Ouverture de la plateforme Open Jerusalem avec son catalogue répertoriant les archives privées et institutionnelles de la ville pour une période allant de 1840 à 1940

Les chercheurs, les étudiants, les professionnels et l’ensemble des personnes intéressées par l’histoire contemporaine de Jérusalem ont désormais accès à un nouvel outil d’investigation et d’analyse : la plateforme en ligne du projet Open Jerusalem (http://www.openjerusalem.org/). Ouverte au public, cette plateforme offre un catalogue, produit du travail de l’ensemble des chercheurs attachés au projet, répertoriant les archives privées et institutionnelles de la ville pour une période allant de 1840 à 1940. En quelques clics, le visiteur du site a la possibilité de naviguer dans ces archives (par fonds, par producteurs, par dates ou par langues), d’y effectuer une recherche par mots-clés, d’y trouver près de 33000 fiches descriptives (archivistiques et bibliographiques) et d’avoir ainsi accès à la description (en anglais) des documents, dont certains sont numérisés et directement consultables sur le site. La plateforme Open Jerusalem donne ainsi l’occasion de découvrir les archives de Jérusalem, d’une grande richesse, et contribue à susciter et à guider les recherches sur l’histoire de la ville.

Le projet Open Jerusalem (dont le titre complet est Opening Jerusalem Archives – For a Connected History of citadinité in the Holy City – 1840-1940) est dirigé par Vincent Lemire (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et est financé par l’European Research Council (Starting Grant). Il a pour objectif de décloisonner et de connecter les différentes archives et sources historiques afin de dégager ce qui faisait l’ordinaire et le commun des habitants de Jérusalem. À travers le concept de citanidité (ou citoyenneté urbaine), le projet offre une histoire au ras du sol de la ville, une perspective qui a longtemps été négligée par les chercheurs plus volontiers portés jusqu’à présent vers l’étude des enjeux idéologiques ou géostratégiques. Une histoire connectée de la ville est ainsi présentée, le projet cherchant les points de contact, au sein du large archipel documentaire de la ville, révélant les échanges, les interactions, les conflits et les hybridations entre les populations et les cultures.

Pour mener à bien le projet, V. Lemire s’est entouré d’une équipe internationale de chercheurs composée de Stéphane Ancel (CNRS/CéSor – France), Angelos Dalachanis (EFA – Grèce), Yasemin Avci (Université de Pamukkale – Turquie), Maria-Chiara Rioli (UPEM – France), Louise Corvasier (UPEM – France), Leyla Dakhli (CNRS/CMB – Allemagne), Yann Potin (Archives Nationales – France), Falestin Naili (Ifpo/Amman – Jordanie), Abdul-Hameed al-Kayyali (Ifpo/Amman – Jordanie) et Katherina Stathi (Laskaridis Foundation – Grèce).  À cette équipe s’est ajoutée pas loin d’une quarantaine de chercheurs, venant d’Europe, du Moyen-Orient, des États-Unis et du Canada afin de proposer l’étude et l’analyse la plus exhaustive possible des divers fonds d’archives liés à l’histoire de la ville. Le projet a déjà proposé plusieurs évènements scientifiques (colloques, séminaires, voir https://openjlem.hypotheses.org/ ) et des publications dont le récent ouvrage intitulé Ordinary Jerusalem 1840-1940 Opening New Archives, Revisiting a Global City, co-dirigé par V. Lemire et A. Dalachanis et publié chez Brill (en open access : https://brill.com/view/title/36309 ).

L’ouverture du site Open Jerusalem est le fruit de quatre années de travail intensif et il donne accès à des fonds d’archives qui jusqu’alors n’étaient pas ou peu décrits. C’est ainsi que l’on trouve les décisions du conseil municipal de la ville (majlis baladiyyameclis-i belediye), en 18 registres disponibles en version numérique, ainsi que 102 des registres du tribunal islamique (sijillāt maḥkama sharʿīyya), là encore numérisés. Par ailleurs, le catalogue propose un impressionnant ensemble de plus de 8400 dossiers (gömlek) préservés dans les archives impériales ottomanes (Başbakanlık Osmanlı Arşivi) et dont plus de 6400 sont disponibles en version numérique. Les archives des institutions chrétiennes (grecques orthodoxes, catholiques romaines, protestantes, éthiopiennes orthodoxes, arméniennes orthodoxes et syriaques orthodoxes) sont également répertoriées et décrites, tout comme les archives juives (celle de la communauté sépharade), les archives consulaires (françaises, britanniques, italiennes, allemandes, grecques et américaines), les archives du mandat britannique, et un ensemble d’archives privées (comme celles de l’archimandrite russe Antonin Kapustin).

Le travail colossal de description et de collecte des archives de la ville n’a pas vocation à s’arrêter avec l’ouverture de la plateforme. Bien au contraire, le catalogue continue et continuera à être régulièrement alimenté par les chercheurs.


Vous aimerez aussi...