Conférences de Yahya El-Beraa, professeur de sociolinguistique et d’anthropologie à l’Université de Nouakchott Al-Aasriya (Mauritanie) — les 10, 17 et 18 avril 2019

(droits réservés)

Yahya El-Beraa est actuellement professeur de sociolinguistique et d’anthropologie à l’Université de Nouakchott Al-Aasriya. Il a été l’une des premières recrues de l’Université publique mauritanienne dans les années 1980. Il a également été enseignant aux Emirats Arabes Unis dans les années 2004-2006.
Après avoir obtenu deux diplômes de DEA et DES à l’Université Mohamed V de Rabat, Yahya El-Beraa a soutenu en 2000 une thèse de doctorat en anthropologie et ethnologie à l’EHESS, sous la direction de Pierre Bonte, directeur de recherche au CNRS et membre du L.A.S. du Collège de France. Cette thèse avait porté à l’époque sur une étude de corpus de fatâwa’ et de nawâzil de théologiens-légistes maures du Sud-Ouest mauritanien actuel (région connue sous le nom de Gibla) du XVIIe au XIXe, étude à partir de laquelle le chercheur appréhendait l’évolution des préoccupations sociales et politiques de la société maure durant la période précoloniale. Ces corpus de jurisconsultes lui ont également permis d’analyser la perception et l’attitude des lettrés et dignitaires religieux maures face à la colonisation (1ère décennie du XXe siècle notamment).
Depuis lors, Yahya El-Beraa poursuit son œuvre de compilation et d’analyse de cette production juridique très riche, ce qui en fait le meilleur connaisseur actuel pour tout l’Ouest saharien.
Ses travaux portent également sur les dynamiques islamiques contemporaines dans la région ouest-saharienne et sur les relations entre islam et politique. Il s’intéresse notamment aux ordres confrériques contemporains et à l’apparition de nouveaux modèles de religiosité « importés » de la Péninsule arabique, le Wahhabisme notamment. Ses travaux sur l’islam ouest-saharien contemporain s’inscrivent toujours dans une perspective historique longue. Il s’est ainsi intéressé aux figures du djihad dans la région et à l’histoire de mouvements théocratiques en Afrique de l’Ouest.
Yahya El-Beraa est impliqué pendant 4 ans dans un programme de recherche européen (ERC-Starting Grant) sur les dynamiques sociales et politiques ouest-sahariennes, programme intitulé CapSahara (Critical Approaches to Politics, Social Activism and Islamic Militancy in the Western Saharan Region), programme dans lequel il intervient en tant que chercheur senior aux côtés d’autres chercheurs mauritaniens et européens.

C’est au titre de ces différentes compétences et de ces champs de recherche que Yahya El-Beraa est proposé à une chaire sécable de l’IISMM-EHESS. Cette chaire pourrait lui permettre de présenter les derniers résultats de ses travaux, et ceci dans le cadre de différents séminaires spécialisés sur le Droit musulman ou sur l’Islam politique contemporain dans une région du monde arabe qui est trop rarement évoquée dans le monde académique en France.

Invitant : Jean Schmitz (IMAF, EHESS)

Conférences

Islam, justice sociale et vie politique dans l’Ouest saharien contemporain. Wahhabisme, salafisme et jihadisme: signification, diversité et implication dans la pratique islamique en Mauritanie

Dans le cadre du séminaire coordonné par Sébastien Boulay (Université Paris Descartes) et Pénélope Larzillière (IRD)

  • Le 10 avril 2019 de 17h30 à 19h30 – Amphithéâtre Emile Durkheim, Sorbonne, Université Paris-Descartes, 1 rue Victor Cousin 75005 Paris – Inscription obligatoire auprès de Sébastien Boulay

Cinq siècles de fatwas dans le Sud-Ouest saharien. Présentation de la grande collection d’avis juridiques, de cas d’espèces et de jugements des fuqaha’ de l’Ouest et du Sud-ouest Saharien

Dans le cadre du Séminaire Anthropologie comparative du Sahel occidental musulman (Abdel Wedoud ould Cheikh, Jean Schmitz et al.) 

  • Le 17 avril 2019 de 15h à 17h – EHESS, IMAF, Salle de réunion, 96 Bd Raspail 75006

Les Nawâzil et fatwas de l’ouest saharien d’avant le 19e siècle : nature, thèmes et références

Dans le cadre du séminaire “Mondes sahariens : sources, espaces, sociétés, VIIIe-XIXe siècle” (Elise Voguet, Chloé Capel)

  • Le 18 avril de 11h à 13h – EHESS, IISMM (1er étage, salle de réunion), 96 Bd Raspail 75006 Paris

Les historiens arabes du moyen-âge renvoient la date de l’islamisation des populations de l’ouest saharien à la moitié du VIIIe siècle. Mais cet Islam, d’après leurs témoignages, était superficiel et manquait de profondeur intellectuelle. C’est au temps des Almoravides que cette religion fut bien enracinée chez les habitants de cette contrée, et dès lors l’islam malékite a balayé les débris des anciennes croyances, a mis fin aux poches qualifiées d’hétérodoxie (Kharijites, Chiites) et a unifié les populations dans le cadre du rite malékite.

Malgré cette islamisation profonde, il semble que la culture arabo-islamique n’a atteint son autosuffisance dans les différents domaines (enseignement, production intellectuelle, etc.) qu’à partir du XVIe siècle au moment où les écoles d’enseignement religieux (mahâdhir) commencent à se fonder et à s’institutionnaliser. Avant cette date nous n’avons pas pu trouver des nawâzil et réponses juridiques attribuées à des fuqahâs locaux.

Sans doute, les nawâzil et fatwas dans ce pays datent du temps de l’adoption par ses habitants de l’Islam. Car l’exigence de savoir la sentence de Dieu dans tout acte de l’homme pousse les concernés à consulter continuellement les docteurs, et nécessite de ceux-ci de formuler des fatwas afin de satisfaire ceux qui les sollicitent. On peut citer dans ce sens les fatawas émises par Abd Allah Ibn Yasîn et celles de Lamtad Ibn Billîn al-Lamtuni relatée par al-Qadi Iyyad (m. 544/1149) qui disait que les fatwas de ce faqîh sont passés en proverbe dans le pays du Sahara.

En fouillant les bibliothèques du l’Ouest saharien, notamment les bibliothèques traditionnelles de statut privé, on trouvent qu’elles recèlent des quantités considérables de fatwas, des nawazil et des rasâ’il (traités de jurisprudence) présentant une grande diversité tant par leurs contenus que par leurs formulations. Ces nawâzil couvrent une période de cinq siècles et intéressent tout l’espace s’étendant de l’Azawad (région nord du Mali) à l’est, à l’océan Atlantique à l’ouest et du fleuve Sénégal au sud aux confins nord du Sahara occidental.

Les premières nawâzil des érudits de cette aire sont pratiquement celles de Anda Abd Allah Wuld Sîdi Ahmad (m. 937/1530) et la génération des docteurs de Timbuktu, Tîzikht, Ouadâne et Tichît.

En exposant ce que nous avons pu collecter, dans notre encyclopédie : al-Majmû’a al-Kubrâ, de nawâzil et fatwas d’avant le 19 siècle ; nous pouvons en tirer des renseignements importants concernant la nature de la production jurisprudentielle, les préoccupations des populations, les contraintes culturelles, socio-politiques et environnementales qui conditionnent la production de ces fuqahâs et qui influencent leurs esprits, la répartition géographique des muftis et la relation de cette répartition avec le développement -tant vertical qu’horizontal- des connaissances islamiques et le transfert du centre de gravité de ces connaissances des cités vers le désert (badiyya).


Vous aimerez aussi...