Lauréats du Prix de l’IISMM

A gauche, dans le sens de lecture : Christophe Guilhou, Christophe Belliard, Bernard Heyberger, Rémy Madinier ; au pupitre : Pierre-Cyrille Hautcoeur. A droite : Bernard Heyberger et Nathalie Bernard-Maugiron — Copyright EHESS

A gauche, dans le sens de lecture : Christophe Guilhou, Christophe Belliard, Bernard Heyberger, Rémy Madinier ; au pupitre : Pierre-Cyrille Hautcoeur. A droite : Bernard Heyberger et Nathalie Bernard-Maugiron — Copyright EHESS 

 

Le 20 septembre dernier, s’est déroulée la cérémonie de remise du Prix de l’IISMM en présence de Pierre-Cyrille Hautcœur, président de l’EHESS, de Bernard Heyberger, Nathalie Bernard-Maugiron et Rémy Madinier, respectivement directeur et directeurs adjoints de l’IISMM, de Jean-Christophe Belliard, directeur de la Direction de l’Afrique et de l’Océan indien au ministère des Affaires étrangères, ancien diplomate au Soudan, de Christophe Guilhou, directeur de la Direction de la paix, de la démocratie, et des droits de l’homme de l’Organisation internationale de la francophonie, et de Francis Messner, professeur à l’université de Strasbourg, chargé de mission auprès du ministre de l’intérieur et des cultes et de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Après expertise des vingt-neuf thèses présentées au concours, le comité scientifique de l’IISMM a décerné le premier prix à Iris Seri Hersch, pour sa thèse « Histoire scolaire, impérialisme(s) et décolonisa-tion(s) : le cas du Soudan anglo-égyptien (1945-1958) » ; le second prix à Yann Tastevin pour « Auto-rikshaw: émergence et recomposition d’une filière entre l’Inde, l’Égypte et le Congo ».

De gauche à droite : Bernard Heyberger, Christophe Belliard et Seri Hersch. — Copyright EHESS

De gauche à droite : Bernard Heyberger, Christophe Belliard et Iris Seri Hersch. — Copyright EHESS 

 

Les trois candidates suivantes ont reçu une mention spéciale : Anne-Sylvie Boisliveau, pour « ‘Le Coran par lui-même’. L’autoréférence dans le discours coranique »; Morgan Corriou, pour « Un nouveau loisir en situation coloniale: le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) » et Marie Vannetzel pour « La clandestinité ouverte. Réseaux et registres de la mobilisation des Frères musulmans en Égypte (2005-2010) ».

De gauche à droite : Yann Tastevin, Morgan Corriou, Marie Vannetzel. — Copyright EHESS Hersch. — Copyright EHESS

De gauche à droite : Yann Tastevin, Morgan Corriou, Marie Vannetzel. — Copyright EHESS Hersch. — Copyright EHESS 

 


Vous aimerez aussi...