Colloque international : «Le Moyen Orient et l’Afrique du Nord sur les écrans» — École de droit de Clermont-Ferrand, 25-26/10/2018

Le Moyen Orient et l’Afrique du Nord sur les écrans

Aspects de sciences juridiques et politiques

Colloque organisé par le Centre Michel de l’Hospital (CMH) de l’Université Clermont-Auvergne, en partenariat avec l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), la MSH de Clermont-Ferrand, l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM), le Cercle Des Chercheurs Sur Le Moyen-Orient (CCMO) et Clermont Métropole.

Sous la direction de Thomas Richard (docteur en science politique) et Raphaël Maurel (doctorant en droit public).

Dates : 25 et 26 octobre 2018
Lieu : Université de Clermont-Auvergne — amphithéâtre Trudaine de l’École de Droit, 41 bd François-Mitterrand 63002 Clermont-Ferrand.

Contenu scientifique

Depuis plusieurs années, le cinéma est l’objet d’analyses tant juridiques que politiques. Des colloques sont menés, interrogeant les rapports qu’entretiennent ces disciplines avec le septième art, ce que souligne également le développement des festivals ayant le monde arabe, le Moyen-Orient, ou les Suds pour thème. De son côté, la diffusion massive de vidéos, facilitée par le développement de nouvelles technologies, constitue également un objet de recherche en droit et en science politique, qui s’est beaucoup développé à la faveur de l’utilisation de ces nouveaux écrans lors des Printemps Arabes et de la guerre civile syrienne. Dans le même temps, les transformations des industries audiovisuelles, liées à la diffusion massive des séries télévisées, au renouveau de la présence turque sur ce terrain, ou à la présence de plus en plus importante des pays du Golfe, d’abord dans les festivals le financement, et de plus en plus dans la réalisation, entraîne une transformation de ces industries autour de nouveaux pôles, et l’apparition de nouvelles thématiques. Parallèlement, la puissance de la propagande djihadiste, utilisant massivement le recours aux procédés cinématographiques a fortement impressionné.

L’ensemble de ces phénomènes participe d’une modification des rapports à la culture visuelle, qui a des conséquences touchant l’ensemble des disciplines que ce colloque entend réunir. Suscitant l’attention de la recherche, ces enjeux sont étudiés, entre autres, dans le cadre du travail sur l’Histoire du cinéma à l’Université Paris-I, des séminaires de l’EHESS sur l’usage de l’image en situation de crise, ou, plus anciennement, au sein du projet « MENA : cinémas en présence » dirigé depuis Paris-13. Parmi ces approches les travaux de l’ULB, mêlant relations internationales et droit international, se signalent par leur dimension interdisciplinaire, tout comme le réseau HESCALE sur les filières cinématographiques en Afrique et au Moyen-Orient.

Le colloque proposé s’inscrit dans cette dynamique, et a pour ambition de mener une réflexion autour d’un véritable « kaléidoscope disciplinaire », facilitant les échanges entre anthropologues, historiens, juristes, politistes ou encore sociologues, tout en prenant en compte les différentes façons de produire et de consommer cette culture visuelle dans la région. L’éventail des champs scientifiques sollicités est donc particulièrement large, dans une double perspective de décloisonnement des disciplines universitaires et de meilleure compréhension des mêmes objets de recherche.

Ce colloque s’inscrit aussi dans une dynamique historique de l’objet filmé, et veut comparer les différentes situations prévalant au Moyen-Orient quant à ces enjeux.

Il est prévu dans le cadre d’un programme sur deux ans, avec l’organisation d’une seconde manifestation l’année suivante. Dans l’intervalle, les communications présentées lors de ce colloque doivent être publiées dans la Revue du Centre Michel de l’Hospital, avec à terme une publication papier recouvrant l’ensemble du programme de recherche.

Renseignements, inscriptions

Centre Michel de l’Hospital CMH EA 4232
École de Droit
41 Boulevard François Mitterrand
CS 20054
63002 Clermont-Ferrand Cedex 1
Tel : +33 4 73 17 75 79
Mail : cmh@uca.fr
Web : cmh.uca.fr

Programme

Jeudi 25 octobre

13h45 – Discours de bienvenue

14h00 – Propos introductifs – Raphaël Maurel & Thomas Richard, organisateurs

14H30 – PREMIER PANEL
LE RAPPORT JURIDIQUE ET POLITIQUE À L’ART DES ÉCRANS

Modération : Christine Bertrand, doyen de l’École de droit

* Une revanche des images. Après la disparition, les retours de la mémoire visuelle des Palestiniens – Stéphanie Latte-Abdallah, chargée de recherche au CNRS

* L’autorisation de diffuser une œuvre cinématographique en France – Christophe Testard, Professeur de droit public, UCA 

Débats & pause

16H – DEUXIÈME PANEL
LES RAPPORTS ENTRE POUVOIR ET ÉCRAN(S)

Modération : Raphaël Maurel, doctorant en droit public, UCA

* Le cinéma comme moyen et objet de lutte dans le contexte du conflit israélo-palestinien – François Dubuisson, Professeur de droit international, ULB

* Interactions entre médias traditionnels et médias alternatifs : usage et contexte des vidéos protestataires syriennes dans les médias mainstream – Giulia Galluccio, doctorante en sciences politiques, EHESS 

* Pour une contribution à l’écriture de l’histoire des premiers mois de la guerre Iran-Irak : La Recherche 2 de Amir Nâderi (1981) et La Vérité épisode 11 de Mortezâ Âvini (1981) – Agnès Devictor, Maître de conférences HDR en Histoire du cinéma, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Débats

18H – PROJECTION

-> Inner Mapping, de Emad Ahmad et Stéphanie Latte Abdallah, suivi d’un moment d’échanges avec le public en présence de Stéphanie Latte Abdallah

Inner Mapping expérimente les limites territoriales de l’occupation israélienne en Cisjordanie. Selon qui vous êtes, la voiture que vous conduisez, vos circulations sont distinctes, parallèles. Le pays devient le réseau de routes, de chemins que vous pouvez emprunter. Le guide de ce drôle de road movie, le GPS palestinien, est concret, technologique, graphique. Banal, global, il est acculé par un contexte d’exception. Rouler avec le GPS, c’est vivre une carte absurde. Chacun de nous, de ceux que nous rencontrons, portent leur propre frontière. Nous regardons le dedans avec la caméra du chef opérateur, mais aussi, en continu, le dehors avec trois caméras Go Pros installées sur la voiture. Avec ce dispositif, nous filmons la cassure entre le territoire d’une continuité perdue, celui d’une Palestine rêvée et politique, et la Palestine du quotidien : la Cisjordanie des déplacements possibles, du GPS, coupée en deux cartes, israélienne et palestinienne.

(Film documentaire, Palestine/France, 51’ © Emad Ahmad-Studio 5 Audio Visual Production / CNRS Images, 2017)

Bande annonce : https://vimeo.com/263871752

Vendredi 26 octobre

Accueil à partir de 9h30

10H – TROISIÈME PANEL 
LES IMAGES « VIOLENTES »

Modération : Mélanie Albaret, Maître de conférences en sciences politiques, UCA

* Filmer les traces, une archéologie de la violence – Chowra Makaremi, Chargée de recherche au CNRS

* Censure et absence de censure des vidéos violentes sur les réseaux sociaux – Emmanuel Netter, Maître de conférences HDR en droit privé, Université d’Avignon

* Les représentations des djihadistes : une perspective comparative Occident / Moyen-Orient – Thomas Richard, docteur en sciences politiques, UCA

Débats & repas libre

13H30 – QUATRIÈME PANEL
REPRÉSENTER LES SOCIÉTÉS SOUS TENSION

Modération : Thomas Richard, docteur en sciences politiques, UCA

-> 13h30 – Partie 1. Le point de vue des artistes, réalisateurs et praticiens : projection & débat

Projection de trois œuvres d’artistes du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord suivie d’un échange en présence de Gabriel Soucheyre, Directeur de l’association VIDEOFORMES et organisateur du Festival international d’arts numériques, Momoko Seto, réalisatrice pour le CNRS, et les intervenants au colloque.

Pause

-> 16h – Partie 2. Le point de vue des chercheurs : analyses sectorielles

* Transition constitutionnelle et cinéma : l’exemple de l’Irak – Ali Al-Yaqoobi, avocat, Professeur de droit public à l’Al Mansour Université College

* L’évolution de la représentation de Beyrouth dans le cinéma : de l’opulence au déclin – Michel Tabbal, docteur en droit public, Université Paris II

* Autour de la série Fauda – Amélie Ferey, doctorante en sciences politiques, IEP Paris

Débats & cocktail de clôture

Suivre l’événement sur Facebook https://www.facebook.com/events/196730541000458/


Vous aimerez aussi...