Un nouveau séminaire du CéSor : « La foi en actes » — EHESS, 3e vendredi du mois de 14 h à 17 h, du 16 novembre 2018 au 21 juin 2019

La question du croire fait partie des thématiques structurantes du CéSor, travaillée collectivement de longue date, d’abord à l’intérieur d’un séminaire, Les variations du croire, co-animé par Anne-Sophie Lamine et Nathalie Luca depuis 2005 ; ensuite à l’occasion d’un colloque et d’une publication (Croire en actes, distance, intensité ou excès ? sous la direction d’Emma Aubin-BoltanskiAnne-Sophie Lamine et Nathalie Luca, L’harmattan, « Religions en questions », 2014) ; enfin au cœur du programme collaboratif n° 3 du LabEx HaStec, « Les techniques du (faire) croire », coordonné par Nathalie Luca.
Plusieurs chercheurs du CéSor ont manifesté l’envie de poursuivre ensemble ces réflexions en se focalisant sur un objet complexe, la foi, regardée en tant qu’expérience. Le nouveau séminaire de centre, La foi en actes, répond à cette volonté. Sociologues, historiens, anthropologues, travaillant sur des problématiques, des courants religieux et des aires culturelles très variées (Proche et Moyen-Orient, Éthiopie, Argentine, Haïti, Europe, États-Unis) confrontent leurs terrains et leurs outils en vue d’aborder ensemble une question transversale : la foi, envisagée, en amont de l’engagement qu’elle suscite, comme une dynamique permettant de se projeter en ce monde dans l’avenir, dans un idéal ou dans une utopie, ou bien vers un au-delà, une promesse de salut. En aval, elle s’observe dans ses multiples modalités d’expression, des pratiques rituelles à la production artistique. Ainsi, on cherchera à comprendre comment la foi se construit, comment elle est expérimentée et comment elle transforme les parcours individuels et collectifs, tant dans le domaine du « religieux », où elle établit un contrat avec le divin, que dans un cadre profane ou séculier où celui-ci est supposé inopérant.
Après une courte introduction générale, qui permettra de situer La foi en actes par rapport aux travaux proposés des années durant dans Les variations du croire, nous avons demandé à Anne-Sophie Lamine de bien vouloir présenter, en ouverture de ce séminaire, les outils méthodologiques et théoriques du pragmatisme, à partir d’une lecture sociologique de John Dewey, dont la définition de l’expérience et celle de l’idéal pourraient être opérantes pour travailler la « foi en actes ». Suivront ensuite, pendant toute l’année universitaire, une série d’exposés offrant de se familiariser avec certains des travaux réalisés par les chercheurs du CéSor ; d’aborder, dans des contextes très différents, expressions, constructions et manifestations de la foi ; mais aussi de questionner l’opérationnalité d’une telle notion.
La séance de décembre sera consacrée au film de Nathalie Luca provisoirement intitulé « Les porteurs d’optimisme : foi et engagement des entrepreneurs haïtiens », un long-métrage qu’elle a réalisé avec Clément Crauste grâce à l’aide de Lewis Ampidu Clormeus (de l’Université d’État d’Haïti) après le passage de l’ouragan Matthew dans le sud du pays. On y voit des acteurs engagés dans la reconstruction d’Haïti. La foi dont ils sont les porteurs est une foi dans l’action qu’ils définissent eux-mêmes comme « une foi agissante ».
La séance de janvier sera consacrée aux engagements religieux militants que Erminia Chiara Calabrese abordera à partir d’une enquête ethnographique réalisée auprès des combattants du Hezbollah libanais. Pour sa part, Cécile Boëx interrogera, à partir d’une vidéo produite par le groupe d’Omar Omsen/Diaby, recruteur niçois parti faire le jihad en Syrie en 2013 puis chef de la Brigade des étrangers fi Biladi Sham, les différents registres de mise en scène de la foi au sein de ce groupe de combattants français.
En février, Sabrina Mervin et Hélène Zwingelstein mettront en regard deux manières de célébrer la Passion : d’un côté, la Passion du Christ durant la Semaine Sainte de Séville ; de l’autre, le martyre de Husayn, commémoré chaque année par les musulmans chiites.
En avril, Anne Raulin (Université Paris Nanterre / Sophiapol) et Sébastien Tank compareront leurs recherches respectives sur les conséquences des violences urbaines, notamment, l’attentat du 11 septembre 2001 à New-York pour la première et celui du 18 juillet 1994 à Buenos Aires contre la Associación Mutual Israelita Argentina pour le second. Anne Raulin expliquera comment la foi se met en acte pour s’engager en temps de conflit, refuser de s’agréger aux logiques de riposte guerrière et préparer à la réconciliation. Sébastien Tank montrera comment les différentes familles de victimes ont tenté de convertir la sidération provoquée par l’attentat en une force positive au service des droits de l’homme, de la fin de la corruption et de l’extension des droits démocratiques au sein de l’Argentine post-dictatoriale.
En mai, deux jeunes chercheurs du CéSor, Stéphane Ancel et Emir Mahieddin, arrivés respectivement en 2017 et en 2018, proposeront chacun un exposé permettant de mettre en lien leurs recherches actuelles et la thématique du séminaire. Ainsi, Emir Mahieddin présentera ses travaux en cours sur des migrants pentecôtistes latino-américains en Suède qui disent avoir bien du mal à entretenir leur foi quand ils se voient accablés par les problèmes matériels ou les souffrances morales. Stéphane Ancel interrogera un phénomène observé depuis le début des années 2000 en Éthiopie : le développement des constructions de cathédrales impulsé par la base des chrétiens orthodoxes. Les fidèles eux-mêmes ont repris le concept d’église « cathédrale » à leur compte, encouragés à prendre en main la destinée de leur paroisse par une large réforme de l’Église orthodoxe. Reste à savoir si cette évolution architecturale marque également celle des pratiques religieuses des fidèles et dit quelque chose de l’évolution de la construction de leur foi.
Enfin, en juin, Nisrine Al Zahre et Anna Poujeau analyseront, à partir d’entretiens menés à Berlin avec des activistes syriens en exil, leurs récits et discours portant sur la guerre, l’exil, la mémoire et l’identité en cherchant à identifier quelles sont les grandes lignes récurrentes de ces récits et discours ainsi que leurs moments marquants. Comment la révolution puis la guerre a-t-elle pu contribuer à forger de nouvelles identités collectives ? 
Nous avons également tenu à faire une place aux étudiants que nous dirigeons, s’ils souhaitent présenter leurs travaux en lien avec nos problématiques et leur avons réservé la séance de mars.
Finalement, nous attendons de ce séminaire qu’il soit l’un des lieux de mise en commun et de confrontation des recherches individuelles aboutissant à la construction collective d’une problématique transversale au projet du CéSor.

Programme

16 novembre 2018 : 
Introduction générale et exposé d’Anne-Sophie Lamine
Des outils pragmatistes pour analyser la « foi en actes »

21 décembre 2018 :
Nathalie Luca
Les porteurs d’optimisme : foi et engagement des entrepreneurs haïtiens

18 janvier 2019 :
Erminia Chiara Calabrese
Foi et engagement au Hezbollah libanais 
Cécile Boëx 
« Dans la peau d’un moujahid ». Mise en scène de la foi au sein de la Brigade des étrangers au pays du Sham

15 février 2019 : 
Sabrina Mervin et Hélène Zwingelstein
Regards croisés : la Passion du Christ, le martyre de Husayn

15 mars 2019 : 
Présentation de travaux d’étudiants

19 avril 2019 : 
Anne Raulin
Face à la destruction urbaine, la foi en actes: des années 2000 aux années 1940, de New York à Coventry
Sébastien Tank
Convertir l’horreur en force positive de transformation politique. Les associations de victimes de l’attentat de 1994 contre le siège de la AMIA (Asociación Mutual Israelita Argentina) à Buenos Aires

17 mai 2019 : 
Stéphane Ancel
Quand les fidèles demandent des cathédrales : une évolution des pratiques religieuses chez les chrétiens orthodoxes d’Ethiopie ?
Emir Mahieddin
L’Œil et l’Esprit Saint. L’optique en pays pentecôtiste

21 juin 2019 : 
Nisrine Al Zahre et Anna Poujeau
Récits d’activistes syriens en exil à Berlin : que reste-t-il de la révolution ?

Informations pédagogiques (base de données de l’EHESS) : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2854/


Vous aimerez aussi...