Journée d’études : “Un attentat : ça change quoi? Création artistique et scènes culturelles” — Mucem (Marseille), 9h-17h30, 22/11/2018

Journée d’études

Un attentat : ça change quoi ? 
Création artistique et scènes culturelles

Photo © Haidar Yasa : Institut français d’Afghanistan (IFA), la scène quelques secondes après l’attentat suicide du 11 décembre 2014. Représentation du spectacle Heartbeat, the silence after the explosion par la compagnie Azdar Theater.

Jeudi 22 novembre 2018

9h-17h30, Mucem, I2MP, Fort Saint-Jean, Marseille

Entrée libre sur inscription à : i2mp@mucem.org

Partenaires : l’équipe d’accueil HiCSA (Histoire culturelle et sociale des arts), l’Institut français d’Afghanistan (IFA), le Mucem et l’UMR Mondes iranien et indien, UMR 7528 (CNRS), Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM).

Cette journée d’études est conçue comme une préfiguration de l’exposition «Kharmohra. Afghanistan : être artiste au-delà de l’insécurité» (titre provisoire) qui s’ouvrira au Mucem ennovembre 2019. Malgré les guerres, les attentats, la peur diffuse et les menaces permanentes, des artistes afghans continuent de créer, d’exposer, de jouer, de tourner, en adaptant les formats, les modalités de diffusion, les rapports aux publics et à l’espace urbain, quand d’autres sont contraints à l’exil. Ces tensions, qu’elles soient actuelles ou qu’elles s’inscrivent dans des mémoires hantées par des violences politiques, ethniques ou religieuses, modèlent et se diffusent implicitement ou explicitement dans des œuvres. L’espace urbain, profondément marqué par une architecture de la sécurité, porte les stigmates de ces menaces. Celles-ci placent aussi les spectateurs dans un contexte rare dans l’histoire, c’est-à-dire en en faisant eux-mêmes une cible d’attentats, ce qui questionne aussi la valeur qu’ils attribuent à la fréquentation des lieux de spectacle, d’exposition ou de projection.

Si l’Afghanistan semble représenter un cas extrême par la durée du contexte guerrier et par le maintien de formes de violence qui visent notamment les créateurs et les publics, ce cas est loin d’être isolé.

Cette journée interrogera des contextes où la violence s’inscrit à la fois comme une permanence et comme un jaillissement soudain de barbarie qui a des effets sur des formes artistiques et des pratiques culturelles, et où la peur est à la fois moteur et frein à la création. Elle prendra le risque d’élargir ces questionnements à des contextes historiques et géographique variés, de l’Algérie des années noires à Sarajevo durant le siège à la Palestine, l’Irak, jusqu’à la Syrie aujourd’hui. Cette journée réunira des artistes, des acteurs et animateurs des scènes artistiques et culturelles qui ont été soumis à ce fort climat d’insécurité et à ces formes de violence ainsi que des chercheurs et des critiques d’art.

Il ne s’agit pas de définir des lois ni d’énoncer des généralités dans un temps imparti très bref, mais de faire dialoguer des réponses individuelles et collectives face à des contextes spécifiques.

En savoir plus sur le site du Mucem : http://www.mucem.org/programme/un-attentat-ca-change-quoi


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search