Séminaire Performances Culturelles du Genre : “Le rituel de la Dame du Mardi : genre, religion et politique dans le monde persan” par Alessandra Fiorentini – MSH-EHESS, 10h-12h, 04/05/2018

Séminaire Performances Culturelles du Genre 

Anne Castaing (CNRS/CEIAS), Mehdi Derfoufi (UNIL/IRCAV),
Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), Fanny Lignon (Univ. Lyon 1/THALIM), Gianfranco Rebucini (Univ. Paris 1/EHESS)

Le vendredi 4 mai 2018 de 10h à 12h

MSH – EHESS
Salle AS1-23 (sous-sol)
54 boulevard Raspail, 75006, Paris

Nous aurons le plaisir de recevoir

Alessandra Fiorentini
EHESS-Paris/LASDEL-Niamey

Pour une communication intitulée :
Le rituel de « la Dame du Mardi » : genre, religion et politique dans le monde persan 

Résumé :

Le sujet de cet exposé concerne l’étude d’un rituel votif féminin appelé Sofreh dans la région historique du « Grand Khorasan », qui s’étend sur différents pays limitrophes dont l’Iran, le Tadjikistan et l’Afghanistan, lieux privilégiés de ma recherche de terrain.
Le rituel du Sofreh est un rituel féminin collectif. Il se déroule tous les mardis, pendant des réunions réservées exclusivement et strictement aux femmes qui demandent secours à un être surnaturel, la « Bîbî-Seshanbeh » (Dame du Mardi). La phase la plus importante du rituel est la narration de l’histoire mythique de l’être surnaturel. C’est cette performance de récitation qui donne validité au rituel.
Mon étude se fonde à la fois sur un travail ethnographique et sur le recueil de sources écrites des différentes versions du récit mythique, les Qisse-ye Bîbî-Seshanbeh. À travers une analyse anthropologique et historique du rituel et de son récit, cette recherche veut démontrer l’importance de l’usage du genre comme catégorie d’analyse pour élucider, à travers l’étude des activités rituelles féminines, des processus socioculturels et politiques plus larges. J’y examine comment les femmes construisent quotidiennement leur genre à travers les pratiques du rituel en conformité avec leurs réalités sociales et politiques. Ainsi, elles peuvent trouver leur « capacité d’agir » (agency) non seulement dans les actes de résistance aux normes, mais aussi dans les multiples façons dont elles habitent les normes. Le genre est dès lors un produit de l’activité rituelle plutôt que sa cause.
Par ailleurs, l’analyse des sources écrites primaires et la réalisation de différentes enquêtes de terrain montrent que le rituel du Sofreh est présent dans plusieurs pays, notamment en Afghanistan, au Tadjikistan, en Iran, en Ouzbékistan, mais aussi auprès des communautés en diaspora à Londres et en Israël. Ce rituel est en outre pratiqué par des communautés religieuses différentes telles que la communauté juive, zoroastrienne et musulmane. Le caractère transnational et transculturel de la pratique rituelle m’a incité à interroger l’autorité féminine et l’existence de réseaux de solidarité entre femmes (sororité), dont certains aboutissent aussi à des revendications politiques se réclamant du féminisme.

Pour toute question concernant cette séance : gianfranco.rebucini@gmail.com


Vous aimerez aussi...