Séminaire EHESS (CRH) : « Histoire et sciences sociales en révolution : un paradigme tunisien ? », J. Dakhlia — Mardi de 13 h à 15 h à l’EHESS, du 13 novembre 2018 au 28 mai 2019 (programme du 2e semestre)

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Programme de séminaire coordonné par Jocelyne Dakhlia, Directrice d’Etudes
Année 2018-2019

EHESS, 105, boulevard Raspail, 75006 Paris

Les mardis de 13h à 15h, salle 3

Sur la base de données de l’EHESS : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/10//

Un paradigme tunisien ? Histoire et sciences sociales en révolution

La Révolution tunisienne a fait voler en éclats le présupposé tenace de sociétés islamiques vouées au pouvoir autoritaire et sans aspiration démocratique. Ce faisant, elle fut une révolution sans modèle et sans leadership, suscitant par là un espoir universel. Elle ouvrait aussi la voie à toutes les projections analytiques,  et à toutes les récupérations ou confiscations possibles. Qu’est-il advenu de cet universalisme révolutionnaire ? Faut-il en faire le deuil ? L’effet d’exemplarité et d’« entraînement » du soulèvement tunisien, tant dans les autres pays arabes que, de manière bien plus limitée, en d’autres parties du monde, demeure, à bien des égards, mal élucidé.

Ce séminaire tentera d’éclairer ce phénomène d’une « Tunisie au monde » mais aussi la pertinence d’un « paradigme tunisien », sur divers plans et dans une approche résolument transdisciplinaire (histoire, sociologie, sciences politiques, économie, anthropologie…).

On y conduira une réflexion sur l’articulation problématique et difficile des sciences sociales à une dynamique de type révolutionnaire, ou référée au trouble révolutionnaire. Le séminaire présentera et discutera des enquêtes en cours, enquêtes de fond et de terrain, sur la société et la situation tunisiennes. On y interrogera donc la pertinence d’une « exception » tunisienne, si fortement mise en exergue dans nombre d’analyses (premier pays arabe à abolir l’esclavage, première Constitution du monde arabe, premier pays islamique en matière de droits des femmes…)… Par la comparaison, par la déspécification méthodologique, on tentera aussi de comprendre ce que la Tunisie, par son histoire et son présent, dit aujourd’hui au monde.

Programme du deuxième semestre 2018-2019

Mardi 12 mars 2019, Irene Maffi, Université de Lausanne
« Une révolution pour les femmes ? La réglementation des pratiques sexuelles et reproductives dans la Tunisie post-révolutionnaire »

Mardi 19 mars 2019, Marie Pierre-Bouthier, Université Paris I-Ater ENS Paris
« La Fédération tunisienne des cinéastes amateurs : histoire, possibilité et capacité d’action d’un cinéma d’intervention en contexte autoritaire et post-révolutionnaire »

Mardi 26 mars 2019, Lamia Benyoussef, Birmingham Southern College (en partenariat avec le RTP « Islams et chercheur dans la cité)
« Entre le palimpseste de la mémoire et la violence de l’oubli : le 26 janvier 1978 en Tunisie »

Mardi 2 avril: Pas de séance, séminaire suspendu

Mardi 9 avril, Sarah Barrières, EHESS
« Nouvelles formes d’action syndicales en Tunisie : analyse d’une tentative de reprise d’usine dans le secteur textile »

Mardi 16 avril 2019 , Driss Abbassi, Université de Toulon :
« Constructions politico-identitaires dans la Tunisie post-coloniale : quels référents historiques pour quels compromis ? »

Mardi 7 mai 2019, Katharina Grueneisl, Durham University, UK
« L’économie de la fripe en Tunisie : réseaux de circulation et géographies urbaines»

Mardi 14 mai 2019, Karl Karim Zakhour, Université de Stockholm
« Democratization and Uncertainty : Young Men in Interior Tunisia »

Mardi 21 mai 2019, Pierre-Robert Baduel, CNRS
Présentation de l’ouvrage  Un temps insurrectionnel pas comme les autres. La chute de Ben Ai et les Printemps arabes, Paris, Non Lieu, 2018

Mardi 28 mai 2019, M’hamed Oualdi, Université de Princeton :
« Les débats sur l’esclavage en Tunisie : avant et après la Révolution »


Vous aimerez aussi...