Séminaire : « Sécuralisme : Politiques, Religions, Mondes » – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Centre Sorbonne), du 7 mars au 4 juillet 2018

Séminaire organisé par Mohamed AMER MEZIANE et Philippe BÜTTGEN qui s’inscrit dans l’axe de recherche « Sécularisme » du même nom coordonné par Mohamed Amer Meziane et Nadia Marzouki (Réseau Thématique Pluridisciplinaire CNRS « Islam et chercheurs dans la cité »)

Le séminaire est ouvert à tous, après inscription préalable à l’adresse suivante : Philo-Recherche@univ-paris1.fr
Le programme annuel et l’argumentaire du séminaire sont disponibles en téléchargement : programme et argumentaire

Lieu

Salle NoSoPhi (Centre Sorbonne, escalier K, 2e étage, salle G 615 bis, rue Cujas, Paris 5ème)

Argumentaire

L’Europe semble être « moderne ». Ses frontières semblent coïncider avec celles d’un projet qui s’est lui-même nommé « modernité » ou « civilisation ». Que les modernes existent ou non, ce projet s’est historiquement conçu comme une sécularisation, comme une libération des contraintes exercées par les institutions religieuses sur les sociétés. Sécularisme désigne d’un mot cette conception que l’Europe se fait d’elle-même. Le concept de sécularisme désigne les différents actes de constitution de ce projet et l’ensemble des normes qui régissent des pratiques et des sensibilités areligieuses ou séculières. On affirme souvent que l’Europe n’est et ne peut plus être au centre du monde sans toujours en tirer toutes les conséquences. Si « provincialiser l’Europe » désigne une tâche nécessaire de la philosophie, suppose-t-elle que le sécularisme soit réduit à un simple partage européen du monde ? Il est possible que les concepts de religion et de sécularisation soient incapables de comprendre ce qui a lieu hors des frontières de l’Europe si ce n’est du protestantisme qui s’y impose encore, selon certains, comme norme de toute religion et de toute éthique tolérable. Dès lors, les acteurs nommés Afrique ou Asie ne peuvent-ils faire advenir une mondialisation alternative qu’en bouleversant les frontières séculières du politique et du religieux ? Faut-il au contraire énoncer de nouveaux droits civiques fondamentaux et déclarer un nouvel universalisme dont l’urgence serait avérée par les « menaces » écologiques et les divisions politicoreligieuses qui pèsent sur un présent mondialisé ? En posant ces questions, le séminaire a pour but de pratiquer la philosophie à partir de son inassignable limite « théologique ». La mondialité de la philosophie et des sciences humaines y fait question, mettant à l’épreuve l’universalisme par la mondialisation du politique.
Mohamed Amer Meziane

Programme

Mercredi 7 mars 2018, 17h-19h, Salle de lecture NoSoPhi
Thomas BERNS (Université Libre de Bruxelles) « Injures, droit et répétitions. Vers une conception post-souveraine du droit »
Répondante : Juliette FARJAT (Paris Nanterre)

Mercredi 4 avril 2018, 17h-19h, Salle de lecture NoSoPhi
Abdelhafid HAMDI CHERIF (Revue NAQD) « Critique, sécularisme et religion en Algérie post-indépendance »
Répondante : Houda BEN HAMOUDA (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mercredi 30 mai 2018, 17h-19h, Salle de lecture NoSoPhi
Isabelle AUBERT (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Tolérance, solidarité et religion chez Jürgen Habermas »
Répondant : Philippe BÜTTGEN (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mercredi 6 juin 2018, 17h-19h, Salle de lecture NoSoPhi
Bruno AMBROISE (CNRS) « Typologie de l’insulte : un acte parent du blasphème ? »
Répondante : Mickaëlle PROVOST (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mercredi 4 juillet 2018, 17h-19h, Salle de lecture NoSoPhi
Daniel STEINMETZ JENKINS (Yale University) « The Crisis of Secularism since 1989 »
Répondant : Mohamed AMER MEZIANE (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Vous aimerez aussi...