Lalami Feriel, Les Algériennes contre le code de la famille, La lutte pour l’égalité, Paris, Les presses de Sciences Po, 2012, 356 p.

Derrière ce titre qui peut paraître polémique, il y a la thèse d’une chercheure exigeante, prudente et patiente, qui concilie élégamment le travail de recherche scientifique et l’engagement politique. En effet, Feriel Lalami est une femme impliquée depuis plus de trente ans dans le mouvement des femmes algériennes qu’elle connaît intimement. Elle a assisté et participé aux sit-in, aux pétitions, aux rassemblements et aux nombreuses marches organisées par le mouvement. Elle connaît, une à une, les actrices de ce mouvement, elle connaît leur histoire personnelle, leur trajectoire scolaire et professionnelle, leur condition conjugale, leur vie familiale, leur domicile, leur cuisine où se tenaient de longues discussions dans des moments de gaîté mais aussi d’inquiétude, de tension et d’urgence. Elle connaît les anecdotes, les ragots, les slogans des banderoles, les tracts, les textes, les vibrations collectives mais aussi les conflits internes au mouvement : ses scissions et ses réunion…



Citer ce billet
Kamel Chachoua (2013, 4 octobre). Lalami Feriel, Les Algériennes contre le code de la famille, La lutte pour l’égalité, Paris, Les presses de Sciences Po, 2012, 356 p. IISMM. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://iismm.hypotheses.org/3476

Kamel Chachoua

En savoir plus sur Kamel Chachoua sur le site de l'Iremam

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search