6e colloque annuel du CCMO: « Monde Arabe et diplomaties parallèles » — Hôtel de ville de Paris, 21/11/2018

Affiche du colloque

Le 6ème colloque annuel du CCMO aura lieu mercredi 21 novembre 2018 à l’Hôtel de ville de Paris (5 rue de Lobau, Paris 4e).

Monde Arabe et diplomaties parallèles

Diplomatie économique, parlementaire, religieuse, secrète

Inscription gratuite et obligatoire par mail à buroccmo@gmail.com

Evénement à suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/events/2235871396629205/

Programme

9h – 9h45

Ouverture du colloque

  • Introduction

Manon-Nour Tannous, maîtresse de conférences à l’Université de Reims, chercheuse associée au Centre Thucydide (Université Paris II) et au Collège de France (chaire d’histoire contemporaine du monde arabe). Auteure de Chirac, Assad et les autres : les relations franco-syriennes depuis 1946, paru en 2017 aux PUF, elle est aussi présidente et co-fondatrice du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO).

  • Conférence inaugurale

Yves Aubin de la Messuzière, diplômé de l’École nationale des langues orientales vivantes en arabe classique et diplômé d’études supérieures d’islamologie, il a assuré l’essentiel de sa carrière dans les pays arabes du Proche Orient et du Maghreb. Il a été successivement été ambassadeur au Tchad, en Irak, en Tunisie, en Italie. Il a été également directeur Afrique du Nord Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères de 1999 à 2002. Il a assuré la  direction du cabinet d’Alain Decaux, ministre délégué chargé de la Francophonie (entre 1988 et 1990) et a été directeur de la coopération culturelle et linguistique de 1993 à 1997. Administrateur et vice-président de l’Institut du Monde Arabe à Paris de 2005 à 2009, il a aussi assuré la présidence de la mission de préfiguration du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem). Yves Aubin de La Messuzière a été président de la Mission laïque française de 2009 à 2016. Depuis il en est le président d’honneur.

Anis Nacrour, en retraite depuis 2017, il a été, durant ses trente-cinq années de carrière diplomatique, en poste à Chicago, New-York, Doha, Manama, Londres, Jérusalem, Alger et Sanaa. En outre, il a effectué plusieurs détachements. A Londres, entre 1996 et 1997, comme conseiller politique auprès du Foreign and Commonwealth Office (FCO); à Paris, entre 2005 et 2007, comme conseiller diplomatique du Directeur Général de la gendarmerie nationale (DGGN) puis à Jérusalem, entre 2007 et 2010, comme conseiller politique de l’ envoyé spécial du Quartette pour le Processus de Paix au Proche-Orient (PPPO). Mis à disposition du Service européen d’action extérieure (SEAE) entre 2011 et 2016, il a été affecté à la Délégation de l’UE en Syrie d’abord en tant que numéro deux-Chef de la section politique puis chargé d’affaires-Chef de Délégation de 2013 à 2016.

9h45 – 11h15

Renforcer ou contourner la diplomatie des États

  • La diplomatie énergétique algérienne : une diplomatie parallèle au service du développement économique algérien (1954-1968)

Sarah Adjel-Debbich (sous réserve), doctorante en Histoire contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, doctorante invitée au département d’histoire de l’Université Georgetown (États-Unis) et doctorante associée à l’IRMC. Sa thèse se penche sur les stratégies de sécurisation des approvisionnements énergétiques en provenance du Maghreb dans un contexte de décolonisation et de guerre froide (1954-1992). Ses travaux interrogent également le rapport entre ressources naturelles et relations internationales et ceux des échanges euro-maghrébins.

  • La diplomatie parallèle dans la politique de l’État qatari

Antoine El Khoury, docteur en Histoire, diplômé de l’Université de Rennes 2, spécialiste des questions sur le Moyen-Orient et le monde arabo-musulman. Ses travaux portent principalement sur les guerres et crises dans le monde arabo-musulman, l’histoire du Liban et les relations entre le Moyen-Orient et le monde occidental.

  • ONG et diplomatie religieuse dans le monde arabe (Algérie et Egypte)

Fatiha Kaouès, sociologue et politiste, chercheuse associée au Groupe Sociétés Religions Laïcité (GSRL, EPHE). Elle travaille sur les développements évangéliques et fondamentalistes dans le monde arabe et sur les enjeux politiques des mobilisations religieuses contemporaines. Le livre issu de sa thèse et de ses recherches postdoctorales est paru aux éditions CNRS en mai 2018 sous le titre Convertir le monde arabe, l’offensive évangélique.

  • « Nous sommes au milieu de cette beauté qui sauvera le monde » : la diplomatie culturelle dans le golfe Persique

Océane Sailly, doctorante en Sociologie à la Sorbonne Nouvelle – Paris III (CIM – Communication, Information et Médias). Après avoir été chargée de mission pour le « Programme culturel franco-émirien – Dialogue avec le Louvre Abou Dhabi » (MCC), elle réalise une thèse sur la diplomatie culturelle américaine, britannique et française dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe. Pour l’année 2018-2019, elle bénéficie de l’aide à la mobilité de neuf mois du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales (CEFAS, CNRS/MAE), au Koweït.

Modération : Jean-Vincent Holeindre, professeur de Science politique à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, rattaché au Centre Thucydide. Docteur de l’EHESS et agrégé de science politique, il est également directeur scientifique de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, ministère des Armées), membre du Conseil national des universités dans la section de science politique et conseiller éditorial pour la science politique des éditions Armand Colin.

11h30 – 13h

Relations Sud-Sud

  • From ‘Brain Drain’ to ‘Capital Gain’. Emerging Transnational Economic Identities: The UAE-India Diplomatic Strategy

Omar Bortolazzi, docteur en Histoire de l’Université de Bologne (Italie) et en Sciences politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est actuellement Assistant professor à l’American University in Dubai (AUD). Ses travaux portent principalement sur le développement politique dans la région MENA, les relations internationales, la théorie politique, la société civile et les mouvements politiques dans le Monde arabe et islamique.

  • La médiation algérienne au Sahara-Sahel (2006-2018) : reflets et difficultés de la puissance ?

Pauline Poupart, doctorante en Relations internationales à Sciences Po Paris (Centre de Recherches Internationales, CERI–CNRS). Sa thèse porte sur les médiations algériennes et libyennes dans les conflits au Sahara-Sahel comme voies d’accès à la puissance régionale (2006-2016).

  • Quelle diplomatie publique turque au Moyen-Orient ?

Rukiye Tinas, docteure en Science politique de Sciences Po Lyon. Maitre de conférence, elle est actuellement Présidente du département de Science politique et de l’administration publique à la Faculté des sciences économiques et administratives de l’Université Eskisehir Osmangazi (Turquie).

Modération : Afaf Chebli,

responsable de projets au sein de la direction Méditerranée Asie de CFI, opérateur de développement médias du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Elle est titulaire d’un Master en sciences politiques de l’Europe et de la Méditerranée de l’Université de Cergy Pontoise et d’un Master en intelligence économique et stratégique de l’université de Lyon III, et s’est spécialisée depuis plus de 10 ans sur les questions de diplomatie d’influence et d’aide au développement dans le monde arabe.

14h30 – 16h

Stratégies de contournement face ou en contexte autoritaire

  • L’universitaire, compagnon de route, porte-parole et/ou diplomate de l’ombre auprès des opposants à l’autoritarisme : retour sur l’expérience tunisienne

Vincent Geisser, chargé de recherche au CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM) et codirecteur du Master « Dynamiques politiques et mutations des sociétés » de Sciences Po Aix. Il est aussi Président du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales (CIEMI) et directeur de publication de la revue Migrations Société. Son dernier ouvrage, Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? (codirigé avec Amin Allal), vient de paraître  chez CNRS éditions.

  • Les hommes d’affaires syriens : vecteurs d’une diplomatie économique en temps de guerre ?

Pauline Khoury, doctorante en Géopolitique à l’Institut Français de Géopolitique. Sa thèse porte sur les mutations et les enjeux des élites économiques en temps de guerre, et en particulier sur le cas des hommes d’affaires syriens déplacés au Liban (2011-2017).

  • Le parlement français et le conflit en Syrie

Stelios Stavridis, ARAID Senior Research Fellow en Relations internationales à l’Université de Saragosse (Espagne). Il est titulaire d’un doctorat de la London School of Economics et a notamment été enseignant à l’Université de Reading (Royaume-Uni) où il a également été titulaire d’une chaire Jean Monnet « The International Dimension of European Integration » et directeur du Centre for Euro-Mediterranean Studies.

Modération : Stéphane Lacroix, professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po. Il est titulaire d’un doctorat de science politique de Sciences Po, d’une maîtrise de langue et civilisation arabe de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et d’une maîtrise de mathématiques de Paris VI. Il a également été chercheur post-doctorant à l’université de Stanford en 2008-2009 et chercheur invité au Centre d’Etudes et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ) du Caire entre 2010 et 2013.

16h15 – 17h45

En temps de crise, diplomatie parallèle dans la négociation et la résolution de conflits

  • Le service de renseignement général égyptien et la réconciliation inter-palestinienne : une substitution au rôle de la diplomatie officielle égyptienne ?

Dima Alsajdeya, doctorante au Centre Thucydide (Analyse et recherche en relations internationales) à l’Université Paris-II Panthéon-Assas et ATER à la Chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France. Sa thèse porte sur l’implication et le rôle de l’Egypte dans les tentatives de règlement du conflit israélo-palestinien sous la présidence de Moubarak (1981-2011). L’objectif est de réévaluer le rôle de l’Égypte en tant que puissance médiatrice dans les processus de paix pendant cette période.

  • Les Palestiniens de Madrid à Oslo, vertus et limites de la négociation parallèle (1991-1993)

François Ceccaldi, doctorant en Études Politiques à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS-CETOBaC) et doctorant associé à la Chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et à l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo). Sa thèse porte sur ces mouvements d’opposition, à l’intérieur de l’OLP, et sur leur manifestation dans l’espace politique palestinien depuis la signature des accords d’Oslo (1993-2006).

  • La diplomatie secrète dans les négociations sur le nucléaire iranien : Le Sultanat d’Oman comme go-between entre Américains et Iraniens

David Rigoulet-Roze, docteur en Science politique de l’Université de Toulouse 1, rattaché à l’Institut Français d’Analyse Stratégique (IFAS) et chercheur associé à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE). Il est par ailleurs rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques.

Modération : Agnès Levallois, consultante, vice présidente de l’iReMMO. Diplômée de l’Institut des langues et civilisations orientales (Inalco -Langues’O) et de Sciences Po Paris sur le monde arabe contemporain, elle a été analyste Proche-Orient au Secrétariat général de la défense nationale puis responsable du bureau monde arabe et persan à la Délégation aux affaires stratégiques au ministère de la défense. Elle a également été journaliste à Nord Sud Export, groupe Le Monde, collaboratrice au Monde de l’économie avant d’être directrice de l’information et des programmes de RMC MO –filiale arabophone de RFI – puis directrice adjointe de la rédaction de France 24 en charge des contenus en langue arabe.

18h

Clôture du colloque


Vous aimerez aussi...