Appel à communications / Journées de la Halqa : “Dynamiques des identités musulmanes et arabes” les 6 et 7 juin 2019 à la MMSH — LIMITE : 07/04/2019

Septième édition des Journées de la Halqa

Jeudi 6 et vendredi 7 juin 2019

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)
5, rue du Château de l’horloge,
13100 Aix-en-Provence

Thème général des journées : Dynamiques des identités musulmanes et arabes

Dès son émergence dans le champ des sciences sociales durant les années 1960, l’identité a connu un réel succès pendant une trentaine d’années. Pensée comme un construit social (Goffman, 1963), la notion d’identité porte en son sein les idées d’interaction et d’altérité. Le « même » auquel elle renvoie – ce soi qui malgré l’écoulement du temps conserverait sa substance (Ricoeur, 1990) – ne saurait exister sans une opération d’identification selon laquelle « connaître c’est reconnaître » (Abi Rached, 2011). Sa démocratisation ouvrit la voie à la formulation de critiques à l’encontre de sa polysémie et de sa force de réification (Brubaker, 2001 ; Brubaker et Cooper, 2000 ; Avanza et Laferté, 2005). Ces travaux incitent à affiner les contours d’une notion jugée parfois peu à même de décrire avec précisions les réalités toujours plus nombreuses qu’elle revêt en s’en saisissant à nouveaux frais par un effort de définition (Le Foll-Luciani, 2015).

Sous ce rapport, les perspectives et les potentialités induites par la plasticité du concept d’identité – ou plutôt, de celui des identités – s’éclairent. La souplesse du concept suggère alors une pluralité de sens et une grande diversité d’analyses. Les identités ne sauraient alors être étudiées qu’à condition d’être assumées dans leur complexité. Le choix de cette approche pour les journées annuelles de la Halqa (l’association des doctorant-e-s en sciences sociales sur les mondes musulmans modernes et contemporains) invite les jeunes chercheuses et chercheurs à appréhender l’intérêt de la notion « identités ». Il s’agit d’aller à l’encontre d’une utilisation décriée pour son essentialisation — notamment dans le débat public (Sidi Moussa, 2017). Quelles capacités heuristiques cette notion contient-elle pour penser et travailler les mondes arabes et musulmans ? Quelles déconstructions suggère-t-elle ? Quels outils méthodologiques peut-on proposer pour la travailler ?

En offrant un espace aux doctorant-e-s pour présenter leurs travaux, les Journées de la Halqa ouvrent une possibilité d’échange sur des problématiques communes par-delà les barrières disciplinaires des sciences sociales. Elles permettent de confronter méthodes et approches tout en proposant un état des lieux de la recherche en France sur les mondes musulmans modernes et contemporains. La Halqa accueille les doctorant-e-s de toutes écoles, universités et institutions françaises, ainsi que les étudiant-e-s de Master désireux-ses de poursuivre leurs recherches en thèse. Nous proposons aux jeunes chercheurs et chercheuses des axes de réflexions dans lesquels ils et elles pourront insérer leurs propositions de communication. Les doctorant-e-s sont libres de proposer des formes variées de présentation — en candidatant individuellement, en communiquant à deux, ou en constituant un panel composé de quatre membres maximum. Enfin, les axes ci-dessous ne sont pas exclusifs, il est également possible aux candidat-e-s d’envoyer une proposition qui entre en résonance avec le thème général.

Les propositions de communication – comprenant un titre accompagné de trois mots-clefs et d’un résumé de 300 mots maximum – sont à envoyer avant le 7 avril 2019 par voie électronique à l’adresse halqadesdoctorants@gmail.com. Les propositions seront ensuite examinées par le bureau de l’association. La Halqa couvrira les éventuels frais de voyage, de restauration et d’hébergement des doctorant-e-s retenu-e-s. Les Journées de la Halqa seront également l’occasion de renouveler le bureau de l’association au cours de l’assemblée générale qui se tiendra à l’issue de ces deux journées. La participation aux journées nécessite l’adhésion annuelle à l’association, fixée à 15 euros.

Le bureau de la Halqa : Élise Abassade (Paris VIII – La Manouba, Tunis), présidente ; Thierry Guillope (Université Paris-Est), secrétaire ; Simon Dubois (Aix-Marseille Université), trésorier ; Carla Yared (Université de Bordeaux) ; Didier Inowlocki (INALCO) ; Mouhamadou Ndiaye (Université de Bordeaux).

Axe I : La fabrique des identités musulmanes et/ou arabes

Les identités arabes et/ou musulmanes sont actuellement mobilisées dans des discours politiques qui visent à les essentialiser. Dans ce contexte, il est essentiel de redonner à voir la complexité des processus de fabrication et d’adoption de ces identités ; qu’il s’agisse de processus historiques, sociaux, ou juridiques. Cet axe s’inscrit dans le sillage de recherches et d’interventions récentes soulignant ces dynamiques : il convient d’interroger l’ensemble des niveaux — micro, méso et macro — où s’observent les enjeux de construction, d’utilisation et d’assignation de catégories identitaires.

Axe II : Théorie et pratique de lutte

L’identité peut être le fondement de théories et de pratiques revendicatives. Des collectifs d’individus naissent alors à partir de cadres de lutte identitaires : nationalismes, féminismes islamiques (en plein renouveau), causes des « minoritaires sociaux » face aux inégalités. En retour, l’identification de ses membres à la contestation contribue à forger le collectif. Cet axe, d’une part, invite à travailler le contenu de ces identités contestataires qui peuvent, dans bien des cas, relever du retournement du stigmate (Plumauzille et Rossigneux-Méheust, 2014). De quoi sont-elles composées ? À quoi et à qui servent-elles ? Dans quelles conditions s’élaborent-elles ? En quoi la différence, si elle est défendue, porte-t-elle une charge contestataire ? D’autre part, cet axe incite à ouvrir des questionnements sur les processus d’appartenance et de subjectivation politique (Badiou, 1982 ; Tarragoni, 2016). Ces processus ont pour corollaire une dynamique de dés-appartenance. L’ensemble est alors producteur d’un devenir permanent : le sujet (Rancière, 1990 ; Badiou, 2008). Dans quelle mesure l’appartenance au groupe revendicatif crée-t-elle des sujets contestataires ? À quelles fins ? Selon quelle portée ?

Axe III : Pouvoirs, colonisations et reconfigurations des identités

Depuis une vingtaine d’années, les identités ainsi que les processus d’identification et d’assignation identitaire sont au cœur de l’historiographie des colonisations du XVIe au XXe siècle. Ainsi, la « rencontre coloniale » est dorénavant considérée comme ayant, entre autres, largement contribué à reconfigurer et à requalifier tant le sentiment de soi que le regard porté sur l’Autre (Genèses, 2001). L’étude fine des interactions entre colonisé-e-s et colonisateurs permet de saisir ces processus : (re)fondations des regards et des postures, nouvelles façons de se définir et de délimiter « groupes sociaux » ou « communautés », reconfigurations des façons d’être – en société comme dans son intimité, dans l’espace comme dans le temps (Stoler, 2002 ; Annales. Histoire, Sciences sociales, 2017). Dans les mondes arabes et musulmans, en quoi les identités furent-elles traversées, produites ou brouillées par les dominations coloniales ? Qu’en est-il des circulations — « retours vers la métropole » (Shepard, 2017), voyages ou migrations ?  En quoi ces processus éclairent-ils les enjeux post-coloniaux ?

Axe IV : Identités artistiques et culturelles

Dans le champ des études littéraires, la Nahda au XIXe siècle est appréhendée comme un tournant dans la production intellectuelle et artistique au Moyen-Orient. Elle jette en même temps les bases de la construction d’une identité arabe (Dakhli, 2009). Depuis les années 2000, on assiste à l’émergence de structures culturelles transnationales arabes qui contribuent à l’évolution d’un panarabisme s’affranchissant d’une identité bien souvent totalisante et portée par les régimes autoritaires de la région (Mermier, 2016). Les artistes arabes et/ou musulmans n’ont eu de cesse de dialoguer avec les différentes catégorisations identitaires qui peuvent leur être assignées à un niveau mondial, local ou régional. Elles et Ils contribuent pleinement à la forge et à la déconstruction d’identités devenues mouvantes. Cet axe souhaite placer l’identité qu’elle soit arabe ou musulmane dans une focale créative. Il s’agit de faire place aux artistes et producteurs culturels ainsi qu’aux artefacts dans leurs dialogues avec les notions d’identité, que ce soit dans une démarche d’expression, de construction et/ou de rejet.

Axe V : Mobilités identitaires

Alors qu’elles sont souvent perçues comme étant imposées par le haut, voire définies comme un cadre contraignant par les pouvoirs sur les individus, les identités sont loin d’être fixes et uniques. Plurielles et mobiles, elles interrogent les assignations par l’intermédiaire de notions puisées dans le sens commun. Dans une ère de mouvements, le déplacement, l’exil, la migration redéfinissent sans cesse les appartenances, les injonctions et les pratiques quotidiennes. La recherche en sciences sociales a délaissé le prisme d’analyse de l’intégration et de l’acculturation pour observer au contraire la complexité des processus d’identifications et de définitions individuelles et collectives (Safi, 2011 ; Mazzella, 2014). Que cela touche aux constructions sociales et historiques comme la langue, le genre, la classe ou la race, ces processus sont loin d’être tous des performances identitaires. Ils apparaissent davantage comme le fruit d’adaptations entremêlées ; que cela soit de manière consciente ou non de manière douloureuse ou non. Cet axe propose d’aborder les dynamiques spatiales, pour travailler les redéfinitions des appartenances et des assignations identitaires, ou encore les « combinaisons identitaires ».

Bibliographie :

ABI RACHED Nadi (2010), L’identité constitutionnelle libanaise, Thèse de doctorat de droit public sous la direction de Guillaume Drago, Paris 2, 491 p.

Annales (2017), « Dossier – Temporalités du moment colonial », 72e année, 4.

AVANZA Martina, LAFERTÉ Gilles (2005), « Dépasser la “’construction des identités”’ ? Identification, image sociale et appartenance », Genèses, 61, p. 134 – 152.

BADIOU Alain (1982), Théorie du sujet, Paris, Seuil, « L’ordre philosophique », 351 p.

BADIOU Alain (2008) « Entretien avec Alain Badiou : qu’est-ce qu’une vérité ? », http://www.nonfiction.f

BADIOU Alain (2018), « Entretien avec Alain Badiou : qu’est-ce qu’une vérité ? », Non-fiction.

BRUBAKER Rogers, COOPER Frederick (2000), « Beyond ”Identity” », Theory and Society, vol. 29, 1, p. 1 – 47.

BRUBAKER Rogers (2001), « Au-delà de l’’’identité »’ », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 139, p. 66 – 85.

DAKHLI Leyla (2009), « Arabisme, nationalisme arabe et identifications transnationales arabes au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 103, 3, p. 12 – 25.

Genèses (2001), « Dossier – Rencontre(s) coloniale(s) », 43.

GOFFMAN Ervin (1963), Stigma: notes on the management of spoiled identity, Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall, books, 173 p. [trad. fr. 1975]

LE FOLL-LUCIANI Pierre-Jean (2015), Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale : trajectoires dissidentes, 1934 – 1965, Rennes, PUR, « Histoire », 541 p.

MERMIER Franck (2016), « Les fondations culturelles arabes et les métamorphoses du panarabisme », Arabian Humanities, 7, 2016.

MAZELLA Sylvie (2014), Sociologie des migrations, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 127 p.

PLUMAUZILLE Clyde, ROSSIGNEUX-MÉHEUST Mathilde (2004), « Le stigmate ou la “’différence comme catégorie utile d’analyse historique”’ », Hypothèses, 17, p. 215 – 228.

RICOEUR Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 424 p.

SAFI Mirna (2011), « Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine », Sociologie, vol. 2, 2, p. 149 – 164.

SHEPARD Todd (2017), Mâle décolonisation : l’« homme arabe » et la France, de l’indépendance algérienne à la révolution iranienne (1962 – 1979), Paris, Payot, « Bibliothèque historique », 398 p.

SIDI MOUSSA Nedjib (2017), La fabrique du musulman : essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale, Paris, Libertalia, 147 p.

STOLER Ann Laura (2002, trad. fr. 2013), Carnal knowledge and imperial power : race and the intimate in colonial rule, Los Angeles, 335 p.

TARRAGONI Federico (2016), « Du rapport de la subjectivation politique au monde social », Raisons politiques, 62, p. 115 – 130.

RANCIÈRE Jacques (1990), Aux bords du politique, Paris, Éditions Osiris, « Impatiences de la politique », 112 p.


Vous aimerez aussi...