Appel à candidature : Atelier “Les émotions : un tournant en histoire et dans les sciences humaines ?”, Casa Velasquez, Madrid (Espagne), 10-13/12/2013 — LIMITE : 31/10/2013

 

Coord. : Juan PRO RUIZ, Stéphane MICHONNEAU
Org. : Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Doctorado interuniversitario de Historia Contemporánea (Universidad de Cantabria, Universidad Complutense de Madrid, Universidad del País Vasco, Universidade de Santiago de Compostela, Universidad de Valencia y Universidad de Zaragoza)

Lieu de célébration :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Attention : participation uniquement sur inscription.
Accéder au formulaire d’inscription en ligne

Date limite de dépôt des formulaires : 31 octobre 2013 (Minuit)

Présentation

Après le tournant linguistique et culturel qu’a connu l’historiographie dans les dernières décennies du XXe siècle, une nouvelle frontière s’est ouverte aux chercheur, celle des sensibilités et des émotions, à tel point que certains auteurs parlent d’un « tournant émotionnel » (emotional turn) ou « affectif » (affective turn). Là, comme dans des élans de rénovation antérieur, les historiens n’avancent pas seuls mais de conserve avec d’autres disciplines des sciences sociales et humaines, et même des sciences épistémologiquement distantes comme la médecine qui commence à intégrer la dimension  affective de l’être humain pour une compréhension plus globale de la santé et de la maladie.

L’étude des émotions se constitue depuis quelques années comme un nouveau champ de recherche, ou plus exactement une nouvelle perspective applicable à des champs déjà connus. Après avoir enrichi la vision des expériences historiques et littéraires en restituant leurs contextes sociaux et culturels, il s’agit désormais de ne pas oublier les dimensions émotionnelles, sentimentales et affectives présentes dans toute action humaine, individuelle ou collective. Surgissent alors des questions sur les causes de phénomènes déjà étudiés auparavant, en particulier dans le champ politique. S’ouvre aussi la possibilité d’employer de nouvelles sources et surtout, de renouveler les lectures des sources déjà connues ou exploitées.

Parmi les éléments essentiels qui fondent cette nouvelle évolution de la recherche ressort en premier lieu la considération des acteurs comme êtres sensibles, et dont la perception de la réalité, les décisions et les actes sont émotionnellement conditionnés de manière à ce qu’ils puissent être compris sans prêter attention à cette dimension émotionnelle.  En second lieu, il est essentiel de prendre en compte l’historicité des émotions qui, loin d’être invariables dans le temps et dans l’espace, sont des phénomènes historiquement construits et sans doute culturellement et socialement déterminés. En ce sens, il faudra aborder le concept de régime émotionnel : cet outil permet d’établir une chronologie des phénomènes de caractère politique, sociale, économique ou culturel. Une autre notion utile est celui de communauté émotionnel caractérisé par le partage de certaines valeurs affectives et certaines manières d’exprimer les émotions. Pour terminer, les chercheurs qui pratiquent ce nouveau style d’enquête acceptent de remettre en question certaines limites conventionnelles comme par exemple la distinction entre le corps et l’esprit, la sphère publique et privée, les expériences discursives et les non-discursives. Cet atelier prétend mettre à l’épreuve la valeur de ces outils.

Si l’on prétend accéder au domaine des émotions, une tâche fondamentale est d’interroger le statut de l’expérience émotionnelle, affective ou sensible recueillis dans les textes disponibles ou attribués aux agents historiques. Afin d’éviter le risque de la naturalisation de l’expérience émotionnelle, il s’agira de trouver les modalités épistémiques qui permettent d’y accéder, sans projeter de modèles présents – ou certaines manières d’actualiser certaines émotions – dans le passé. L’une d’entre elles pourrait consister à donner une place de choix à l’étude des langages dans lesquels sont formulées les expériences émotionnelles. En questionnant le statut de l’émotion, lui redonner une dimension discursive, prendre conscience de l’historicité des émotions sont quelques-unes des pistes ouvertes pour s’interroger sur les usages de ces dernières dans les récits sur le passé et, plus généralement, dans les récits politiques. Comment, en incorporant une composante émotionnelle dans le récit, s’activent différents modes d’identification dans la communauté d’interprétation où s’élabore et se diffusent ces mêmes récits ? Quel est le statut proprement politique de la mobilisation du fait émotionnel dans les récits communautaires où s’énoncent les modalités du lien social ?

La construction du « tournant affectif » dans l’historiographie est complexe dans la mesure où il se fait en dialogue avec des contextes changeants et avec des disciplines qui, à leur tour, connaissent des transformations comparables. Dans ce sens, riches d’enseignement sont les phénomènes de transfert et de croisement disciplinaires de l’histoire avec d’autres champs d’étude aussi divers que la philosophie, les études culturelles, l’histoire de la science, la neurologie, la psychologie, les études littéraires, l’anthropologie, les études de genre et la sociologie, entre autres.

Cet atelier présentera et discutera les caractéristiques essentielles de l’étude des émotions, entendue comme un nouveau front s’ouvrant aux chercheurs, à la croisée de nouvelles questions et de nouveaux apports provenant de la réflexion historique et d’autres disciplines. En définitive, une proposition de travail stimulante pour les chercheurs en sciences humaines.

Organisation de l’atelier

L’atelier consiste en trois jours de travail au cours desquels seront conviés des spécialistes reconnus de cette thématique et dont les travaux sont fondamentaux pour la formation et la rénovation de la recherche en histoire. Conçu comme une activité de formation destinée à des étudiants doctorants, l’atelier est ouvert à un public divers de chercheurs, d’étudiants et de professeurs.

Les participants (40 maximum) partageront leur temps entre des conférences méthodologiques ou historiographies et des ateliers pratiques de 8 personnes, dirigés par les conférenciers et les formateurs. L’atelier se déroulera en castillan mais aussi en anglais et en français.

Conditions pratiques

Les organisateurs offrent aux participants qui ne résident pas à Madrid le logement en chambre double et en demi-pension à la Casa de Velázquez. Ils offrent également les déjeuners à tous les participants. Les déplacements seront à la charge des participants.

Le coût de l’inscription à l’atelier est de 30 euros. Le règlement s’effectuera au commencement de l’atelier (par CB).

La Casa de Velázquez offre 4 bourses de 300 euros à des étudiants inscrits dans des établissements supérieurs du Maghreb et d’Amérique latine qui en feront la demande.

NB : Le Doctorat en histoire contemporaine de l’Université autonome de Madrid, ainsi que les autres univerités participant à ce programme interuniversitaire (Universidad de Cantabria, Universidad Complutense de Madrid, Universidad del País Vasco, Universidade de Santiago de Compostela, Universidad de Valencia y Universidad de Zaragoza) offre des bourses pour leurs étudiants désirant de participer à l’atelier (Consulter les responsables de chaque institution).

Limite des inscriptions : 31 octobre 2013 (Minuit)
Accéder au formulaire d’inscription

Programme

MERCREDI 11 DÉCEMBRE

10h-10h30

Présentation

10h30-14h

Emmanuel BOUJU
Université de Rennes-2/ Harvard University
Titre à préciser

Pause

Javier MOSCOSO
Centro de Ciencias Humanas y Sociales (CSIC, Madrid)
Sentimientos privados o experiencias colectivas

16h-19h30

Christophe TRAINI
Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence (CHERPA)
Comment saisir des registres émotionnels à travers des données d’archives ?

Pause

María GÓMEZ GARRIDO
Universitat de les Illes Balears
Las emociones desde la sociología. Estructuralismo, postestructuralismo y nuevos enfoques culturalistas

JEUDI 12 DÉCEMBRE

10h-13h30

Emmanuel FUREIX
Université Paris Est
Titre à préciser

Pause

María SIERRA
Universidad de Sevilla
Desbordando la historia de las emociones: entrecruzamientos historiográficos desde la biografía

16h-19h

Atelier (Au choix, l’un des six)

Emmanuel BOUJU
María GÓMEZ GARRIDO
Javier MOSCOSO
Emmanuel FUREIX
María SIERRA
Christophe TRAINI

VENDREDI 13 DÉCEMBRE

10h-13h30

Rosa María MEDINA DOMÉNECH
Universidad de Granada
Sentir la Historia: un enfoque de género para la recuperación histórica del saber emocional del pasado

Pause

Elena CARRERA
Queen Mary Centre for the History of Emotions (University of London)
El miedo y el odio en la Europa de la Reforma, 1520-1550

16h-19h

Atelier (Au choix, l’un des six)

James AMELANG
Eva BOTELLA
Elena CARRERA
Anne-Laure BONVALOT, Brice CHAMOULEAU DE MATHA, Roxane CHILÀ, Arthur HAUSHALTER, Lise JANKOVIC (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid)
Jesús IZQUIERDO
Rosa María MEDINA DOMÉNECH



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2013, 7 octobre). Appel à candidature : Atelier “Les émotions : un tournant en histoire et dans les sciences humaines ?”, Casa Velasquez, Madrid (Espagne), 10-13/12/2013 — LIMITE : 31/10/2013. IISMM. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/px3u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search