Séminaire « Islam savant et islam populaire : contradictions et interactions. Une approche transdisciplinaire » — IISMM, certains jeudis de 9h à 11h ou 12h, du 08/11/2018 au 06/06/2019

  • Sepideh Parsapajouh, chargée de recherche au CNRS (CéSor)
  • Mathieu Terrier, chargé de recherche au CNRS (LEM)

Jeudi (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), 
du 8 novembre 2018 au 6 juin 2019.
Cf calendrier des séances et horaires ci-dessous

  • Jeudi 8 novembre 2018, de 9 h à 11 h
  • Jeudi 6 décembre 2018, de 9 h à 12 h
  • Jeudi 10 janvier 2019, de 9 h à 11 h
  • Jeudi 7 février 2019, de 9 h à 12 h
  • Jeudi 14 mars 2019, de 9 h à 11 h
  • Jeudi 4 avril 2019, de 9 h à 12 h
  • Jeudi 9 mai 2019, de 9 h à 11 h
  • Jeudi 6 juin 2019, de 9 h à 12 h

Informations pédagogiques > voir sur le site de l’EHESS

Présentation

La distinction entre religion savante et religion populaire est au moins depuis Hume un paradigme des discours sur le religieux. Elle a structuré l’architecture du savoir : à la philosophie et à la science des religions, la connaissance des doctrines et des livres ; à l’histoire sociale et à l’ethnologie, la description des pratiques et des coutumes.

En islam, la distinction entre la foi de l’élite (al-khâṣṣa) et la religiosité du commun (al-‘âmmaal-jumhûr) a tôt été théorisée par des juristes-théologiens revendiquant l’autorité religieuse, qu’ils fussent sunnites comme Ibn Rushd (m. 595/1198) ou shî‘ites comme al-‘Allâma al-Ḥillî (m. 726/1325). Les savants (‘ulamâ’) se sont arrogé l’interprétation de la Loi (ijtihâd) et du Livre (ta’wîl), la définition de l’orthodoxie et de l’orthopraxie, vouant la masse au « suivisme » (taqlîd) et au littéralisme.

L’islamologie est encore tributaire de ce paradigme. Les études sur les doctrines de l’islam et celles sur les pratiques des musulmans sont séparées par des cloisons disciplinaires. L’on se représente tantôt une étrangeté mutuelle totale des deux sphères, tantôt une influence unilatérale des ‘ulamâ’ sur la masse. La réception par les croyants des doctrines théologiques et philosophiques comme des prescriptions juridiques, l’indépendance de la religion populaire et son action en retour sur les productions des savants, sont rarement envisagées.

Notre séminaire aura pour vocation à interroger les contradictions possibles et les interactions réelles entre les deux sphères de l’islam savant et de l’islam populaire. Nous proposons de mener une réflexion transdisciplinaire croisant l’étude doctrinale des textes et des idées, l’approche anthropologique des rites et de la culture matérielle, et l’histoire des sociétés, afin d’éclairer les unes par les autres les productions théoriques et les pratiques religieuses en islam. Si le shî‘isme est un domaine privilégié pour ce questionnement, tant la distinction de l’élite et du commun y est institutionnalisée, il nous paraît utile et pertinent de questionner le sens et les limites de celle-ci dans tous les courants de l’islam, en étendant autant que possible le champ chronologique et géographique de nos interventions.

Après une ou deux séances d’introduction au problème et aux travaux classiques, nous inviterons des spécialistes de différentes disciplines et de différentes spécialités pour présenter aux étudiants et échanger entre eux les fruits de leurs recherches. Chaque séance de 2 heures pourrait confronter, sur un thème ou un courant précis, les deux approches doctrinale et anthropologique. Parmi les premiers thèmes qui pourraient être proposés : le rapport aux défunts et aux tombes, la prière, les pratiques ascétiques, les représentations des prophètes, des imâms et des saints (awliyâ’), la perception de la matière et la valeur du sentiment religieux.


Vous aimerez aussi...