Rencontre-débat autour du livre Les Déracinés de Cherchell. Camps de regroupement dans la guerre d’Algérie (1954-1962) de Kamel Kateb, Nacer Melhani, M’hamed Rebah – à La Colonie (Paris), 19h, 04/07/2018

Dans le cadre de l’exposition Discreet Violence : L’architecture et la guerre française en Algérie, mise en place par la chercheuse Samia Henni, la Colonie porte le projet d’un ensemble de rencontres et de conférences autour de la militarisation et des espaces et des corps.

L’exposition Discreet Violence sera présente à La Colonie dès le 19 juin et sera doublée de réflexions sur la question de l’état d’urgence aujourd’hui en France, sur la continuité des pratiques architecturales militaires de l’armée française et sur la question des déplacements identitaires et mémoriels (19 juin) mais aussi sur les spoliations induites par l’existence des camps de regroupement (4 juillet).

Le 4 juillet, elle reçoit la présentation du livre les Déracinés de Cherchell (éditions de l’Ined).

La Colonie invite à une rencontre et une discussion autour du livre Les déracinés de Cherchell (éditions de l’Ined) autour de l’histoire des camps de regroupement avec Kamel Kateb (auteur), Yann Scoldio-Zurcher (historien) et Dorothée Myriam Kellou (cinéaste et journaliste) qui présentera pour l’occasion les premières images de son documentaire L’Arrachement.

Les déracinés de Cherchell (résumé)
Entre 1954 et 1962, un quart de la population fut déplacé par les autorités militaires françaises et confiné dans des camps de regroupement pour détruire ce que les autorités françaises considéraient comme des soutiens aux groupes armés qui luttaient pour l’indépendance. Coupés de leurs terres et de leurs moyens de subsistance, ces populations relativement pauvres, pour l’essentiel des femmes, des enfants et des personnes âgées, durent recréer de nouvelles vies dans ces camps de fortune. Ces déplacements ont constitué une rupture profonde dans les conditions d’existence de milliers de paysans algériens, bien au-delà de la période où ils furent enfermés dans ces camps.

Cet ouvrage reconstitue la trajectoire de certains témoins de la région de Cherchell qui ont subi ces déplacements forcés, et apporte, à travers cette série de récits, une pierre essentielle à l’édifice d’une mémoire souvent oubliée ou occultée.
Emportés collectivement dans les secousses de la guerre, ces femmes et ces hommes ont vécu, chacun à leur manière, des parcours qui les ont menés dans des directions différentes.

Les auteurs ont minutieusement récolté ces récits de vie, ces parcours cassés, qui malgré la douleur et l’arrachement ont pu, quelquefois, engendrer aussi de belles histoires.


Image: L’Arrachement, Les Films du Bilboquet, 2018

L’Arrachement (film, Les Films du Bilboquet)
Pendant la guerre d’Algérie, 2 350 000 de personnes ont été déplacées par l’Armée Française et regroupés dans des camps. 1, 175 000 ont été forcés de quitter leur lieu d’habitation. De retour à Mansourah, son village natal, Malek collecte avec Dorothée-Myriam, sa fille, une mémoire historique jusqu’à ce jour
occultée, que la plupart des jeunes ignore, et qui pourtant a été sans précédent dans les bouleversements qu’elle a causés à cette Algérie rurale. Entre la France et l’Algérie, Dorothée-Myriam et son père questionnent ce secret historique.


Biographies :

Kamel Kateb est chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED). Ses recherches portent sur l’histoire des populations des pays du Maghreb, leur système éducatif et les migrations entre le Maghreb et l’Europe. Il a notamment publié Européens, « Indigènes » et Juifs en Algérie (1830-1962) (INED), Fin du mariage traditionnel en Algérie ? (1876-1998) (Bouchène). Il est aujourd’hui l’auteur du livre Les déracinés de Cherchell.

Dorothée Myriam Kellou est journaliste et réalisatrice franco-algérienne basée à Paris. Elle est l’auteure d’une enquête dans le journal Le Monde sur le financement indirect de l’Etat islamique par Lafarge pendant la guerre en Syrie qui a été récompensé par le prix Trace International pour l’investigation journalistique. Elle développe L’Arrachement, un projet de film long métrage sur les regroupements de populations pendant la guerre d’Algérie, prenant pour point de départ la mémoire/l’oubli de son père. Le scénario a été récompensé par la bourse “Brouillon d’un rêve” de la SCAM, le premier prix du projet de film historique aux rendez-vous de l’histoire à Blois et le premier prix de l’atelier de premier montage du festival international des femmes du Caire.

Yann Scoldio-Zurcher est historien des migrations contemporaines, chargé de recherche au CNRS, investi dans l’axe de recherche « Israéliens et palestiniens : sociétés et cultures contemporaines ». Il étudie l’histoire sociale des migrations et des relations des olim à l’espace hiérosolymitain, de la fondation de l’État d’Israël à nos jours.


Vous aimerez aussi...