Séminaire « Orient-littératures » — IISMM, 2e et 4e jeudis du mois de 16h à 18h, du 23/11/2018 au 13/06/2019

  • Frédéric Lagrange, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
  • Rania Samara, chercheure associée à l’IISMM

2e et 4e jeudis du mois de 16 h à 18 h (IISMM, salle des étudiants, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 23 novembre 2018 au 13 juin 2019

La séance du 22 novembre est reportée au vendredi 23 novembre, de 15 h à 17 h (même salle).
La séance du 14 février aura lieu de 15 h à 17 h en amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris

La séance du 11 avril est reportée au 15 avril (de 16 h à 18 h, salle 13, 105 bd Raspail)

Informations pédagogiques > voir sur le site de l’EHESS

Présentation

Le séminaire Orient-Littératures est consacré aux littératures modernes et contemporaines du monde arabe, d’expression arabe, mais aussi française, anglaise, ou autre.

Le séminaire est ouvert aussi bien à un public d’arabisants que d’amateurs de littérature désireux d’être informés des directions prises par les auteurs issus du monde arabe. Au premier semestre, il s’ouvre au plus large public et vise à présenter la production contemporaine de prose, de poésie et de théâtre, à travers les nouvelles traductions et parutions en français de textes originaires du Maghreb comme du Proche-Orient. Au second semestre, il prend une coloration plus universitaire et se focalise sur la littérature d’expression arabe, tout en continuant à accueillir et encourager la présence d’étudiants et amateurs de littérature non arabisants.
Le séminaire accueille comme intervenants doctorants et chercheurs postdoctorants, traducteurs professionnels, auteurs de passage à Paris ou résident en France, venant présenter leur recherche et/ou leur production littéraire. Une traduction en français est proposée pour les conférences données en arabe.

Les étudiants souhaitant prendre ce séminaire et le valider dans le cadre d’un cursus sont invités à prendre contact avec ses responsables pour fixer un mode de validation.

En 2018-2019, le séminaire continuera d’approfondir et de mettre en évidence le rôle d’avant-garde de la littérature arabe et ses interactions avec les contextes géopolitiques prédominant actuellement. Les années précédentes ont permis d’initier le public aux œuvres d’un riche panel d’auteurs engagés qui tous stimulent la réflexion critique tout en secouant les tabous et les carcans oppressifs, au niveau sociétal comme politique.

Alors que l’incertitude voire le désenchantement, demeure en ce qui concerne les droits et les libertés dans les sociétés arabes, le séminaire invite à réfléchir sur la participation spécifique de la littérature à cet effort de libération et ses aspirations émancipatoires ou subversives. Il s’intéressera notamment aux romans de la dystopie, thème récurrent des dernières années.

Le séminaire se penche sur l’apport précieux de jeunes écrivains et écrivaines pour dénoncer dictatures, système patriarcal, interdits sexuels et religieux. La poésie et le théâtre seront eux aussi sollicités puisqu’ils concourent par leurs moyens propres à questionner leur environnement. Seront par ailleurs analysées différentes stratégies mises en œuvre pour diffuser critiques et revendications par-delà contraintes et censure. Les nouvelles technologies introduites dans ces sociétés autorisent expérimentations et innovations dans la construction et l’écriture des œuvres, mais aussi dans leur diffusion et leur consommation, ouvrant un large champ de défi et de liberté encore à explorer.

Programme

23 novembre 2018 (de 15h à 17h, Salle des étudiants) : Annulation

13 décembre 2018Léda Mansour (docteure en sciences du langage, enseignante à l’ENS), “Les signes de la liberté dans l’œuvre de Naguib Mahfouz”

10 janvier 2019 : Ali al-Muqri, romancier yéménite, son œuvre et son parcours

24 janvier 2019 : Mohammad Bakhouch (professeur à l’Université d’Aix-Marseille), “La Poésie arabe classique”

14 février 2019 (de 15h à 17h dans l’amphithéâtre du 105 bd Raspail) : Rencontre avec l’écrivain égyptien Mohammad Rabie

28 février 2019 : Georgia Makhlouf (écrivaine, journaliste littéraire) “Écrire, faire écrire, traduire”

14 mars 2019 : Gilles Gauthier (ambassadeur de France, traducteur), “Alaa al-Aswani et sa production romanesque, de L’Immeuble Yacoubian à la fable révolutionnaire”

28 mars 2019 : Miloud Gharrafi (Maître de conférences en études arabes aux Écoles de St-Cyr Coëtquidan. Poète et romancier), “La migration dans le roman arabe contemporain”

11 avril 2019 : La séance du 11 avril est reportée au 15 avril (de 16 h à 18 h, salle 13, 105 bd Raspail)

15 avril 2019 (de 16 h à 18 h, salle 13, 105 bd Raspail) : rencontre avec l’écrivain égyptien Mohammad Abdelnabi

Né en 1977, Mohammad Abdelnabi a fait des études de langue anglaise à l’université d’Al-Azhar, au Caire. Il est traducteur-interprète et anime un atelier d’écriture. Son deuxième roman, La Chambre de l’araignée, a été retenu en 2016 sur la short list de l’International Prize for Arabic Fiction. Mohammad Abdelnabi compte incontestablement parmi les égyptiens les plus brillants de sa génération.

Peu de romanciers arabes ont abordé le thème de l’homosexualité (Hoda Barakat, Alaa el Aswani, Rachid El-Daïf…) mais c’est sans doute le premier roman à l’explorer sous l’angle de la persécution, en s’inspirant d’un procès qui a scandalisé la société égyptienne en 2001: celui de cinquante-deux hommes, raflés par la police dans une boîte de nuit, le Queen Boat, puis condamnés à de lourdes peines de prison pour “perversion sexuelle”. À travers le témoignage de Hani, Mohammad Abdelnabi dresse le portrait d’une communauté gay qui oscille entre affirmation et dénégation.

9 mai 2019 : Frédéric Lagrange (professeur à l’Université Paris-Sorbonne), “Lectures de Rifa’a al-Tahtawi”

23 mai 2019 : Katia Ghosn (maître de conférence à l’Université de Paris VIII), “Le roman policier dans le monde arabe”

13 juin 2019 : Rima Sleiman (agrégée d’arabe, maître de conférence à l’Inalco), « La politique de la fiction chez le romancier égyptien Muhammad al-Bisati »


Vous aimerez aussi...