Meriem Ben Lamine et Sébastien Boussois (dir.), La Tunisie face à l’expérience démocratique, Paris, Editions du Cygne, 2013, 92p.

Personne, pas même les spécialistes des phénomènes politiques dans le monde arabe, n’avait prévu la chute aussi rapide du régime de Ben Ali en 2011 et ses « effets de diffusion » à l’ensemble de la région. Il n’y a pas de révolution qui arrive trop tôt ou trop tard. Si l’histoire met parfois du temps à se remettre en marche, il n’est jamais trop tard pour s’engager sur la voie de la démocratisation. Et la société tunisienne s’y exerce depuis maintenant deux ans avec les pires difficultés. Si le plus dur reste à faire aujourd’hui, le pays a enclenché un formidable mouvement irréversible de dominos dans une région qui, trop longtemps malheureusement, est restée paralysée. Elle est en cela un exemple et un laboratoire social et politique.
Cet ouvrage est le fruit d’une partie des travaux qui ont eu lieu au Parlement européen à Bruxelles en partenariat avec l’Institut MEDEA (Institut Européen de Recherche sur la coopération euro-méditerranéenne et euro-arabe), de l’ACM (Assemblée des Citoyens et Citoyennes de la Méditerranée) et du CCMO (Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient) lors de la première grande conférence organisée sur la Tunisie post-Ben Ali depuis la révolution dans le cadre des institutions européennes.

Voir sur le site de l’éditeur



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2013, 1 octobre). Meriem Ben Lamine et Sébastien Boussois (dir.), La Tunisie face à l’expérience démocratique, Paris, Editions du Cygne, 2013, 92p. IISMM. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://iismm.hypotheses.org/3080

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search