Présentation et discussion de l’ouvrage La maîtrise de la concupiscence. Mariage, célibat et continence sexuelle en Islam, des origines au Xe/XVIe siècle, Mohamed Hocine Benkheira — EHESS (Paris), 17h-19h, 16/04/2019

Présentation dans le cadre du séminaire de l’équipe « Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes » (LAS Laboratoire d’anthropologie sociale)

16 avril 2019

17h-19h

Lieu : EHESS, Salle de réunion de l’IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris.

Mohamed Hocine Benkheira présente son dernier ouvrage :

La maîtrise de la concupiscence. Mariage, célibat et continence sexuelle en Islam, des origines au Xe/XVIe siècle

Le célibat et les célibataires sont mal vus dans le monde islamique depuis toujours. Pourquoi ? Cette hostilité est en relation, on s’en doute moins, avec l’institution de la polygamie, la vie sexuelle de Muḥammad et les « houris » du Paradis. La raison dernière de toutes ces singularités est une doctrine qui a prévalu des origines jusqu’à nos jours, selon laquelle tout individu des deux sexes a une mission à remplir, qui fait partie de ses devoirs de croyant: se marier et engendrer une descendance. Toutefois, au tournant du IIIe/IXe siècle, Šāfiʿī (m. 204/820) a apporté une inflexion à cette doctrine : les individus qui ne ressentent pas le besoin d’une vie conjugale peuvent s’abstenir de se marier, à condition de se consacrer au service de Dieu. La propagation de cette innovation coïncide dans le temps avec l’émergence du corps des oulémas, qui se présentaient comme les uniques détenteurs légitimes du pouvoir d’interpréter la Loi. Dans le même temps, ils définissent, avec les renonçants (zuhhād), un idéal éthique – la maîtrise de la concupiscence. Il ne s’agit ni de jeter l’opprobre sur la sexualité, ni d’exalter l’abstinence sexuelle, mais de souligner la prééminence de la « raison » (ʿaql) : l’homme conforme à cet idéal est celui qui se soumet à cette dernière, non à ses appétits. Mais cet homme peut être aussi bien marié que célibataire. C’est pourquoi, le natalisme restant la seule politique officielle en direction de la masse des fidèles, on trouve si peu de célibataires, même parmi les soufis.

Mohammed Hocine Benkheira est directeur d’études à la Ve Section de l’EPHE (Sorbonne), titulaire de la chaire. Formation des doctrines juridiques et du rituel en islam (du VIIe au XVes.).

Ouvrages précédents de Mohamed Hocine Benkheira :

L’amour de la Loi. Essai sur la normativité en islâm, P.U.F. coll. « Politique d’aujourd’hui », 1997, 410 p.

Islâm et interdits alimentaires : juguler l’animalité, P.U.F., coll. « Pratiques théoriques », 2000, 232 p (prix Langhe Ceretto en 2001, Italie)

L’animal en islam (avec Catherine Mayeur-Jaouen et Jacqueline Sublet), Les Indes savantes, 2005, 187 p.

La famille en islam, d’après les sources arabes (avec Avner Giladi, Catherine Mayeur-Jaouen et Jacqueline Sublet), Les Indes savantes, 2013, 554 p.


Présentation et programme annuel du séminaire EHESS / LAS

  • Yazid Ben Hounetchargé de recherche au CNRS ( LAS )Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Anne-Marie Brisebarredirectrice de recherche émérite au CNRS (*) ( LAS )
  • Barbara Casciarrimaître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (TH) ( Hors EHESS )
  • Tarik Dahouchargé de recherche à l’IRD (TH) ( Hors EHESS )
  • Marie-Luce Gélardmaître de conférences à l’Université Paris-Descartes (TH) ( Hors EHESS )

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 17 h à 19 h (EHESS / IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), les 20 novembre et 11 décembre 2018, 22 janvier, 12 février, 19 mars, 16 avril, 21 mai et 18 juin 2019. Une journée d’études aura lieu le 13 février 2019 au Collège de France, salle 4, 11 place Marcelin Berthelot 75005 Paris

Ce séminaire a pour vocation de promouvoir les travaux individuels et collectifs de doctorants, jeunes chercheurs ou enseignants et chercheurs confirmés, concernant des sociétés ayant en commun la pratique de l’islam, en particulier dans les aires méditerranéenne méridionale (Maghreb, Machrek, de langue et de culture arabes, mais aussi berbères, turques), saharienne et subsaharienne. Il s’intéresse aussi, à titre comparatif, aux pays asiatiques (Asie centrale, Asie du Sud-Est, sous-continent indien, Iran, Afghanistan) dans lesquels l’islam est majoritaire, aux situations où l’islam se trouve en situation minoritaire du fait des courants migratoires anciens ou actuels, ainsi qu’aux relations transnationales liées à l’islam.

Dans le cadre de ce séminaire, on se propose d’analyser, d’un point de vue anthropologique et comparatiste, certains traits récurrents structurels et culturels de ces sociétés, en soulignant les convergences, dont participe mais non exclusivement l’islam, ainsi que la différenciation des cultures et des identités. Sans s’interdire des variae en fonction des circonstances, les communications présentées traiteront de la parenté, du politique, de l’organisation sociale, du droit, des rapports de genre, des rituels…

Comparatif, ouvert à l’ensemble des travaux anthropologiques (anthropologie sociale et culturelle) portant sur les sociétés et cultures musulmanes, ce séminaire a vocation à prolonger les travaux entrepris par l’équipe ACSM (en particulier sur le religieux, le politique, le juridique et la parenté) et à densifier et/ou ouvrir de nouveaux champs et objets d’études (anthropologie économique, anthropologie sensorielle, anthropologie du corps, etc.).

16 octobre 2018 Séance annulée, reportée à une date fixée ultérieurement

20 novembre 2018 : Présentation et discussions autour de la sortie du numéro spécial d’Ethnologie Française : « L’islam en France » Marie-Luce Gélard (maître de conférences HDR, Paris Descartes/IUF) et Loïc Le Pape (maître de conférences, Paris 1)

Les études sur l’islam en France se sont essentiellement déployées autour de thématiques qui ont laissé dans l’ombre la pratique cultuelle ordinaire. En effet, la recherche, dominée par les sciences politiques, s’est largement concentrée sur l’analyse d’un courant spécifique et minoritaire, le wahhabisme, en oubliant de s’intéresser aux courants majoritaires, à la diversité des pratiques et à la façon dont celles-ci s’articulent avec le quotidien.

Une réelle connaissance des façons de vivre et de pratiquer l’islam en France, encore bien trop lacunaire, est aujourd’hui d’autant plus importante que les stéréotypes concernant les musulmans se sont multipliés et aggravés. Ce numéro propose d’aborder, d’un point de vue anthropologique, les cultures musulmanes françaises et d’ouvrir ainsi le champ à de nouvelles recherches sur les pratiques et les vécus de l’islam ordinaire.

11 décembre 2018 : « Elites touarègues et berabish formées dans l’ex-bloc communiste (URSS, Ukraine, Roumanie, Cuba) » Amalia Dragani (Postdoctorante affiliée au LAS)

22 janvier 2019 : « Une anthropologie des côtoiements : interactions entre installés arabes et migrants asiatiques à Sabra-Chatila (Beyrouth) » Nicolas Puig (Directeur de recherche, IRD, URMIS)

12 février 2019 : « Reconfigurations politiques et migratoires dans la région saharo-sahélienne : enjeux scientifiques et méthodologiques en anthropologie sociale » Alessandra Giuffrida (Docteur en Anthropologie Sociale, Chercheur Associée IREMAM)

13 février 2019 : Journée jeunes chercheurs (Collège de France)

19 mars 2019 : « Identité ethnique et revitalisation linguistique d’une minorité musulmane du Soudan (Monts Nouba) » Stefano Manfredi (Chercheur CNRS-SEDYL)

16 avril 2019 : Présentation et discussion de l’ouvrage La maitrise de la concupiscence. Mariage, célibat et continence sexuelle en Islam, des origines au Xe/XVIe siècleMohamed Hocine Benkheira (Directeur de recherche, EPHE)

21 mai 2019 : « Poïétique des flots. Ouvrir, sentir et refermer la mer dans le Banc d’Arguin (Mauritanie) » Hélène Artaud (Maître de Conférences au Muséum national d’histoire naturelle, Paris)

18 juin 2019 : « Ethnographie et éthique de la recherche en terrain sensible : expériences croisées entre Palestine et Sahara Occidental » Véronique Bontemps (Chercheur CNRS, IRIS) et Sébastien Boulay (Maître de Conférences, Paris Descartes/CEPED)


Vous aimerez aussi...