Colloque: « Henri Seyrig 1895-1973 » — INHA, Paris, 10-11/10/2013

Henri Seyrig est étudiant à Oxford en 1914 lorsqu’éclate la guerre. Il s’illustre sur le front de l’Est puis rejoint l’armée d’Orient en Macédoine en 1917. Dès lors passionné par la Grèce, il entre à l’Ecole d’Athènes en 1922 et effectue trois voyages en Syrie entre 1924 et 1928. _ Directeur des Antiquités de Syrie et du Liban sous mandat français entre 1929 et 1941, il organise les fouilles archéologiques du temple de Bel à Palmyre, du Krak des Chevaliers et du sanctuaire d’Héliopolis à Baalbek. Il encourage l’installation de nombreuses missions étrangères (dont, à Doura Europos, M. Rostovtzeff, Université de Yale). En 1941, Henri Seyrig démissionne et rallie Charles de Gaulle.
En 1946, la fin des mandats français le conduit à créer l’Institut français d’archéologie à Beyrouth dont il est directeur de sa fondation à 1967.

Cette carrière grecque et syrienne a fait d’Henri Seyrig l’un des pères de l’archéologie du Proche-Orient. Il s’est particulièrement intéressé à la numismatique et a contribué à l’enrichissement des collections du Cabinet des Médailles. Il est aussi pleinement un homme du XXe s. Croix de guerre avec deux citations à Verdun, il rejoint la résistance durant la seconde guerre mondiale, puis prend position contre les abus de la colonisation. Dans le même temps, il se passionne pour l’art contemporain et, parallèlement à sa collection d’objets anciens, acquiert tableaux et mobiles d’artistes contemporains.

Organisateurs
Frédérique DUYRAT, conservateur en chef au département des Monnaies, Médailles et Antiques, Bibliothèque nationale de France
Jean-Marie DENTZER, Président de l’Institut de France, Président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
Olivier PICARD, Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne.
Françoise BRIQUEL-CHATONNET, directrice adjointe de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée (Mondes sémitiques), correspondante de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Jeudi 10 octobre : BnF. Amphithéâtre de l’INHA – Entrée libre
Vendredi 11 octobre : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – Sur inscription (gratuite)

Programme

Jeudi 10 octobre 2013 : BnF, Amphithéâtre de l’INHA

Matin Présidence : Jean-Louis Huot
9h00 Ouverture : Frédérique Duyrat

- Un homme du XXe s.

  • « Comme un enfant et un fou » : Henri Seyrig dans la Grande Guerre (M. René-Hubert)
  • Les deux missions de Paul Perdrizet et d’Henri Seyrig et leurs prolongements, 1924-1928 (S. Provost, université de Lorraine)
  • Un gaulliste au temps de la décolonisation (J. Bocquet, université d’Orléans)

- Henri Seyrig et le milieu intellectuel et artistique

  • Henri Seyrig ab ovo (D. Youngerman)
  • Les échanges épistolaires entre Franz Cumont et Henri Seyrig (C. Bonnet, Université de Toulouse – Le Mirail)

Après-midiPrésidence : Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS – AIBL)

- Un ami du cabinet des Médailles

  • L’hellénisme en Syrie : Henri Seyrig, les monnaies grecques et le cabinet des Médailles (F. Duyrat, BnF, MMA)
  • Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie (M. Amandry, BnF, MMA)
  • Henri Arnold Seyrig : une passion pour la glyptique (M. Pic, BnF, MMA ; E. Gubel, Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles)
  • Camées, intailles et bijoux gréco-romains (M. Avisseau-Broustet, BnF, MMA)

Vendredi 11 octobre 2013 : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Palais de l’Institut de France)

MatinPrésidence : Pierre Ducrey (AIBL)

- Orient et Arabie

  • Henri Seyrig et les musées de France : un directeur, un donateur, un conseiller (E. Fontan, Département des Antiquités orientales, Louvre)
  • Gerrha et Hagar dans le golfe arabo-persique à l’époque hellénistique (Chr. Robin, AIBL)
  • Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban (R. Stucky, université de Bâle)
  • La publication d’Antiquités syriennes VII. Hommage à Henri Seyrig (F. Alpi, Institut français du Proche-Orient ; B. Lagarce-Othman, Université Paris-Sorbonne)

- La modernité

  • Du surréalisme à l’abstraction : Henri Seyrig et les artistes vivants (F.-R. Martin, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris ; M. Tchernia-Blanchard, Ecole du Louvre)

Après-midi Séance publique de l’Académie – Présidence : Jean-Marie Dentzer (AIBL)

- Henri Seyrig et les institutions scientifiques

  • Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire, 1922-1928 (O. Picard, AIBL, Université Paris-Sorbonne)
  • Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique (D. Knoepfler, Collège de France)
  • Henri Seyrig et la création d’institutions de recherche archéologique : de l’Institut français de Beyrouth au CRA de Valbonne (J.-M. Dentzer, AIBL)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.