Parution : Michel Peraldi, Marrakech, ou le souk des possibles, La Découverte, oct. 2018

Marrakech, ou le souk des possibles 

Du moment colonial à l’ère néolibérale

Michel PERALDI

Marrakech a déjà mille ans lorsque le corps expéditionnaire français y débarque en 1912. Délaissée par le commerce transsaharien, abandonnée des bourgeoisies commerçantes et du pouvoir, elle semble figée dans sa monumentalité. Sur ce qu’ils pensent être une terre sans maître, les militaires français projettent leur désir utopique de jouir à la fois de la grandeur du passé et d’un hédonisme esthétisé d’exotisme. Ils trouvent auprès des touristes et « villégiateurs » européens des alliés complaisants.
Avec un palace, un casino et un terrain de golf, la Marrakech coloniale est inventée. Cent ans après, on y compte près de soixante-dix hôtels de luxe et trois cents de moindre qualité, deux mille chambres d’hôtes en médina, une douzaine de terrains de golf et un festival du cinéma. Ce livre enlevé, fruit d’enquêtes au long cours, est d’abord le récit généalogique de cette énigmatique montée en puissance qui est aussi la réinvention permanente d’une fantasmagorie sur fond d’orientalisme. Il propose ainsi une description fine des dispositifs d’acteurs qui l’ont fait vivre hier et de ceux qui l’assurent aujourd’hui.
Mais l’auteur entend aussi questionner les fondements économiques et sociaux de cette industrie des futilités dont le tourisme participe. Presque à son insu, Marrakech est un de ces lieux où le néolibéralisme s’enchante de son efficacité : un « souk des possibles », offrant l’illusion d’y trouver les conditions d’un recommencement. Pourtant, ne serait-ce pas aussi de ces expériences que naît quelque chose d’une ville et d’une urbanité ?

Site de l’éditeur : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Marrakech__ou_le_souk_des_possibles-9782707174666.html


Vous aimerez aussi...