Appel à communications / colloque : “L’Afrique des rites”, 29 et 30 mai 2019 à l’Université du Québec à Outaouais — LIMITE : 15/02/2019

On ne pense pas à l’Afrique sans imaginer ses rites, symboles, danses, marquages corporels, sacrifices, récits, rythmes, musiques et chants. Cette altérité exotique est le lieu de production d’un imaginaire présent déjà chez les premiers voyageurs au XVIe siècle. Depuis, l’Afrique n’a de cesse d’être réinventée à partir des rites. On pense aux esclaves africains expatriés en Amérique du Nord et du Sud qui ont réimaginé la terre de leurs ancêtres au travers de leurs traditions rituelles ; aux missionnaires européens qui ont pu percevoir dans les rites africains le résultat d’une religion « naturelle » différente de la « pureté » surnaturelle des traditions chrétiennes. De leur côté, les anthropologues ont vu dans l’exubérance rituelle africaine une occasion d’entrer en contact avec les origines perdues du symbolisme et d’étudier des sociétés prémodernes. Par ailleurs, dans la ligne des mouvements de décolonisation, protestants et catholiques entament l’« africanisation » de leurs liturgies. Sur le plan politique, le nativisme culturel ou la proclamation de l’authenticité des us, coutumes et rituels locaux d’un pays a souvent servi de terrain pour légitimer l’autorité et le pouvoir locaux. De nos jours, l’attrait des primitivismes pousse bon nombre de touristes mystiques vers l’Afrique en quête d’expériences rituelles. De même, les diasporas africaines se font porteuses de processus de globalisation des rites religieux, relayés notamment par le pentecôtisme, montrant que la déterritorialisation des ensembles culturels s’opère à travers les individus et non les civilisations.

En interrogeant l’Afrique des rites, ce colloque désire s’intéresser au triple enjeu religieux, politique et épistémologique, à l’oeuvre dans les conceptions construites à partir des rites tenus pour originels. Il s’agit de s’intéresser aux phénomènes que l’Afrique des rites peut permettre de révéler, notamment à travers l’existence de la production d’une altérité exotique, la construction de discours politiques trouvant leur légitimité dans le rite, la permanence des rites en tant qu’approche pouvant permettre aux sciences humaines de s’interroger sur leur propre origine, valeur et portée.

Consignes :

1) Pour être admises à l’évaluation, les propositions seront composées des éléments suivants : 

  • Titre de la communication 
  •  Résumé de 200 mots 
  •  Mention de l’axe dans lequel la communication s’inscrit 
  •  Nom et affiliation institutionnelle de l’auteur 
  •  Un CV abrégé (2-3 pages)

2) Date limite pour la soumission de propositions : 15 février 2019
3) Les propositions seront envoyées par courriel aux organisateurs du colloque :

  • Ângelo Cardita, Université Laval
    angelo.cardita.1@ulaval.ca
  • Erick Cakpo, Université de Lorraine-France
    erick.cakpo@univ-lorraine.fr
  • Abdoulaye Anne, Université Laval
    abdoulaye.anne@fse.ulaval.ca

Plus d’informations :


Vous aimerez aussi...