Appel à communications / colloque : « Les espaces ouverts dans les transformations des villes méditerranéennes : représentations, usages et normes », École française de Rome, 24-25 Septembre 2018 – LIMITE: 15/04/2018

Appel à communications pour le colloque international

Les espaces ouverts dans les transformations des villes méditerranéennes : représentations, usages et normes

École française de Rome,  24-25 Septembre 2018

 

Résumé (1500 – 3000 signes ) à renvoyer pour le 15 avril

Télécharger l’appel en français CFP_FR
en anglais CFP_ENG
ou en italien CFP_IT

L’objectif de ce colloque est d’analyser le rôle des espaces ouverts dans les transformations des métropoles méditerranéennes.

Dans un contexte de croissance urbaine, les espaces non bâtis ont longtemps été considérés comme des espaces vides, délaissés ou en attente d’urbanisation. Avec l’essor du paradigme du développement durable et de l’échelle métropolitaine d’aménagement, le regard a changé. En périurbain, les espaces verts puis les terres agricoles ont été mis en avant comme des espaces multifonctionnels, facteurs de résilience urbaine. De même, en ville, la trame des espaces ouverts interstitiels (parcs, terrains vagues) peut porter une mixité d’usages constitutive de la citadinité et de la ville durable, vivable.

Ce retournement des représentations invite à revenir sur l’histoire de ces espaces ouverts, sur leurs spécificités et sur leurs relations avec les espaces bâtis, pour mieux comprendre leurs enjeux d’aménagement et la diversité des rôles qu’ils peuvent jouer dans les transformations des métropoles méditerranéennes.

Des communications sont attendues autour des thèmes suivants :

  • Des espaces ouverts lieux d’expression des crises traversées par les métropoles méditerranéennes. En quoi les espaces ouverts métropolitains sont-ils des paysages banals – voire dégradés et répulsifs – ? Sont-ils des héritages d’une croissance urbaine mal gérée, de projets de construction inachevés ou suspendus par exemple, ou d’une désindustrialisation ou décroissance urbaine ? Que révèle cet envers de la ville ? Est-il ignoré ou comment est-il saisi par les politiques urbaines (sociales, culturelles, d’aménagement, etc.) ?
  • Des espaces ouverts laboratoires d’innovations pour envisager une résilience urbaine. En quoi les espaces ouverts sont-ils des espaces d’expérimentation, des lieux où s’inventent des réponses innovantes aux crises et de nouvelles façons de construire la métropole post-moderne ? En quoi sont-ils des paysages productifs et créatifs ? Des lieux d’innovations pour les politiques urbaines ? Des lieux où s’invente une ville plus juste ? Comment s’inscrivent-ils dans les débats sur la ville compacte/diffuse et son efficacité environnementale ? Quels projets sont envisagés pour ces espaces sans artificialiser les sols ? Sont-ils reconnus comme un patrimoine à préserver ou instrumentalisés comme des infrastructures vertes métropolitaines ?

Les communicants sont également invités à éclairer l’évolution des représentations, des usages et des normes des espaces ouverts métropolitains :

  • Évolution des représentations. Comment ont évolué les points de vue des citadins, des acteurs publics et des chercheurs sur les espaces ouverts ? Quelles figures sont utilisées pour décrire, pratiquer ou aménager ces espaces ? Comment ces figures sont-elles construites localement ? Comment circulent-elles d’un espace ouvert à l’autre ?
  • Évolution des lieux et des usages. Quelles sont l’origine et les évolutions dans le temps des espaces ouverts métropolitains ? Par qui et comment sont-ils pratiqués ? Ont-ils été des espaces de relégation sociale, de déviance et de pratiques illégales ? Sont-ils des lieux où se tissent du lien social et de nouveaux modes d’habiter métropolitains ? Quelles sont les caractéristiques physiques et fonctionnelles des espaces ouverts métropolitains ? Comment s’organisent concrètement la mixité d’usages et la multifonctionnalité ? Cela se traduit-il par de nouvelles formes d’agriculture urbaine et périurbaine, une forte mobilisation sociale ou des conflits ?
  • Évolution des normes. Comment les normes réglementaires, institutionnelles et sociales s’articulent dans la gestion des espaces ouverts ? Des normes forgent-elles des usages ? Les usages contribuent-ils à la production de normes ? Si oui, comment cela est-il intégré dans les politiques urbaines ?

Les études de cas seront bienvenues, sur le Nord, le Sud ou l’Est de la Méditerranée. Elles pourront retracer l’histoire (trajectoire) d’espaces ouverts emblématiques, leurs transformations (reconfigurations sociales, spatiales, économiques), préciser leur rôle par rapport à la ville (notamment par rapport à la dialectique marginalisation/intégration évoquée), et leur place dans différentes politiques urbaines.

Au-delà des études de cas, les approches combinant plusieurs échelles spatiales et /ou temporelles seront appréciées pour comparer les espaces ouverts et comprendre comment ils sont conçus ou gérés à différentes échelles et éventuellement en relation les uns avec les autres.

Calendrier

Résumé (1500 – 3000 signes ) à renvoyer pour le 15 avril à : keti.lelo@uniroma3.itcoline.perrin@inra.fr. Réponse le 15 mai.

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 10 septembre.

Langues de présentation/discussion : français, italien et anglais.

Une valorisation des meilleures contributions est prévue dans « Città e Storia » ou/et une autre revue internationale.

Organisation

Ce colloque s’inscrit dans le programme scientifique de l’EFR « Métropoles : crises et mutations dans l’espace euro-méditerranéen » (2017-2021), au sein de l’axe 4 qui porte sur la confrontation des normes et des usages dans les espaces ouverts métropolitains méditerranéens. Ce colloque bénéficie du soutien du LIA Méditerrapolis, de l’EFR, du CROMA (Roma Tre), de l’ANR (projet JASMINN) et de l’Institut français Italia.

Lieu

École française de Rome (place Navone)

Responsables scientifiques

INRA, Umr Innovation : Coline Perrin, Christophe Soulard

CROMA Rome : Keti Lelo, Anna Laura Palazzo, Carlo Maria Travaglini,

Aix-Marseille Université, UMR TELEMMe : Jean-Noël Consalès

EFR : Fabrice Jesné


Vous aimerez aussi...