » est principalement déclinée au sein de ce domaine scientifique. Les projets des axes de recherche interdisciplinaires hors du domaine mais impliquant une composante SHS sont également éligibles à cette priorité. 

 
4.1. Innovation et travail 
 
Cet axe de recherche scientifique regroupe les thématiques de l’innovation sociale et des mutations du travail, de l’emploi et de la protection sociale. Ces thématiques sont susceptibles de concerner l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. Elles doivent permettre le dépôt de projets originaux, selon une diversité d’approches, disciplinaire, pluri ou interdisciplinaire. Les recherches participatives et/ou expérimentales, ainsi que celles qui comprennent une dimension de comparaison internationale, sont bienvenues. Le thème de l’innovation sociale doit être considéré sous un angle très général : innovation sociale, culturelle, économique, politique, technologique, (incluant le domaine du numérique), incluant les conditions sociales de ces innovations et les risques qui leur sont associés, sans limites de thème, de terrain, de localisation géographique ou de période historique. Sont éligibles tous les projets touchant aux mutations du travail et de l’emploi, aux liens de subordination des individus et à leurs droits, à l’organisation de leur vie collective et à l’interaction de ces éléments avec leurs conditions et leurs cycles de vie. Les projets peuvent être déposés sur les thématiques suivantes, traitées sous l’angle de recherches fondamentales ou ayant un caractère plus appliqué: 

•créativité sociale, 

•innovation économique et innovation sociale, expérimentation sociale et économique, 

•théories de l’innovation, 

•conditions et impacts de l’innovation, notamment en lien avec les objectifs du développe- ment durable, 

•aspects juridiques de la création et de l’innovation, 

•mutations sociales, culturelles, idéologiques et religieuses, 

•marché, qualité, formes et transformations du travail et de l’ emploi, territoires et mobilités, 

•régulations et dynamiques des organisations productives, 

•mutations du travail, de l’emploi et de la protection sociale, 

•évolution du lien de subordination et des formes de rémunération (salaires exemptés, 
prime d’activité, etc.), 

•accompagnement et insertion des personnes les plus éloignées de l’emploi, 

•sécurisation des parcours, protection des carrières, adaptation des conditions de travail. 
 

Mots-clés associés : innovation, créativité, transformations sociales, travail, formes atypiques de l’emploi, prolongation de la vie active, retraites, équité, incitations à formation tout au long de la vie, protection sociale, Etat social, mouvements sociaux, organisations marchandes et non-marchandes, marché du travail, régulations économiques et sociales, entreprises, réseaux et partenariats publics-privés, risques sociaux et droits associés, prévention. 

 
 
4.2. Culture, création, patrimoine 
 
Cet axe de recherche a vocation à recevoir les projets relatifs à la culture et aux cultures, incluant les aspects de création et les enjeux relatifs aux patrimoines, à la patrimonialisation culturelle et muséographique. Tous les aspects de la genèse, des transformations, des évolutions et diffusions des cultures matérielles ou immatérielles, des langues, des connaissances, des idées et des croyances, des arts et des œuvres humaines, ainsi que des technologies qui les accompagnent, sont ici traités. Ces thématiques sont susceptibles de concerner l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. Elles doivent permettre le dépôt de projets originaux, selon une diversité d’approches, disciplinaires interdisciplinaires. Les recherches participatives et/ou expérimentales, ainsi que celles qui comprennent une dimension internationale, sont bienvenues. Les thèmes principaux traités au sein de cet axe sont les suivants : 

•création culturelle, économie, droit et politiques de la création, 

•patrimoines matériels et immatériels, sciences des patrimoines (en incluant l’analyse des 
propriétés physico-chimiques des items du patrimoine, les techniques de datation et de res- tauration, la simulation numérique des objets et des monuments du patrimoine, l’assigna- tion de méta-données, l’analyse des archives historiques), 

•naissance et évolution des formes culturelles, relations interculturelles, 

•diversité et variations linguistiques et environnementales, 

•dynamique de la laïcité et des religions, 

•contextes culturels, économiques, politiques et technologiques de la création culturelle. 
 

Mots-clés associés : culture matérielle et immatérielle, approches interdisciplinaires et historiques, compa- ratisme, langues, croyances et religions, populations, approches démographiques, géographiques, et linguis- tiques, arts, création, droit et économie de la creation, sciences du patrimoine, sauvegarde et préservation cul- turelle, sciences de la conservation et de la restauration, muséographie et valorisation patrimoniale. 

 
 
4.3. Cognition, éducation, formation 
 
Cet axe regroupe les recherches fondamentales et appliquées dans les domaines de la cognition, de l’apprentissage, du développement social et cognitif -normal ou pathologique-, et des politiques et pratiques liées à l’éducation et à la formation tout au long de la vie.
Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont susceptibles d’être concernées. On at- tend une diversité d’approches, disciplinaire, pluri ou interdisciplinaire. Les recherches qui comprennent une dimension internationale (notamment au travers de comparaisons entre pays) sont bienvenues. 
 
Sont donc attendus des projets portant sur (liste non exhaustive) : 
•les capacités cognitives, les capacités d’apprentissage et de formation aux divers âges de la vie, les mécanismes sous-jacents aux habiletés sensori-motrices, au développement cognitif, émotionnel et langagier et à leurs liens avec les composantes de l’environnement (émotionnelle, familiale, sociale, scolaire, territoriale), 

•les troubles (cognitifs, développementaux, sensori-moteurs…) et handicaps du point de vue de leurs fondements socio-cognitifs, de leurs conséquences sur les apprentissages, des stratégies possibles visant à leur remédiation, 

•les finalités et la place de l’éducation dans la société ; l’analyse des programmes d’éducation; la dimension sociale des questions éducatives, l’analyse socio-économiqu des contextes so- ciaux, territoriaux et institutionnels de l’éducation, etc. Les comparaisons avec la situation dans d’autres pays ont ici toute leur place, 

•les inégalités et les échecs scolaires (y compris dans l’enseignement supérieur), la formation et l’apprentissage (y compris la formation par l’apprentissage) tout au long de la vie ; les facteurs individuels d’inégalités de réussite (handicaps, déficiences sensorielles, motrices ou cognitives, précocité,..), la motivation à apprendre, l’influence de l’institution scolaire (classes, disciplines, équipes pédagogiques, etc) et du contexte péri-scolaire (famille, quartier, ville, ruralité), l’influence du genre et de ses représentations, les effets du multi-linguisme sur l’apprentissage, 

•la ludification des apprentissages, les nouveaux espaces éducatifs, l’aménagement des terri- toires éducatifs, l’émergence et le développement des territoires apprenants 

•l’intervention sociale auprès des parents (soutien aux parentalités, école des parents, coaching parental etc.), 

•la recherche en travail social, l’accompagnement social comme un travail éducatif. 

 
 
Mots-clés associés : cognition, psychopathologie, neuropsychologie, sociologie educative, innovations et expérimentations pédagogiques, mesures d’impact, inégalités, échec scolaire ou dans l’enseignement supérieur, choix d’orientation, formation, apprentissage, apprentissage informel, compétences, plaisir d’apprendre, per- formances éducatives, territoires éducatifs intervention sociale, accompagnement social, empowerment, effets de l’accompagnement sur ses bénéficiaires, retardement de la perte d’autonomie, accompagnement de la perte de cognition, éducation à la santé, formation tout au long de la vie, politiques éducatives et de formation, analyses comparées des systèmes éducatifs, universités et grandes écoles. 

 
 
4.4. Inégalités, discriminations, migrations
 
 
Cet axe de recherche accueille les projets qui placent les questions d’inégalités et de discrimination au cœur de leurs préoccupations, ainsi que les projets portant sur les inégalités et ségrégations économiques, sociales, culturelles, d’âge ou tout autre facteur agissant dans le cadre de différenciations sociales. Ces thématiques sont susceptibles de concerner l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales. 
 
Elles doivent permettre le dépôt de projets originaux, selon une diversité d’approches, disciplinaire, pluri ou interdisciplinaire. Les recherches participatives et/ou expérimentales, ainsi que celles qui comprennent une dimension internationale, sont bienvenues. C’est aussi dans cet axe que seront traitées les questions relatives à la gouvernance, à la démocratie (entendue dans un sens large), à l’efficacité de la redistribution, à la violence et à la conflictualité, ainsi que les formes de radicalisation violente, qu’elles soient analysées sous des angles historiques, sociologiques, anthropologiques, po- litiques, psychologiques ou comportementaux. Brossant un large panorama de champs disciplinaires, cet axe accueille les projets qui abordent le thème des inégalités à plusieurs échelles et en les déclinant sous des formes différentes : 
 
•inégalités sociales, de genre, de handicap ou de statut, 

•dynamique des inégalités sociales, 

•approche géographique des inégalités, 

•financement et efficacité de la redistribution, 

•analyse critique des modèles et des indicateurs de l’inégalité, 

•exploration des liens entre discriminations et diversité sociale, économique, territoriale et 
culturelle, 

•modèles et formes d’intégration, identités, appartenances, multiculturalité et plurilinguisme, 

•Études quantitatives et qualitatives relatives à la mobilité sociale et territoriale et aux migra
tions, à échelle régionale ou internationale, 

•démocratie et citoyenneté, participations et mobilisations. 

 
Mots- clés associés : inégalités, inégalités environnementales, ségrégation, discriminations, reconnaissance sociale, migrations, mobilités, identités, integration, violences, radicalization, droits, démocratie, gouvernance, justice ; territoires, centre/périphérie, solidarités, vulnérabilités, pauvreté et exclusion, redistribution, trajectoires sociales, capabilités, économie sociale et solidaire, participation sociale, injonctions sociales, justice so- ciale, citoyenneté sociale, cohésion sociale, genre, âge, origine et handicap. 

 
 
5.2. Intelligence artificielle 
 
La priorité de l’Etat « Intelligence artificielle » est principalement déclinée au sein de cet axe de recherche. Les projets des axes de recherche disciplinaires ou interdisciplinaires hors du domaine mais impliquant une composante IA sont également éligibles à cette priorité. 
 
Cet axe de recherche attend des recherches en intelligence artificielle portant, au sens large, sur l’apprentissage automatique et ses fondements mathématiques, ainsi que sur les approches symbo- liques, le traitement des données massives et la science des données, et la gestion des connaissances. 
 
Les thèmes suivants sont donnés à titre indicatif : 
•des méthodes et modèles permettant de gérer et exploiter de grands volumes de données, quels que soient leur variété (données structurées, textes, images, sons), leur mode de pro- duction (données d’observations, données de capteurs, données calculées, données de simu- lation) et leur qualité (données imparfaites, incomplètes, hétérogènes, parcimonieuses), 

•l’extraction de connaissances et l’apprentissage : data mining et text mining, apprentissage automatique (supervisé, non supervisé, par renforcement, …), constitution et annotation de corpus, conception de règles de décision complexes, modélisation de processus décisionnels et construction d’outils d’aide à la décision, 

•des méthodes et modèles de gestion de connaissances, notamment la représentation des con- naissances et les théories de raisonnement sur ces connaissances, les ontologies et leur utili- sation dans l’enrichissement des données et dans la recherche d’information, les systèmes multi-agents et le web sémantique, etc. 

•projets de recherche visant à faire avancer l’état de l’art afin d’accomplir des tâches com- plexes (vision par ordinateur, traitement automatique des langues et de la parole, traduction automatique, …), développer des systèmes décisionnels autonomes ou permettant des interactions de haut niveau avec les utilisateurs humains. 
Les travaux contribuant aux recherches en interaction Humain-Machine et en Robotique sont à adresser dans l’axe « Interaction, robotique ». Les travaux relevant des domaines santé, transport et sécurité, ou à l’interface entre IA et SHS, sont à adresser, respectivement, dans les axes transversaux « Mathématiques et sciences du numérique pour la biologie et la santé », « Sociétés urbaines, territoires, cons- tructions et mobilité » et « Sécurité globale et cybersécurité » ou « Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture ». 

 
Mots-clés associés : apprentissage automatique (supervisé, non supervisé, par renforcement,…), apprentis- sage de représentation et transfert de domaines, apprentissage à partir de données non structurées (données textuelles, tweets, blogs, et autres médias électroniques par exemple), modèles statistiques, optimisation, fouille de données, exploration de textes et de données (TDM), vision par ordinateur, analyse et interprétation de scènes, reconnaissance des formes, traitement automatique des langues et de la parole, traitement de données multimodales, aide à la décision, théorie des jeux, choix social computationnel, systèmes multi-agents, planification, recherche heuristique, satisfaction de contraintes, solveur SAT, extraction de connaissances, représentation des connaissances, raisonnement, ontologies, web sémantique, fusion, gestion de l’incertain ; données massives, nouveaux modèles de calcul distribué à large échelle sur les données, intelligence artificielle distribuée, indexation de contenus, recherche d’informations, visualisation de données, qualité des données, systèmes de confiance, protection de la vie privée, éthique, validation, certification, robustesse, explicabilité, causalité, reproductibilité. 
 
 
 
 
Les liens vers les documents intégraux :
 

Vous aimerez aussi...