Appel à communications / Journée d’études (et Marges n°29) : « High & Low (Art Forms) », JE à l’INHA le 27 octobre 2018 – LIMITE : 11/06/2018

De nos jours, la distinction traditionnellement faite entre un art « noble » et un art « populaire » peut sembler renvoyer à une question relativement désuète. On observe pourtant qu’en pratique des hiérarchies implicites subsistent à propos de ce qui distingue l’art « véritable » du reste, même lorsque, dans différents contextes, est remise en cause l’échelle des mérites artistiques. Il s’agit notamment d’un effet de l’acception commune de la notion d’« art » comme terme « laudateur » (Schaeffer ; 1996), une qualité qui s’ajoute aux artefacts ordinaires et les sort de leur aspect routinier et banalisé. De même, des « professionnels », comme les esthéticiens ou les critiques, ont souvent pour tâche de classer les produits artistiques selon qu’ils sont dignes ou non de l’appellation art. Poser la question du mérite en ce qui concerne les arts revient ainsi à faire acte non seulement de jugements esthétiques ou artistiques mais aussi moraux. Les spécialistes ne cherchent pas uniquement à trancher ou à délibérer autour de débats philosophiques : leur activité est également responsable, d’une manière directe ou indirecte, de la répartition des « ressources précieuses » (Becker ; 1982) que constituent les salles de concert, les espaces des musées, les subventions, les aides, les postes, etc.

Cette journée d’études s’attache à analyser les principes et les conditions de la hiérarchie des arts selon les cultures ou les géographies, tant occidentales que non occidentales. En ancrant les questions de dignité et/ou de légitimité artistique des œuvres dans une vision pragmatique, les critères d’évaluation apparaissent ainsi à la fois comme mobiles et comme des données constantes.Ils sont présents dans les différentes sociétés et déterminent la répartition des produits comme artistiques ou non artistiques, bien que la dénomination « art », au sens où on l’entend dans les mondes occidentaux, ne soit pas toujours d’usage. Si l’influence d’une culture populaire sur les pratiques dites légitimes a déjà fait l’objet de nombreuses études, seront privilégiées les propositions qui mettent l’accent sur une approche sociologique, anthropologique, historique, etc. Que considère-t-on, historiquement et contextuellement parlant, comme art mineur, art populaire, art naïf, art noble, grand art ? À quels « mondes de l’art » appartiennent ces différentes catégories ? De quelles manières s’organisent la circulation des œuvres au sein de ces mondes et leur réception ? Comment définir d’autres schémas hiérarchiques dans les arts, selon les cultures et dans la durée ?

Télécharger l’appel : Appel à contributions Marges 29


Vous aimerez aussi...