Séminaire « Charia, fiqh, droit musulman : introduction aux formes de la normativité islamique » — IISMM, 2e et 4e jeudis du mois de 11h à 13h, du 08/11/2018 au 23/05/2019

  • Nathalie Bernard-Maugiron, directrice de recherche à l’IRD
  • Jean-Philippe Bras, professeur à l’Université de Rouen
  • Baudouin Dupret, directeur de recherche au CNRS (IMM-CEMS)
  • Christian Müller, directeur de recherche au CNRS (IRHT)
  • Marième N’diaye, chargée de recherche au CNRS (ISP)
  • Ismaïl Warscheid, chargé de recherche au CNRS (IRHT)

2e et 4e jeudis du mois de 11 h à 13 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2018 au 23 mai 2019

Informations pédagogiques > voir sur le site de l’EHESS

Le séminaire se décline en deux parties distinctes, l’une consacrée aux sociétés musulmanes prémodernes (organisateurs : Christian Müller et Ismail Warscheid), l’autre portant sur les sociétés musulmanes modernes (organisateurs Nathalie Bernard-Maugiron, Jean-Philippe Bras, Marième N’Diaye et Baudouin Dupret).

Présentation

Longtemps considéré comme une théorie déontologique non contraignante en décalage avec la pratique judiciaire, le fiqh est de plus en plus approché à partir des pratiques de mise en application des normes de la charia. Celles-ci prennent des formes très différentes selon qu’on se situe en amont ou en aval de la rencontre avec le positivisme juridique européen. Le séminaire se décline en conséquence en deux parties distinctes, l’une consacrée aux sociétés musulmanes prémodernes, l’autre portant sur les sociétés musulmanes modernes.
La première partie, dont les séances ont lieu le 4e jeudi du mois, vise à former les participants à l’analyse des différents types d’écrits juridiques, notamment consultations et les actes notariés, et de créer, d’autre part, un espace d’échange et de débat consacré à l’actualité de la recherche sur le droit musulman « classique », en France et à l’international. L’ambition est de contribuer à une connaissance plus fine de la pensée juridique en Islam et à une meilleure visibilité des traditions textuelles musulmanes.
La deuxième partie, dont les séances ont lieu le 2e jeudi du mois, propose de conduire une réflexion sur les relations entre les configurations de la normativité islamique et les cadres de référence dans lesquels elle se déploie : situations impériales et coloniales, États-nations, globalisations, islam-monde et islam des minorités, Islam en contexte européen. L’ambition est d’analyser, à travers le traitement de thèmes portant notamment sur la justice, le droit de la famille, le droit économique et le droit constitutionnel, la manière dont se jouent les relations entre droit, État et société dans le monde musulman.


Vous aimerez aussi...