Conférences de Serhan Ada, Professeur au département Art et Management Culturel de l’université Bilgi d’Istanbul – les 17, 24, 30 & 31 janvier 2019

© Serhan Ada, 2018

Serhan Ada est professeur au département Art et Management Culturel de l’université Bilgi d’Istanbul et directeur du centre de recherche Management et Politique Culturels au sein de la même université. Il est l’invité de Frédéric Hitzel (CETOBaC) du 1er janvier 2019 au 1er février 2019 dans le cadre du Programme Professeurs invités de l’EHESS.

Il est le rédacteur en chef du recueil  Cultural Policy Yearbook publié annuellement en version bilingue par le Centre Management et Politique Culturels.
Serhan Ada a été Président du Comité sur la diversité culturelle de la Commission Nationale pour l’UNESCO de la Turquie, il est l’un des fondateurs de la Plateforme de développement des industries culturelles (KEGeP) représentant la Turquie au sein de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle (FICDC). Il vient d’être nommé titulaire de la Chaire UNESCO sur la politique culturelle et diplomatie culturelle fondée en 2018 à l’université Bilgi.

Istanbul : la ville de la culture – de la capitale culturelle européenne (2010) à la Ville Créative (2017)

Istanbul (stin polis : vers la Cité, en Grec ancien) ville de la culture dès son origine ne cesse de déployer des efforts considérables afin d’aspirer à une étiquette culturelle en collectant des titres internationaux dans ce domaine. L’expérience de Capitale Européenne de la Culture (2010), lancée sur une idée des représentants de la société civile, s’est transformée en un grand chantier de travaux publics et de restauration grâce au budget et contrôle du gouvernement central. Istanbul retente sa chance avec son tout récent titre de “Ville Créative – Design” de l’UNESCO (2017). Reste à savoir comment assurer l’adhésion à la vie culturelle de millions de Stambouliotes qui vivent aux périphéries de la ville.

Dans le cadre du séminaire « Entre Orient, Occident et Islam. Art, archéologie et images »

  • Le 17 janvier 2019 de 14h à 16h – EHESS, IISMM, Salle de réunion, 96 Bd Raspail, 75006 Paris

Izmir : une nouvelle stratégie culturelle pour une ville en déclin – des Etats Généraux de la Culture (2009) aux travaux de la société civile (2017)

Izmir, la troisième grande ville de la Turquie, port du commerce du Levant, a été considérée comme une “ville infidèle” en raison de sa population cosmopolite composée de Grecs, Juifs, Arméniens, Levantins et Turcs. La ville a connu un déclin symboliquement marqué par un gigantesque incendie qui entraîna la disparition de quartiers entiers du centre ville à la fin de l’occupation grecque en 1922… Depuis 2009, le gouvernement local a pris l’initiative de définir une stratégie à travers la culture, l’innovation et un repositionnement en Méditerranée en dialoguant avec les habitants. Les projets ne cessent de se multiplier avec un apport de plus en en plus marqué des jeunes artistes et de la société civile. Izmir devient une ville de prédilection pour de nouvelles initiatives et projets culturels. 

Dans le cadre du séminaire « Entre Orient, Occident et Islam. Art, archéologie et images »

  • Le 24 janvier 2019 de 14h à 16h – EHESS, IISMM, Salle de réunion, 96 Bd Raspail, 75006 Paris

La politique culturelle en Turquie : de la République à nos jours

La politique culturelle de la Turquie a pendant très longtemps (et même maintenant) existé par défaut. Des périodes de protection de l’Etat, de libéralisation et de dérégulation se sont succédées pour aboutir à un champ contesté de discussions et de négociations où les divers secteurs de la population se reconnaissent et s’excluent mutuellement. Un pays retardataire en matière de politique culturelle pourrait-il être étudié afin de découvrir les vicissitudes de ce domaine de recherche et de pratique ?

Dans le cadre du séminaire « Fêtes de la langue. Une enquête collective« 

  • Le 30 janvier 2019 de 14h à 17h – EHESS, Salle BS1-05, 54 Bd Raspail, 75006 Paris

L’histoire incroyable des “arts indépendants” entre précarité et résilience

Le travail créatif est précaire de par sa nature. De nos jours, les jeunes diplômés des écoles d’art et des milieux culturels viennent grossir par milliers les rangs de travailleurs précaires. Dans une atmosphère de crise généralisée qui fragilise de jour en jour la production et la diffusion de la culture, le rôle des acteurs indépendants qui naissent, disparaissent et réapparaissent sans cesse pourrait être source de réflexion et d’analyse. Dans la même optique, l’expérience menée par des théâtres indépendants à Istanbul depuis 2010 constitue un cas particulier qui mérite d’être considérée de près.

Dans le cadre du séminaire « Entre Orient, Occident et Islam. Art, archéologie et images »

  • Le 31 janvier 2019 de 14h à 16h – EHESS, IISMM, Salle de réunion, 96 Bd Raspail, 75006 Paris

Vous aimerez aussi...