AAC/CFP pour la nouvelle revue Violence. A Journal : Dossier thématique “Passage à l’acte” — LIMITE : 18/03/2019

Violence. A Journal : “Le passage à l’acte”

La revue Violence. A Journal lance un appel à contributions sur le thème du “Passage à l’acte”. Ce dossier sera coordonné par Sabrina MELENOTTE (Plateforme Violence et sortie de la violence)
Les articles devront être envoyés à Violence avant le 18 mars 2019.

Violence. A Journal recherche également des articles portant sur des sujets plus variés, mais entretenant toujours un lien étroit avec les problématiques relatives à la violence et à la sortie de la violence. Chaque numéro de la revue sera coordonné par ses deux rédacteurs en chef : Scott STRAUS (UW-Madison) et Michel WIEVIORKA (FMSH). Les articles n’étant pas destinés à faire partie du dossier “Le passage à l’acte” peuvent être envoyés à Violence tout au long de l’année.

Argument

Le dossier « Passage à l’acte » se concentrera sur le passage à l’acte violent associé à des processus collectifs, quand bien même l’acte est individuel. Il laissera de côté, pour l’essentiel, ce qui relève du droit commun. 
Qu’est-ce qui pousse certaines personnes à « passer à l’acte » ? Pourquoi d’autres, au contraire, que tout en rapproche, ne le font-ils pas ? Quel est cet espace liminal qui se crée entre la radicalisation mentale, ce moment de la fiction de la violence, son imagination, et le passage à l’acte ? Ce moment existe-t-il dans toutes les expériences ? Bien sûr, l’analyse doit tenir compte du contexte, selon, par exemple qu’il s’agisse d’un temps de paix ou d’un temps de guerre. Pour autant, n’existe-t-il pas un basculement, rapide ou non, conscient ou non, vers la réalisation d’actes meurtriers ? 

Souvent indicible ou silencieux, mais pas nécessairement, le passage à l’acte peut être riche en significations, et suscite bien des interrogations que ce dossier se propose d’explorer. Dans les violences extrêmes et de masse, l’enjeu pour les bourreaux ne se limite pas toujours à la mise à mort de l’ennemi et le corps peut devenir le véhicule de messages de guerre. La cruauté peut aller de l’humiliation à l‘animalisation, elle peut être gratuite, ou instrumentale, faisant alors de la terreur et de la peur des méthodes de contrôle et de pression en tuant et « retuant » le corps par des mutilations post-mortem. La Shoah a montré le degré de cruauté et de sophistication que peut atteindre la volonté d’anéantir totalement un groupe humain, et donc les individus qui en font partie. Des violences collectives comme les lynchages et les lapidations peuvent relever d’un emballement où les auteurs emploient des méthodes rudimentaires supposant un corps à corps frontal. La torture, systématisée dans certaines guerres (guerre d’Algérie par exemple), et utilisée par des dictatures comme celles d’Amérique latine dans les années 70, transgresse les codes de la guerre au détriment notamment de populations civiles. Les techniques modernes de communication peuvent permettre aux acteurs de mettre en scène leur cruauté ; on l’a vu par exemple avec certains narcotrafiquants mexicains, avec Daech ou en France avec Mohammed Merah, responsable des tueries de Toulouse et Montauban en mars 2012, ce qui soulève de nombreuses questions sur les raisons de cette mise en scène, et le recours aux réseaux sociaux.

En évitant le double écueil du sociologisme qui explique tout par des processus collectifs, et du psychologisme, qui les ignore, il s’agira donc d’analyser de manière dynamique et éventuellement transversale ce qui relie – ou pas – les bourreaux du nazisme, les djihadistes globalisés, les narcotrafiquants mexicains, les engagés volontaires – ou non – dans des guérillas et des guerres contemporaines, chaque fois qu’ils passent à l’acte. Le dossier entend convoquer l‘ensemble des disciplines composant les sciences humaines et sociales, sans exclusion, et même s’ouvrir à la parole et à la réflexion d’acteurs bien placés pour avoir observé de près ces questions, au sein d’ONG par exemple. 
Que sait-on du passage à l’acte, des individus qui l’effectuent, des processus de subjectivation et de dé-subjectivation qui l’animent, des méthodes qu’il mobilise, des contextes qui le rendent plus ou moins facile ? La connaissance produite autour du passage à l’acte doit-elle permettre de construire des modèles, des stratégies, des modes d’action pour prévenir des violences extrêmes ou de masse, et selon quels critères ? Ce dossier contribuera à mieux connaître non seulement la violence, politique, sociale, religieuse, etc., individuelle ou collective, mais aussi de mieux appréhender l’après-violence, et l’avant-violence. 

Calendrier

Les articles doivent être envoyés au comité de rédaction de Violence avant le 18 mars 2019 s’ils sont destinés à rejoindre le dossier thématique “Passage à l’acte”, ou, plus largement, le premier numéro de la revue. Dans le cas contraire, votre article peut être soumis au comité tout au long de l’année. Vous pouvez l’envoyer à la secrétaire de rédaction de Violence, Charlotte Groult, à l’adresse suivante : charlotte.groult@msh-paris.fr.

Les articles doivent inclure un résumé et une bibliographie détaillée. Le comité accepte également de recevoir des propositions d’articles. Dans ce cas, votre proposition devra être envoyée plusieurs semaines avant la date du 18 mars 2019si votre article est destiné à faire partie du premier numéro, et notamment du dossier thématique “Passage à l’acte”. Il devra être suffisamment détaillé de façon à ce que le comité éditorial puisse comprendre clairement les documents de recherche et les sources sur lesquels votre article s’appuiera, ainsi que ses hypothèses, concepts et arguments principaux, votre approche intellectuelle, vos résultats de recherche, et références. 
Si votre article est accepté par le comité de rédaction, il sera ensuite envoyé par le journal à des évaluateurs. Chaque article devra faire entre 6,000 et 8,000 mots, incluant les notes de bas de page et la bibliographie.

L’auteur devra porter une attention particulière au style avec lequel il rédigera son article, de façon à ce que ce dernier puisse être compris par des non-spécialistes, et pas seulement par un public académique. Violence. A Journal a en effet l’ambition de s’adresser à un lectorat plus large que celui se tournant classiquement vers les revues académiques, et notamment aux “acteurs” de la prévention et de la sortie de la violence : ONG, associations, politiques, juristes et société civile.

Violence sera publiée à la fois en version papier et en ligne, entièrement en anglais. Néanmoins, vous pouvez également écrire votre article en français : la revue prendra en charge sa traduction.

Une nouvelle revue

La violence sous toutes ses formes constitue aujourd’hui un vaste domaine de recherche dans le champ des sciences humaines et sociales.  

Il n’en va pas de même pour la prévention et la sortie de la violence qui relèvent d’un espace peu structuré, où les connaissances sont plus empiriques que théorisées, et produites par des acteurs de terrain (ONGs, associations), des experts ou des professionnels bien plus que par des chercheurs en sciences humaines et sociales.

Violence: A Journal veut rassembler et faire vivre une large communauté internationale de chercheurs, de professionnels et de praticiens, autour de deux enjeux scientifiques et intellectuels complémentaires, mais distincts : l’analyse de la violence, dans ses diverses expressions et métamorphoses, et celle de la prévention et de la sortie de la violence.

Violence: A Journal aura donc pour projet, tout en développant la compréhension de la violence, de faire de la sortie et de la prévention de la violence un véritable domaine de recherche, avec ses apports et ses débats.

Chaque numéro sera composé d’un dossier thématique, ainsi que de plusieurs autres articles, des débats et des entretiens, portant sur des sujets variés. Violence. A Journalveillera également à articuler la recherche en sciences humaines et sociales à d’autres champs de la connaissance et de la réflexion. Elle tissera des liens particuliers avec les milieux artistiques et littéraires. 

Violence: A Journal est créée dans le prolongement des activités de la Plateforme Violence et sortie de la violence, qui a vu le jour en 2015 au sein de la FMSH à Paris, et qui met en réseau quelques trois cents chercheurs du monde entier, dans une perspective internationale et pluridisciplinaire.

Violence. A Journal sera une revue biannuelle intégralement en anglais, publiée par lesÉditions de la MSH.

Premier numéro : 2019.

  • Fondateur : Michel Wieviorka
  • Directeurs de la rédaction : Scott Straus et Michel Wieviorka
  • Comité de rédaction : Mohamed-Ali Adraoui | Jérôme Ferret | Sabrina Melenotte | Paola Rebughini
  • Conseil scientifique international : Bertrand Badie | Fethi Benslama | Judit Bokser Liwerant | Rony Brauman | Craig Calhoun | Manuel Castells | Elisabeth Claverie | Randall Collins | Martha Crenshaw | Carole Damiani | Donatella Della Porta | Mamadou Diouf | Marie-Christine Doran | Jean-Pierre Dozon | Saoud El Mawla | Nilüfer Göle | Maria Stela Grossi Porto | Wilhelm Heitmeyer | Shashi Jayakumar | Mary Kaldor | Farhad Khosrokhavar | Pascale Laborier | Yvon Le Bot | Carlos Martínez-Assad | Tarek Mitri | Ernesto Ottone | Paulo Sérgio Pinheiro | Eduardo Pizarro | Richard Rechtman | Marc Sageman | Jacques Sémelin | Natan Sznaider | Peter Wallensteen | Elisabeth Wood.
  • Secrétaire d’édition: Charlotte Groult

**********************************************************

Violence. A Journal: “Perpetrating Violence”

Violence. A Journal is launching a call for papers on the theme “Perpetrating Violence.” This special feature will be coordinated by Sabrina MELENOTTE (Violence and Exiting Violence Platform)
Your article should be sent to Violence before March 18, 2019.

Violence. A Journal  is also welcoming articles dealing with a wider range of topics, on the issues of violence and exiting violence. Each issue will be coordinated by its two Editors-in-Chief: Scott STRAUS (UW-Madison) and Michel WIEVIORKA (FMSH). Articles not intended to be part of a special feature can be sent to Violence anytime throughout the year.

Special Feature Theme

The special feature “Perpetrating Violence” will concentrate on acts of violence associated with collective processes, even when the action is individual. It will leave legal questions to the side.
What drives some people to commit violent acts? Conversely, why do some others, similar in all respects, not commit them? What is this liminal space that opens up between mental radicalization (this moment of the fiction of violence, of its imagination) and its enactment? Does this moment exist in all experiences? Of course, the analysis must take account of the context, according to whether it is peacetime or wartime, for example. Moreover, doesn’t there exist a switch (rapid or not, conscious or not) towards the enactment of murderous deeds?

Often inexpressible or quiet, but not necessarily so, the moment of acting violently can be rich in meanings, giving rise to many questions that this special feature is intended to explore. In acts of extreme and mass violence, the executioners’ interest is not always limited to killing the enemy, and the body can become the vehicle for messages of war. Cruelty can go from humiliation to animalization; it can be gratuitous, or it may be purposeful, turning terror and fear into methods of control and domination by killing and “re-killing” the body through postmortem mutilations. The Shoah demonstrated the heights of cruelty and sophistication that can be reached by the will to completely destroy a human group and, thus, the individuals comprising it. Collective violence, as in incidents of lynching and stoning, may arise from a runaway process in which actors use rudimentary methods that presuppose a face-to-face confrontation. Torture, systematized in certain wars (the Algerian War for example), and used by dictatorships like those of Latin America in the 1970s, transgresses the codes of war, to the detriment of civilian populations in particular. Modern communication technologies allow actors to stage their cruelty as a spectacle; for example, we see this with some Mexican drug traffickers, with ISIS, or, in France, with Mohammed Merah, responsible for a series of murders in Toulouse and Montauban in March 2012, which raises many questions about the reasons for this staging and the use of social networks.

By avoiding the twofold pitfalls of a sociologism that explains everything by collective processes and a psychologism that ignores them, it will thus serve to analyze, in a dynamic and possibly transversal manner, what connects—or fails to connect—Nazi executioners, global jihadists, Mexican drug traffickers, volunteers or conscripts in guerrillas and contemporary wars, each time they perpetrate violence. This special feature is intended to bring together all the disciplines comprising the social sciences, without exclusion; it will also welcome the words and thoughts of actors who are well placed to have observed these questions closely, for example, within NGOs.
What do we know about committing acts of violence, about individuals who perpetrate them, about the processes of subjectivation and desubjectivation that animate them, about the methods of which they make use, about the contexts that make acting violently easier or more difficult? Should the knowledge produced by research on perpetrating violence allow us to construct models, strategies, and modes of action for the prevention of extreme and mass violence, and if so, according to what criteria? This special feature will help us to better understand not only individual or collective violence, whether political, social, religious, etc., but also to better understand pre- and post-violence conditions. Is it possible to construct models, strategies, and modes of action for the prevention of extreme and mass violence, and if so, according to what criteria?

Calendar

Articles should be sent to Violence’s editorial board before March 18, 2019, if they are intended for the special feature, or for the first issue of Violence in general. Otherwise, you can submit your article(s) anytime throughout the year. You can send your article toViolence’s Managing Editor, Charlotte Groult: charlotte.groult@msh-paris.fr.

Articles should include a summary and a detailed bibliography. The editors also welcome preliminary proposals. In this case, your proposal should be sent several weeks before the deadline of March 18, 2019, if you want your article to be part of the first issue of the journal, especially its special feature. It should also be detailed enough to allow the Editorial Board to clearly understand the research materials on which the article is based, as well as the argument and the author’s intellectual approach, the principal hypotheses, the research findings, the central concepts, and the references.

If your article is accepted by the Editorial Board, it will then be sent out for peer review by the journal. Each article should be between 6,000 and 8,000 words in length (including footnotes and bibliography). 
The author should make a special effort to use a writing style that will make the article easily understandable to the educated layperson and not merely to academic circles.Violence. A Journal has the ambition to reach a wider readership than an academic journal, especially the “actors” involved in preventing and exiting violence: NGOs, associations, politics, legal experts, and civil society.
Violence will be published both in print and online and will be available entirely in english. However, you can also write your article in French; Violence. A Journal will take care of the translation.

A New Journal

Violence, in all its forms, today constitutes a vast field of research in sociology, and in the social sciences. But the same is not true of preventing and exiting violence, which do not have their own well-structured space within the humanities. Much more empirical than theoretical, understanding of these issues is produced more by actors (NGOs, associations), experts, and practitioners than by social science scholars.

Violence. A Journal endeavors to gather together and support a large community of scholars and practitioners, focusing on two complementary yet distinct scientific and intellectual issues: the analysis of violence, in its diverse manifestations, and preventing and exiting violence.

In doing so, Violence. A Journal aims to develop understanding about violence, but also to build up a delineated field of research for preventing and exiting violence, with its contributions and debates.

Each issue will be composed of a special feature, as well as other articles, debates and interviews on a wider range of topics. Violence. A Journal will also make a special effort to link together research in the social sciences and other fields of knowledge, forging bonds with literary and artistic circles in particular, with contributions dealing with exiting violence through the lens of art. 

Violence has been created in line with the activities of the Violence and Exiting Violence platform, established in 2015 within the Fondation Maison des sciences de l’homme in Paris.
The platform brings together some three hundred scholars worldwide, with an international and cross-disciplinary focus.

The journal will be entirely in English and published twice a year by Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

First issue: 2019

Founder: Michel Wieviorka

Editors-in-Chief: Scott Straus and Michel Wieviorka.

Editorial Board: Mohamed-Ali Adraoui | Jérôme Ferret | Sabrina Melenotte | Paola Rebughini.

International Advisory Board:  Bertrand Badie | Fethi Benslama | Judit Bokser Liwerant | Rony Brauman | Craig Calhoun | Manuel Castells | Elisabeth Claverie | Randall Collins | Martha Crenshaw | Carole Damiani | Donatella Della Porta | Mamadou Diouf | Marie-Christine Doran | Jean-Pierre Dozon | Saoud El Mawla | Nilüfer Göle | Maria Stela Grossi Porto | Wilhelm Heitmeyer | Shashi Jayakumar | Mary Kaldor | Farhad Khosrokhavar | Pascale Laborier | Yvon Le Bot | Carlos Martínez-Assad | Tarek Mitri | Ernesto Ottone | Paulo Sérgio Pinheiro | Eduardo Pizarro | Richard Rechtman | Marc Sageman | Jacques Sémelin | Natan Sznaider | Peter Wallensteen | Elisabeth Wood

Managing Editor: Charlotte Groult


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search