Séminaire « Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle » — IISMM, 1er et 3e vendredis du mois de 15h à 17h, du 16/11/2018 au 21/06/2019

  • Annabelle Boissier, docteure de l’EHESS, chercheure associée au LAMES (UMR 7305)
  • Fanny Gillet, doctorante à l’Université de Genève
  • Alain Messaoudi, maître de conférences à l’Université de Nantes
  • Silvia Naef, professeure ordinaire à l’Université de Genève
  • Claudia Polledri, post-doctorante à CRIalt-Université de Montréal
  • Perin Emel Yavuz, ingénieure de recherche au CNRS (ICM)

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 16 novembre 2018 au 21 juin 2019

Séances supplémentaires les 25 janvier et 24 mai 2019 (de 15 h à 17 h, salle des étudiants de l’IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Informations pédagogiques > voir sur le site de l’EHESS

Suivre le site de l’ARVIMM

Présentation

C’est à travers nos expériences de recherche et en analysant les résultats de nos travaux que nous poursuivrons cette année notre enquête sur l’élaboration et l’écriture des histoires de l’art dans et sur le Maghreb et le Moyen-Orient, en conservant les axes problématiques que nous avons déjà dégagés. Dans quelle mesure nos recherches entrent-elles en écho ou en discordance avec les histoires de l’art produites à l’échelle nationale dont nous avons travaillé à identifier les acteurs et les usages, à travers les mouvements d’indépendance, le panarabisme ou le processus de mondialisation ? Comment s’inscrivent-elle dans le contexte actuel de réévaluation des modernités extra-occidentales auquel prennent part de nombreuses institutions muséales en faisant usage de l’histoire globale et des études postcoloniales, non sans écueils (formes d’assignations, détermination occidentale des conventions esthétiques sous couvert d’universalisme…). Se construisent-elle en dialogue avec des artistes vivants? Participent-elles à des processus de patrimonialisation, quand se pose la question de la conservation des œuvres et des archives, et celle de leur accessibilité dans un moment historique traversé par les conflits, et où les productions artistiques sont au cœur du débat public sans constituer pour autant une priorité politique ? C’est à travers cet ensemble de questions que nous travaillerons à dégager les éléments d’un panorama historiographique.

Programme

Pour toute mise à jour du programme veuillez consulter le site de l’Arvimm

16 novembre 2018

Introduction générale.

Perin Emel Yavuz, CNRS/Institut des Migrations

Les anthologies de Halil Altındere et Süreyyya Evren, une histoire critique de la Turquie contemporaine

Artiste phare de la scène artistique d’Istanbul des années 1990, Halil Altındere y joue un rôle fédérateur qui s’exprime par de nombreux projets éditoriaux collectifs qu’il conçoit comme des espaces de débat et de réflexion artistique. La revue, les monographies et les anthologies, qu’il édite avec sa maison d’édition Art-ist, participent également de l’ambition revendiquée d’écrire une histoire de l’art contemporain en Turquie. A y regarder de plus près, les choix artistiques opérés semble témoigner d’une autre ambition, non avouée celle-ci, qui interpelle le spectateur non seulement accoutumé au pays mais aussi animé par un regard politique. Cette ambition, qui constitue mon hypothèse, est celle de la production d’une histoire critique de la Turquie contemporaine. Pour mettre en lumière cette double lecture historique — de l’art et du temps présent —, j’étudierai les anthologies de l’art contemporain turc qu’Altındere élabore avec l’auteur et théoricien Süreyyya Evren.

7 décembre 2018

Entretien avec l’artiste Djamel Kokene-Dorléans, animé par Perin Emel Yavuz, CNRS/Institut des Migrations

Artiste d’influence conceptuelle, Djamel Kokene-Dorléans développe une œuvre protéiforme depuis le tournant des années 2000, qui évolue à travers l’installation, la sculpture, la vidéo, le dessin, la peinture et la performance, jusqu’à un dépassement des limites de ces catégories artistiques. Il intègre ainsi à sa pratique le dispositif du forum sous différentes variantes (l’exposition avec Laplateforme, 2002-06, l’enseignement avec L’École mobile, 2006-, et l’édition avec la revue Checkpoint, 2006-) comme autant d’espaces de dialogue interdisciplinaire, d’expériences collectives et de co-création. Les préoccupations de Djamel Kokene-Dorléans sont nombreuses : les notions de collectif, de culture et de mondialisation s’articulent à une réflexion profonde sur le rôle de l’art, du langage et des représentations.

21 décembre 2018

Alain Messaoudi, MCF Université de Nantes

Le traitement des expositions de beaux-arts dans la presse en Tunisie sous le Protectorat français

18 janvier 2019

Claudia Polledri, Chercheuse postdoctorale, Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, Université de Montréal

La figure du « témoignage » dans l’art contemporain libanais : pratiques, objets et mise en récit.

Comment l’art contemporain libanais a intégré la dimension testimoniale en la déclinant sur le plan visuel? Quels sont les points de contact et les écarts avec les pratiques de l’histoire orale ? Peut-on parler “d’objet-témoin” et dans ce cas, dans quels termes? À partir des oeuvres des artistes libanais Hadjithomas et Joreige et Lamia Joreige il s’agira de proposer une réflexion sur l’utilisation du témoignage dans le cadre des pratiques et d’en évaluer la portée si bien sur le plan artistique qu’historien.

25 janvier 2019

Attention : la séance a lieu dans la salle des étudiants de l’IISMM.

Silvia Naef, Professeure ordinaire, Université de Genève, département d’arabe

‘Dire’ la guerre à travers les arts visuels dans le monde arabe

Le monde arabe a été fortement marqué, dans les dernières décennies, par l’expérience de la guerre. Chez les artistes contemporains, cet état des choses est bien présent, ainsi qu’il l’est dans le cinéma ou la littérature. Moins connue est la manière dont les artistes modernes, dont l’approche a souvent été critiquée comme relevant du « décoratif », ont donné une forme visuelle aux conflits et dans quel cadre ces œuvres ont été montrées – ou non – dans des pays à régime autoritaire.

1er février 2019

Fanny Gillet, doctorante, Université de Genève, Unité d’arabe

Enjeux esthétiques et politiques de la mobilisation artistique durant la « guerre civile » algérienne (1992-1999)

Alors qu’aujourd’hui un certain nombre d’artistes contemporains algériens s’intéressent au sujet de la guerre civile à travers la mémoire qu’ils ont de l’événement, le discours sur la production des artistes actifs durant cette période est traversé par l’idée de « crise de la représentation ». Il s’agira alors de comprendre comment la crise politique affecte le monde de l’art dans ses modes d’action et participe à redéfinir le rôle social de l’artiste. A partir de l’exemple de la création de la Fondation Ahmed et Rabah Asselah, je m’attacherai donc à montrer dans quelle mesure le contexte contribue à rendre plus évidente l’articulation des outils de la profession avec le registre du politique.

15 février 2019

Perin Emel Yavuz, CNRS/Institut des Migrations

Les pionnières de l’art contemporain en Turquie

Abstract à venir

1er mars 2019

Présentation de travaux d’étudiants

15 mars 2019

Zouina Ait-Slimani, Doctorante, ENS-Ulm

Titre à définir

Abstract à venir

5 avril 2019

Claudia Polledri, Chercheuse postdoctorale, Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, Université de Montréal

Camera orientalis pour une histoire de la photographie dans le monde arabe. La contribution d’Akram Zaatari et de la « Fondation arabe pour l’image ».

Membre fondateur de la Fondation arabe pour l’image (1997), l’artiste libanais Akram Zaatari ne cesse, par le biais de son travail artistique, d’exploiter les archives photographiques de la Fondation dont il se propose retracer l’histoire. À partir de l’étude de sa dernière exposition, Against photography. An annotated history of Arab Image Foundation (2017), il s’agira d’entamer une réflexion sur la contribution que l’oeuvre de Zaatari apporte aussi à l’écriture d’une histoire de la photographie dans le monde arabe et d’interroger les modalités de sa construction.

19 avril 2019

Silvia Naef, Professeure ordinaire, Université de Genève, département d’arabe

Entre écriture et abstraction – les débuts parisiens de la hurûfiyya

C’est à partir du manifeste du groupe « Une seule dimension » (1971), qui conférait des assises théoriques à la hurufiyya, que cette tendance a connu un véritable succès dans l’ensemble du monde arabe, jusqu’à devenir le seul mouvement artistique panarabe. Cependant, les premières expérimentations autour des lettres arabes ont lieu  – à Washington – et surtout à Paris dès les années 1950, dans un contexte déjà fortement marqué par la contestation de la modernité telle qu’elle s’était construite à partir du début du 20ème siècle, ainsi que par la remise en question, chez Georges Mathieu notamment, des fondamentaux de l’art occidental issu de la Renaissance. Ici, on se posera la question des éventuelles interactions de ce contexte parisien avec les prémisses de la hurufiyya.

3 mai 2019

Alain Messaoudi, MCF Université de Nantes

Paris comme lieu de formation et pôle de référence pour les artistes plasticiens de Tunisie (1880-1960)

A partir du cas de Abdelaziz Gorgi (1928-2008), à qui une exposition rétrospective sera consacrée en décembre à Tunis, je voudrais entamer une réflexion sur le sens qu’a pu avoir le séjour à Paris pour les artistes tunisiens aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Du fait de l’instauration de bourses et de prix soutenus par les autorités du protectorat français en Tunisie, le séjour à Paris s’est imposé à partir des années 1930 comme une expérience ordinaire pour les jeunes artistes destinés à devenir les principales figures du monde de l’art en Tunisie. Que sait-on de ces expériences parisiennes ? Ont-elles eu un impact sur leurs engagements futurs, socio-politiques et artistiques ?

17 mai 2019

Kirsten Scheid, associate professor of anthropology in the Department of Sociology, Anthropology, and Media Studies at American University of Beirut

Looking Over Our Shoulders: On the Practical Uses of Art to Condemn Anticipated Audiences ou What If We Start with the Art? An approach to political studies through artworks

24 mai 2019

Attention : la séance a lieu dans la salle des étudiants de l’IISMM.

Kirsten Scheid, associate professor of anthropology in the Department of Sociology, Anthropology, and Media Studies at American University of Beirut

Self-Civilizing Missions – Deciphering the Sudden Obligation to Learn Art in 1930s Lebanon

7 juin 2019

Fanny Gillet, doctorante, Université de Genève, Département d’arabe

Du discours à la représentation : analyse du paradigme social de l’art dans l’Algérie indépendante (1960-1970)

21 juin 2019

Séance des étudiants (à confirmer)


Vous aimerez aussi...