Appel à résumés / Revue Égypte/Monde arabe : « Religiosité au féminin : quelles formes d’engagement ? » – LIMITE : 31/03/2018

Les deux dernières décennies ont vu émerger, en Égypte et dans le monde arabe, des acteurs féminins nouveaux investis, sous des formes variées, sur les terrains du religieux. Bénédicte Du Chaffaut[1] évoque une féminisation des champs religieux, chrétiens et musulmans, qui prend un élan particulier dans les années 1970 pour se faire plus visible dans les années 1990. Se pose dès lors la question de la place et du rôle des femmes dans les mouvements religieux chrétiens et musulmans égyptiens, et celle du caractère oppressant des institutions et des mouvements religieux. En effet, répondre en termes de domination masculine ou à travers une étude des textes religieux essentialiserait l’analyse, et ôterait toutes significations aux formes d’action et d’engagement féminins existants.

L’objectif de ce numéro est ainsi de penser l’engagement religieux féminin en termes de résistances, de marges de manœuvre et de contestations au sein des champs religieux égyptiens chrétiens et musulmans. Peut-on penser la vocation religieuse comme un vecteur d’émancipation féminine (mobilité, visibilité médiatique, présence sur le terrain du prêche, engagement politique) ? Dans quelle mesure les femmes peuvent-elles s’approprier une institution religieuse a priori oppressive et gérée par une élite intellectuelle religieuse masculine ? De quels espaces disposent les femmes investies dans les champs du religieux pour négocier les normes socio-religieuses en constantes transformations ? En quoi l’investissement dans le champ religieux peut ouvrir à une conscientisation de la domination et à une subjectivation des corps ?

Par ailleurs, le phénomène de féminisation des champs religieux se produit en concomitance avec une démocratisation des sciences religieuses, qui permet à de plus en plus de femmes d’accéder au savoir religieux. Ellen Anne Mc Larney[2] met ainsi en évidence dans ses travaux l’émergence d’intellectuelles islamiques durant la période de la Sahwa Islamiya (Renouveau Islamique). De leur côté, Saba Mahmood[3] et Marion Holmes Katz analysent l’appropriation des lieux de cultes et les discours de subjectivation des femmes fréquentant les mosquées. Ces observations soulèvent plusieurs questions relatives à la participation des femmes dans la production du savoir religieux et dans sa transmission, ainsi qu’à la part active que semblent avoir eues ces militantes du religieux dans les débats concernant le statut social et économique des femmes et les normes socio-religieuses qui régissent la société. Nous pensons ici notamment à l’ouvrage de Karima Kamel, Divorce of Copts, publié en 2006.

Ce numéro souhaite, d’une part, déconstruire le postulat selon lequel « les espaces sécularisés sont par essence plus favorables aux femmes que les espaces religieux » (Bénédicte De Gasquet : 2010[4]), ce qui nous permettra, d’autre part, de penser l’autonomisation des femmes dans le terrain du religieux à travers les différentes formes d’action et d’engagement, et enfin de saisir les limites de ces autorisations, qui sont parfois vecteur de sécularisation du discours et des pratiques rituelles.

Ce numéro s’organisera ainsi autour de trois axes :

Le premier axe, Femmes religieuses en mouvement, entend mettre en lumière des parcours de femmes intellectuelles musulmanes et chrétiennes, engagées sur le terrain du religieux. Nous pensons notamment aux trois générations de féministes islamiques, qui depuis la période de la Nahda (avec la figure de Malak Ifni Nasîf notamment et plus tard Bint al-Shati’) et jusqu’à nos jours (Oumayma Abu Bakr, Heba Raouf Ezzat), ont cherché à se réapproprier les textes religieux en se livrant à un travail de déconstruction et de réinterprétation des textes. Cette section entend rendre compte des trajectoires de vie de ces femmes qui se sont distinguées par leurs initiatives ou leurs écrits, et mettre en perspective les contextes politique, historique et religieux de leurs actions.

Le second axe, Femmes et mouvements religieux, propose de faire une analyse du militantisme des femmes engagées dans des mouvements chrétiens et musulmans. Quelle est la représentativité des femmes engagées ? Quels rôles et places occupent-elles dans ces mouvements ? Quels types de socialisation s’y développent ? Quels impacts ont eu les révolutions sur ces mouvements ? Quelle part ces femmes ont-elles pris dans la politisation des mouvements religieux et la création des partis politiques bâtis sur ces mouvements au cours des dernières années ?

Le troisième axe portera sur l’impact des Printemps arabes dans les cercles religieux et sur les nouvelles formes d’engagement féminin. Notre attention portera ici d’une part sur la participation active des femmes durant les manifestations révolutionnaires et sur les formes nouvelles de la contestation face aux figures de l’autorité religieuse (création de mouvements de jeunes ; création de la chaine télévisée Maria, pour et par des femmes niqâbées ; prêches de femmes sur les chaînes évangélistes…).

[1]Bénédicte du Chaffaut, « Femmes en mouvements… chrétiennes et musulmanes », Revue Islamochristiana : n°37(de l’Institut pontifical des Etudes Arabes et Islamiques, coordonnée par Bénédicte du Chaffaut), 1-15pp., 2011.

[2]Ellen Anne McLarney, Soft Power: Women in Egypt’s Islamic Awakening, Princeton: Princeton University Press, 336 pp.,2015.

[3]Saba Mahmood, Politics of Piety:  The Islamic Revival and the Feminist Subject, Princeton: Princeton University Press, 272 pp., 2012 (Firstedition: 2005).

[4]Béatrice De Gasquet, “ Genre ”, Danièle Hervieu-Léger, Régine Azria. Dictionnaire des faits religieux, Presses universitaires de France, pp.431-439, 2010.

Les résumés ou propositions d’article (1 page maximum), en français, en anglais ou en arabe, doivent être accompagnés d’un titre provisoire et de renseignements biographiques (affiliation, coordonnées…). Ils sont à envoyer à l’adresse suivante : naima.bouras@yahoo.fr

Calendrier :

  • Date limite pour l’envoi des résumés : 31 mars 2018
  • Notification des résumés sélectionnés : 15 avril 2018
  • Date limite pour l’envoi des articles complets : 31 août 2018
  • Relecture-commentaires-envoi d’une version corrigée : début octobre 2017
  • Publication du numéro : janvier 2019
Download the English version
Download the Arabic version

Lien vers le site du CEDEJ


Vous aimerez aussi...