Séminaire « Frontières et enfermements dans les mondes arabes et musulmans : incorporations, affects et vécus » — IISMM, 3e jeudi du mois de 14h à 17h, du 15/11/2018 au 20/06/ 2019

  • Stéphanie Latte Abdallah, chargée de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po)
  • Amin Moghadam, Associate Research Scholar, Princeton, Sharmin and Bijan Mossavar-Rahmani Center for Iran and Persian Gulf Studies
  • Hélène Thiollet, chargée de recherche au CNRS (CERI-Sciences Po)

3e jeudi du mois de 14 h à 17 h (IISMM, salle des étudiants, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2018 au 20 juin 2019

Informations pédagogiques > voir sur le site de l’EHESS

Présentation

Ce séminaire entend questionner conjointement les frontières et les enfermements contemporains dans les mondes arabes et musulmans. Qu’il s’agisse de la détention ou de la prison, des espaces de rétention dits frontaliers ou type camps, ou encore du confinement hospitalier, et des différents lieux de ségrégation spatiale, dans les villes par exemple, le séminaire explorera, à travers des recherches toujours empiriquement ancrées, des objets variés dans un espace géographique large du Maghreb à l’Inde du Nord incluant la diversité des sociétés arabes et des communautés musulmanes dans le monde. Cette acception large de l’espace de compétence des – mondes arabes et musulmans – permet d’aborder une région par ses marges internes et externes (boundaries et borders). On peut ainsi penser l’objet central de ce séminaire comme l’ensemble des modalités de fragmentation fine et de circulations discrètes qui font vivre à l’échelle individuelle et collective les frontières territoriales, sociales et carcérales.

Il s’agira ainsi d’une part de mettre en lien le champ du carcéral et du pénal, largement sous-étudié dans cette région, avec celui des frontières, des migrations, de la citoyenneté et de l’ethnicité lui plus intensément documenté. On le sait, loin de démarquer, les espaces frontières comme les séparations entre dedans-dehors dans les contexte d’enfermement carcéral produisent des interactions ambigües : zones de contact et de friction, d’échanges et de séparation, de définition et d’hybridation des identités et ce, malgré le postulat d’hétérogénéité radicale des différentes populations qui les pratiquent, les détenus et les surveillants, les malades et les soignants, les étrangers et les citoyens, les réfugiés et les travailleurs sociaux ou les « humanitaires », les membres de différentes communautés, de différents quartiers au sein d’espaces urbains et ruraux.

D’autre part, plutôt que les États et les identités politiques, c’est sur les pratiques quotidiennes, la matérialité des contextes et des interactions sociales que se concentrera le séminaire. Il s’attachera essentiellement à décrire et analyser les vécus, les ressentis et les perceptions des frontières et des enfermements qui les inscrivent tout à la fois dans des rapports complexes de pouvoir, de domination, d’émancipation et de lien social ou affectif : à la manière dont ils sont incarnés, et ainsi aux corps, aux objets et aux affects. Pour ce faire, l’approche du séminaire est interdisciplinaire et travaille à l’intersection entre histoire contemporaine, sciences sociales et travaux artistiques et cinématographiques. 

Il sera enfin question de réfléchir aux vécus, à la circulation de pratiques et de normes d’abord à une échelle régionale, tout en s’appuyant sur les travaux les plus récents sur ces questions à l’échelle globale.


Vous aimerez aussi...