Parution : Emmanuel Alcaraz, Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2017

En étudiant « l’histoire vue de l’autre côté », à travers des sources d’une grande amplitude (enquêtes de terrain en Algérie réalisées de 2006 à 2017, étude des musées et des monuments commémoratifs, archives militaires et judiciaires), l’auteur se positionne de manière originale par rapport au contentieux mémoriel franco-algérien. Il propose une histoire connectée des mémoires, faisant la part belle à une analyse critique des usages algériens du passé et des imaginaires sociaux que ces mémoires construisent.
« L’histoire à parts égales » n’est-elle pas un devoir pour parvenir à une «juste mémoire»?

Docteur en histoire, chercheur associé à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique) de l’université de Nanterre et à l’IRMC (Institut de recherches sur le Maghreb contemporain) de Tunis, Emmanuel Alcaraz enseigne au lycée Gustave Flaubert à La Marsa à Tunis (AEFE-Agence pour l’enseignement français à l’étranger). Il est l’auteur de nombreuses contributions sur l’histoire de la mémoire de la guerre d’indépendance algérienne.

Voir sur le site de l’éditeur

 



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2018, 12 février). Parution : Emmanuel Alcaraz, Les lieux de mémoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2017. IISMM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q0ax

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search