Colloque: « Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions du judaïsme, du christianisme et de l’Islam » — Lyon, 08-09/10/2018

Formes comparées de la coercition, de l’exclusion et de la réinclusion dans les traditions du judaïsme, du christianisme et de l’Islam, des origines à nos jours

Le colloque est organisé par l’UMR 5648 – CIHAM, en collaboration avec l’École Française de Rome, l’IISMM (CNRS/EHESS), l’IUF, le CERHIC EA2616 (Université de Reims) et le CRIHAM 4270 (Universités de Limoges et de Poitiers)

Dates : 8-9 octobre 2018 (et non les 4-5 octobre)

Lieu : Lyon, à l’Espace Marc Bloch (MSH Lyon-Saint-Étienne, 14 av. Berthelot, Lyon 7e)

Pour plus de renseignements, écrire à Julien Théry (j.theryastruc[at]gmail.com) et Cyrille Aillet (Cyrille.Aillet[at]univ-lyon2.fr)

Programme

à télécharger

Argumentaire

Le cycle de recherches collectives Fulmen a pour objet l’histoire des sanctions (ou censures) spirituelles dans la tradition chrétienne (excommunications, interdit, suspense), des origines à nos jours. En étudiant le fonctionnement et les usages de ces « censures », dont les attendus théologiques et les formes juridiques sont demeurées très stables depuis le Moyen Âge, c’est le régime des relations entre le religieux et le politique dans le temps long de l’histoire occidentale que l’on souhaite éclairer.

Le présent colloque, premier du cycle, vise à poser d’emblée un horizon comparatif par une confrontation avec les caractères de la contrainte religieuse dans les traditions hébraïques et musulmanes, de façon à mieux dégager les spécificités du christianisme – tout en soulignant celles du judaïsme et de l’islam.

On mettra donc en parallèle, lors de cette manifestation inaugurale, les formes du nidouy (exclusion temporaire) et du herem (mise à l’écart radicale) juifs, celles du takfîr (déclaration de mécréance) musulman, et celles de l’excommunication (principalement catholiques, mais également protestante et orthodoxes). La notion d’hérésie et les phénomènes de violence religieuse seront nécessairement pris en considération, comme formes et débouchés extrêmes de la condamnation spirituelle.

Une telle démarche demeure assez rare, aussi bien dans le champ historiographique que dans celui des études religieuses. Plusieurs publications récentes ont certes tenté une comparaison des concepts assimilables à celui d’« hérésie » dans les trois monothéismes[1]. Les modalités de la condamnation religieuse ont également fait l’objet d’un regain d’attention ces dernières années pour l’Occident médiéval[2] et pour l’islam[3] – mais de façon séparée. L’approche comparative générale, telle qu’elle est tentée ici, constitue un pari nouveau.

Deux grands axes organiseront la réflexion.

Le premier considérera les divers formes et degrés d’intensité de l’usage des sanctions dans l’exercice du gouvernement religieux, corrélé aux divers degrés de sophistication du fonctionnement de ces sanctions –  avec pour principal point de repère historique « l’âge d’or du gouvernement par les sanction spirituelles » que représentent les XIIe-XIVe siècles en Occident. Même si la Chrétienté latine a connu au second Moyen Âge une diffraction et dissémination du pouvoir de lancer des sanctions canoniques, la forte centralisation institutionnelle de l’Église catholique contribue probablement à expliquer la place spéciale prise par ces instruments de gouvernement, par opposition avec des mondes hébraïques et musulmans marqués par la pluralité des autorités et par des régimes de relation différents entre médiateurs (« clergés ») et simples fidèles.

Le second axe envisagera les situations actuelles, dans la vie religieuse (et politique) des sociétés contemporaines. L’approche en terme de « traditions », c’est-à-dire d’héritage constamment réinterprété, permet une mise en perspective historique pertinente des situations contemporaines : radicalisations politiques de l’islam, crise actuellement suscitée au sein de l’Église catholique par la « modernisation » via l’accès aux sacrements de fidèles en situation d’irrégularité, fragmentation du judaïsme.

Les enseignements qui seront tirés de cette approche comparative permettront de mettre en perspective générale les travaux sur l’histoire du fonctionnement des sanctions spirituelles (colloque prévu à Rome, janvier 2019), sur le rôle (géo)politique des sanctions (Lyon, 2020) et sur les résistances qu’elles suscitent (Rome, 2021).

L’ensemble des résultats du cycle de recherches Fulmen fera l’objet d’un livre collectif, à paraître dans la collection de l’École française de Rome ou dans celle du CIHAM en 2022.

[1] Voir en particulier Christine Caldwell Ames, Medieval Heresies : Christianity, Judaism, and Islam, Cambridge University Press, 2015 ; Christian Brouwer, Guillaume Dye et Anja Van Rompaey, éd.,  Hérésies : une construction d’identités religieuses, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2015.

[2] ­Voir notamment Geneviève Bührer-Thierry, Stéphane Gioanni, Exclure de la communauté chrétienne. Sens et pratiques sociales de l’anathème et de l’excommunication (IVeXIIe s.), Turnhout : Brepols, 2015 ; colloque international  Droit et exclusion dans les sociétés chrétiennes, XIe-XVe siècle, Univ. de Besançon, 23-25 octobre 2014, org. Émilie Rosenblieh ; colloque international Das Interdikt in der europäischen Vormoderne, institut allemand de Venise, 27-29 avril 2017, org. Tobias Daniels, Christian Jaser, Thomas Woelki.

[3] Camilla Adang, Hassan Ansari, Maribel Fierro, Sabine Schmidtke, dir., Accusations of Unbelief in Islam: A Diachronic Perspective on Takfir, Leyde : Brill, 2016 ; Myriam Benraad, L’État islamique pris aux mots, Paris : Armand Colin, 2017.


Vous aimerez aussi...